twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 203 Juin 2016

jeudi 30 juin 2016

Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication


Sommaire

Éditorial

Actualités

Politique

Infrastructures et services

Projets

Rendez-vous

Editorial

Attribution de la 4G : beaucoup de questions et bien peu de perspectives claires

Avec près de cinq mois de retard sur le calendrier initial, la 4G devrait être commercialisée au Sénégal à partir de juillet 2016 suite à un processus particulièrement long et chaotique. Tout a commencé avec l’annonce du lancement de la 4G par la SONATEL, le 10 octobre 2013, sans qu’il n’y ait eu la moindre annonce officielle. L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) en sera réduite à publier un communiqué précisant qu’elle n’avait fait qu’octroyer des autorisations temporaires aux trois opérateurs de téléphonie mobile pour leur permettre de tester la 4G. Prévue pour cesser le 31 décembre 2014, la période de tests sera prolongée d’autorité par le Premier ministre, jusqu’au 31 mars 2015, au mépris des prérogatives de l’ARTP. Il est vrai que les choses étaient plutôt mal engagées puisque si Orange avait démarré ses tests dès octobre 2013, Tigo n’avait lancé les siens qu’en décembre 2014 et aucune information n’avait filtré sur les intentions d’Expresso. En avril 2015, l’ARTP lança un appel d’offres en vue d’être accompagnée pour l’attribution de la licence et des fréquences 4G, procédure dont elle exclut les cabinets conseils de l’UEMOA, sous prétexte de manque d’expérience en la matière, pour travailler avec des cabinets marocains et tunisiens alors qu’à l’époque la 4G n’avait pas encore été lancée dans ces pays ! Finalement, ce n’est qu’en novembre 2015 que l’ARTP publiera l’appel à candidatures pour l’attribution de licences et de fréquences 4G avec comme date butoir de réception des offres le 18 janvier 2016. Le jour dit, ce fut le fiasco total puisqu’aucune offre ne fut déposée par les opérateurs qui seront accusés d’entente illicite et déclarés exclus de la suite du processus d’attribution. En fait, après ces rodomontades l’ARTP s’engagea secrètement dans des négociations de gré de gré avec ces mêmes opérateurs pour finalement annoncer le 21 juin 2016 qu’elle avait accordé deux fréquences 4G à la SONATEL pour la somme de 32 milliards de FCFA et renouvelé, par la même occasion sa concession pour la somme de 68 milliards de FCFA. Pour nombre d’observateurs, ces sommes sont largement en dessous de ce que le Sénégal était en droit attendre d’une telle opération. En effet, en Tunisie, pays dont la superficie et la population sont inférieures à celles du Sénégal, Orange a dû débourser près de 42 milliards de FCFA pour la couverture d’une partie du pays et l’attribution des fréquences 4G aux trois opérateurs a rapporté quelques 127 milliards de FCFA. Si l’on se réfère au montant accepté par l’Etat pour l’allocation de la 4G à la SONATEL, inutile de dire que le Sénégal sera bien loin de cette somme au terme du processus d’attribution des fréquences 4G aux deux autres opérateurs. Par ailleurs, qu’en est-il des revenus qui devaient découler de la réattribution des fameuses « fréquences en or » qui devaient être libérées suite au basculement vers la Télévision Numérique Terrestre (TNT) dont personne ne parle plus ? Quant au prix du renouvellement de la concession de la SONATEL, il est ridiculement faible lorsque l’on sait qu’il correspond à quatre milliards par an pendant dix-sept années soit moins de 5% du bénéfice net réalisé par le groupe SONATEL au Sénégal durant la seule année 2015 ! Soumises à un besoin pressant de liquidités pour répondre à la demande sociale, les autorités auraient-elles privilégié la satisfaction leurs besoins ponctuels de trésorerie au détriment de l’intérêt général ? Il reste à espérer que l’Etat fera respecter scrupuleusement les exigences qu’il a posées en termes de couverture pour éviter que celle de la 4G soit aussi déficiente que celle de la 3G. Il est en effet illusoire de vouloir développer une économie nationale numérique avec une couverture du territoire national dans laquelle les zones blanches l’emportent largement sur les zones couvertes. Last but not least, le prix de commercialisation des services 4G sera essentiel dans l’adoption ou le rejet de cette technologie qui ne devrait pas être considérée par les opérateurs comme un produit de niche réservé à une minorité et vendu à un prix exorbitant. En effet, il ne faut pas oublier que nombre d’usagers de la téléphonie mobile devront investir dans l’achat d’un nouveau terminal pour bénéficier de la 4G. Au final, l’attribution de la 4G au Sénégal soulève donc beaucoup d’interrogations auxquelles on ignore la réponse et seul l’avenir nous permettra de savoir si elle permettra de matérialiser les espoirs mis en elle pour être le vecteur du Sénégal numérique !

Alex Corenthin
Secrétaire aux relations internationales

Actualités

1ère édition du Dakar Digital Show

Le 1er juin 2016, la SONATEL, à travers sa filiale en charge des contenus et services à valeur ajoutée, SONATEL Multimédia, a regroupé les acteurs des contenus numériques dans le cadre d’une manifestation intitulée Dakar Digital Show autour du thème « le digital, un relais de croissance fort pour l’Afrique ». Présentée comme le premier forum africain sur la création de contenu digital, cette manifestation a été l’occasion de récompenser un certain nombre d’entrepreneurs impliqués dans un « Hackathon », un concours de développement applicatif portant sur le thème des contenus mobiles au service de la population et dans « Orange Fab », un accélérateur de startup.

SONATEL : http://www.sonatel.com/

Conférence/Exposition de l’OMD sur les technologies de l’information

La Conférence/Exposition de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) sur les Technologies de l’Information s’est déroulée du 1er au 3 juin 2016 à Dakar (Sénégal). Elle avait pour objectif d’étudier comment les technologies de l’information et de communication (TIC) pouvaient générer des possibilités prometteuses de créer une approche pangouvernementale à la frontière et au-delà. Elle a procédé à l’examen des mécanismes reposant sur les TIC et qui favorisent la coopération entre les douanes mais aussi entre les douanes et les autres organismes. Dans la même logique, elle a étudié les tendances émergentes et les évolutions technologiques offrant de nouvelles capacités et possibilités ou influençant la manière dont la douane facilite les échanges et s’acquitte de ses tâches de contrôle. Elle a également été l’occasion d’un partage d’expériences et de débats stratégiques sur de nombreux sujets pertinents pour la facilitation et la sécurisation du mouvement transfrontalier des informations, des marchandises et des personnes.

OMD : http://www.wcoomd.org/

Signature d’une convention de partenariat entre Tigo Cash et la SDE

Suite à la signature d’une convention de partenariat entre Tigo Cash et la SDE, il est désormais possible pour les abonnés de la SDE de procéder au paiement de leurs factures d’eau via Tigo Cash. En plus d’éviter à avoir à se déplacer et à faire la queue pour le paiement de leurs factures, à chaque paiement de facture SDE via Tigo cash, les abonnés de Tigo reçoivent 10% de bonus crédit, à validité illimitée, valable vers tous les réseaux et à l’international.

Tigo : http://sn.tigocloud.net/tigocash
SDE : http://www.sde.sn/

La Sonatel n’a pas encore démarré l’authentification de l’identification de ses abonnés

Suite à une visite surprise effectuée dans la première quinzaine du mois de juin 2016 auprès des opérateurs de téléphonie mobile, Abdou Karim Sall, Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et de la poste (ARTP), a révélé que seuls, Tigo et Expresso avaient démarré l’authentification de l’identification de leurs abonnés, grâce au fichier national de la carte d’identité. Par contre la société Orange n’a pas respecté les dispositions établies malgré sa connexion au système. Pour des raisons sécuritaires, l’ARTP a donc sommé la Sonatel de se mettre sans délai à l’exploitation de la base de données mise à sa disposition. Avec l’ouverture du fichier de la carte nationale d’identité, les autorités sénégalaises estiment avoir donné aux opérateurs de télécommunications les moyens nécessaires pour vérifier que les informations fournies par les abonnés, lors de l’identification de leur SIM, concordent bien avec leur identité réelle.

ARTP : http://www.artp.sn/

Le Sénégal se classe à la 13ème place en termes de noms de domaines actifs enregistrés

Le 17 juin 2016, à l’occasion du forum organisé par l’Association des Editeurs et Professionnels de la presse en ligne (APPEL), Alex Corenthin, gestionnaire du NIC Sénégal, a révélé que 5324 noms de domaine actifs enregistrés par ses services. Sur cette base, le Sénégal se place à la treizième place en Afrique en termes de noms de domaines enregistrés alors qu’en termes d’habitants il se classe aux alentours de la 23ème place.

NIC Sénégal : http://www.nic.sn/

Orange Money permet désormais d’effectuer des transferts d’argent de la France vers l’Afrique

Le 15 juin 2016, l’opérateur téléphonique Orange a lancé en France son offre de paiement mobile Orange Money. Avec cette nouvelle solution, il sera possible de transférer de l’argent depuis la France vers plusieurs pays africains. Ce nouveau service permet aux clients d’Orange France d’effectuer des transferts d’argent via leur mobile vers d’autres clients Orange Money situés dans un premier temps en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal. Pour le lancement d’Orange Money en France, Orange s’appuie sur sa filiale W-HA qui dispose d’un agrément d’EME et est habilitée à émettre et à gérer de la monnaie électronique.

Orange Money : http://orangemoney.orange.fr/

NUMHERIT joue désormais dans la cour des grands

La société sénégalaise NUMHERIT, qui a développé l’application de paiement mobile rechargeable par code JULA, a déployé, en partenariat avec la Poste du Sénégal, la solution POSTECASH qui se compose d’une carte prépayée VISA appairée à une application téléchargeable sur App store et Play store, qui offre de nombreuses solutions de paiement et de transfert. S’appuyant sur cette première expérience, elle vient de conclure des accords avec les postes nationales du Bénin, du Burkina Faso, de la Gambie, du Niger et du Togo. En outre sa solution de paiement a été déclinée pour répondre aux besoins des loteries nationales qui disposent ainsi d’une solution de paiement mobile pour leurs jeux. Sur cette base, la Loterie Nationale du Sénégal (LONASE) a lancé le jeu « Taf-Taf » auquel on peut jouer à partir d’un smartphone ou d’un ordinateur et recevoir ses gains.

NUMHERIT : http://www.numherit.com/
Poste cash Sénégal : https://www.postecash.sn/
Taf-Taf Lonase : http://lonase.sn/index.php/les-jeux...

Tigo signe une convention avec l’Etat du Sénégal pour la construction d’un Data center

Le 17 juin 2016, à la sortie d’une audience avec le Premier ministre du Sénégal, Mahammed Boun Abdallah Dionne, la Directrice générale de Millicom pour la zone Afrique, Cynthia Gordon, a annoncé la signature d’une convention entre Tigo et l’Etat du Sénégal pour la construction d’un Datacenter de dernière génération d’une valeur de 3 milliards de francs CFA sur le site du Pôle Urbain de Diamniadio. Ce Datacenter de dernière génération offrira une sécurité et une disponibilité aux standards internationaux tout en reposant sur un design limitant la consommation d’énergie et favorisant l’utilisation des énergies renouvelables. En effet, il permettra de fournir des solutions d’hébergement sécurisées pour les entreprises au Sénégal. Une cérémonie de pose de la première pierre sera organisée dans les semaines à venir en présence des autorités sénégalaises et de l’équipe dirigeante de Millicom et Tigo Sénégal.

Tigo : http://www.tigo.sn/
Millicom : http://www.millicom.com/

Lancement d’un projet pilote visant à protéger les enfants des contenus de l’internet

Un projet pilote d’éducation aux médias et par les médias visant à protéger les enfants des contenus de l’internet, a été élaboré par le Réseau des acteurs des professionnels des entreprises et industries culturelles de l’Afrique de l’Ouest avec le soutien du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) et le partenariat du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI). Il entend fédérer les initiatives dispersées dans l’exercice de la responsabilité parentale de surveillance, de prévention et de protection des enfants, dans leur consommation médiatique et leurs pratiques sur l’internet. A cette occasion, le Secrétaire général adjoint du Gouvernement, Pape Assane Touré, a rappelé qu’il existait un dispositif de protection des mineurs contre les contenus circulant sur Internet et qui sont de nature à leur porter préjudice. Ce dispositif met l’accent sur les obligations qui incombent aux services de communication, aux prestataires de l’Internet et aux hébergeurs, telles que stipulés dans les cahiers des charges et un certain nombre de lois comme celle de 1983 sur la publicité.

La Sonatel obtient la 4G et le renouvellement de sa concession pour 100 milliards de FCFA

Le 21 juin 2016 à l’occasion d’une conférence de presse, Abdou Karim Sall, Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), a officiellement annoncé que la SONATEL avait acquis la 4G en acceptant de payer 32 milliards de FCFA pour obtenir 20 Mégabits, dont 10 Mégabits dans la bande des 1800 Mhz et 10 Mégabits dans la bande 800 Mhz, avec l’obligation de débuter la commercialisation dans deux mois au plus tard à compter de la date d’assignation des fréquences. Par ailleurs, la SONATEL a obtenu le renouvellement de sa concession, qui venait à expiration en juillet 2017, pour une durée pour une durée de dix-sept (17) années pour un montant de 68 milliards de FCFA.

ARTP : http://www.artp.sn/

Tigo et Expresso discuteraient avec les autorités de l’acquisition d’une licence 4G

Selon les propos tenus par le 23 juin 2016, le Président de la république, Macky Sall, lors de l’inauguration du centre de services numériques d’Atos pour l’Afrique de l’ouest, Tigo et Expresso seraient actuellement en train de négocier avec les autorités l’acquisition d’une licence 4G.

Signature d’une convention entre l’Ecole supérieure polytechnique (ESP) et ATOS Sénégal

Le 23 juin 2016, l’Ecole supérieure polytechnique (ESP) de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) et le groupe ATOS ont signé une convention visant à renforcer et à soutenir le développement de formations d’excellence dans les métiers informatiques du futur. L’objectif de cette convention est de favoriser l’expertise des deux parties, mais également de permettre à l’ESP de valoriser ses enseignements en faisant appel au savoir-faire du groupe ATOS. La convention permettra également aux étudiants de l’ESP de bénéficier de stages au sein du groupe ATOS et à l’ESP de participer au montage d’une formation de type école 42, du nom de l’établissement sans conditions de diplômes à l’entrée ouvert par Xavier Niel à Paris (France) et qui est ouvert en permanence aux apprenants afin qu’ils puissent librement exprimer leur motivation et leur compétence.

ESP : http://wwww.esp.sn/
ATOS : http://www.atos.com/

Inauguration du centre de services numériques d’Atos pour l’Afrique de l’ouest

Le 23 juin 2016, le Président de la république, Macky Sall, a procédé à l’inauguration du centre de services numériques d’Atos pour l’Afrique de l’ouest. Le Centre, en activité depuis décembre 2014 qui fournit des services informatiques allant du développement à la maintenance applicative en passant par l’intégration, vise à faire de Dakar une plateforme d’expertise numérique reconnue et un accélérateur de la transformation digitale du sous-continent, servant aussi bien les grands comptes mondiaux que les entreprises et administrations du Sénégal et de l’Afrique de l’Ouest. Plus de 250 ingénieurs travaillent actuellement sur le site et ce nombre devrait atteindre 300 à 400 d’ici la fin de l’année 2016.

ATOS : http://wwww.atos.com/

Blocage des réseaux sociaux à l’occasion de la libération de Karim Wade

Dans la nuit du 23 au 24 juin 2016, à l’occasion de la libération de Karim Wade et de son départ pour le Qatar suite à la grâce accordée par le Président de la république, Macky Sall, les utilisateurs des réseaux sociaux ont constaté que ceux-ci étaient totalement inaccessibles entre minuit et deux heures du matin.

Politique

Le Sénégal a ratifié la Convention de l’UA sur la cybersécurité et la protection des données

Le 24 juin 2016, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi autorisant le Président de la république, Macky Sall, à ratifier la Convention de l’Union africaine sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel. Pour mémoire, la Convention de l’Union africaine (UA) sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel a été adoptée par la 23ème Session ordinaire de la Conférence de l’UA tenue le 27 juin 2014 à Malabo (Guinée Equatoriale). La Convention de l’UA sur la Cybersécurité et la protection des données à caractère personnel est composée de quatre (04) chapitres : un premier portant sur les transactions électroniques, un deuxième chapitre sur la protection des données à caractère personnel, un troisième chapitre intitulé « Promotion de la cybersécurité et lutte contre la cybercriminalité », enfin un quatrième chapitre qui porte sur les dispositions finales, entre autres la signature, la ratification et l’adhésion à la Convention.

Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.sn/
Union Africaine : http://www.au.int/

L’UEMOA prévoit de s’appuyer sur les services mobiles pour renforcer l’inclusion financière

Le Conseil des ministres des Finances de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) s’est tenu es 24 et 25 juin2016 à Lomé (Togo). Au cours de cette rencontre, les ministres ont adopté le document-cadre de politique et de stratégie régionale d’inclusion financière qui vise à assurer l’accès et l’utilisation d’une gamme diversifiée de produits et de services financiers, à coûts abordables, à 75% de la population adulte de l’UEMOA au cours des cinq prochaines années. Pour ce faire, il met notamment l’accent sur le développement des services financiers sur mobile.

UEMOA : http://www.uemoa.int/

Infrastructures et services

Le DG de l’ADIE rappelle la volonté de l’Etat de doter le Sénégal d’un IXP d’ici la fin de l’année

Le 18 juin 2016, lors de la première édition du Forum des éditeurs de la presse en ligne organisé par l’Association des professionnels de la presse en ligne (APPEL), Cheikh Bakhoum, Directeur général de l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE), a fait part de la volonté de l’Etat du Sénégal de disposer d’un point d’échange Internet fonctionnel avant la fin de l’année. Pour mémoire, le 12 novembre 2015, vingt-trois (23) structures évoluant dans le domaine de l’informatique et des télécommunications au Sénégal ont mis sur pied, l’association « SENIX », chargée de mettre en place un point d’échange Internet (IXP), dont la présidence du Conseil d’administration est assurée par le Directeur général de l’ADIE. A l’origine l’objectif était de faire en sorte que le point d’échange internet national soit opérationnel avant la fin du premier semestre 2016.

ADIE : http://www.adie.sn/

Mise en service du RIMIX, le point d’échange Internet national de la Mauritanie

Le 27 juin 2016, le point d’échange Internet national mis en place par la Mauritanie sous l’appellation de RIMIX, est devenu opérationnel. La création de ce point d’échange Internet (IXP) s’intègre dans le cadre du projet de connectivité nationale, WARCIP-Mauritanie, financé par la Banque Mondiale. L’objectif du projet WARCIP est d’accroitre la couverture géographique des réseaux à bande passante de grande capacité et de diminuer les coûts des services de communications sur le territoire de la République Islamique de Mauritanie. Il s’appuie sur une approche intégrée reposant sur (i) l’amélioration de la connectivité à travers l’accès concurrentiel à la bande passante internationale, (ii) la création d’un environnement propice et le renforcement des capacités institutionnelles pour éliminer les goulots d’étranglement qui contraignent la participation du secteur privé au développement de la connectivité nationale et régionale, et (iii) l’appui à la mise en œuvre du projet dans le pays (y compris les clauses environnementales et sociales).

RIMIX : http://rimix.mr/

Projets

Le NIC Sénégal procédera bientôt à la signature DNSSEC de la racine du serveur DNS

Le 17 juin 2016, à l’occasion du forum organisé par l’Association des Editeurs et Professionnels de la presse en ligne (APPEL), Alex Corenthin, gestionnaire du NIC Sénégal, a annoncé que NIC Sénégal procéderait prochainement avec ICANN à la signature DNSSEC de la racine du serveur DNS afin de garantir une infrastructure nationale de confiance en matière de noms de domaines. La technologie DNSSEC a été notamment développée pour se protéger contre les attaques visant à détourner à son profit une étape du processus de consultation DNS, prendre le contrôle d’une session et, par exemple, envoyer les internautes vers le site Web frauduleux du pirate afin de récupérer les comptes et les mots de passe. Elle permet d’apposer une « signature » numérique aux données et garantit ainsi à l’utilisateur la validité de ces données. Il est important de noter que cette technologie ne chiffre pas les informations mais elle permet d’attester de la validité de l’adresse du site que vous consultez.

NIC Sénégal : http://www.nic.sn/

ATOS Sénégal devrait bénéficier d’un terrain de six hectares pour s’installer à Diamniadio

Par la voix du Président de la République Macky Sall, l’Etat du Sénégal devrait donner une réponse favorable au groupe ATOS Sénégal qui souhaite bénéficier d’un terrain d’une superficie de six (6) hectares à Diamniadio pour y installer une plateforme technologique. Selon les responsables d’ATOS, cette infrastructure qui devrait être fonctionnelle à l’horizon 2020 est prévue pour employer quelques 2 000 ingénieurs provenant d’Afrique et de la diaspora. Le centre d’Atos devrait cohabiter le Parc des technologies numériques de Diamniadio, financé par la Banque africaine de développement (BAD).

ATOS Sénégal : http://www.atos.com/

Sk Telecom serait intéressé par l’acquisition d’une licence de télécommunications au Sénégal

Selon le quotidien L’Observateur en date du 24 juin 2016, La société CKG Group Middle East and partners, en partenariat avec le premier opérateur coréen, Sk Telecom, aurait déposé auprès du Président de la République Macky Sall, une offre spontanée par entente directe pour l’acquisition d’une licence universelle de télécommunications. Le consortium aurait proposé 100 milliards de francs CFA pour une licence universelle unifiée couvrant la 2G, la 2, 5G,la 3G, la 3G+ et la 4G.

Sk Telecom : http://www.sktelecom.com/

Rendez-vous

Symposium TIC Afrique (12-15 juillet 2016, Yaoundé, Cameroun)

Le Symposium TIC Afrique, organisé par ACSIS/SCASI se déroulera du 12 au 15 juillet 2016 à Yaoundé (Cameroun).

ACSIS/SCASI : http://www.acsis-scasi.org/

5ème édition salon monétique régional (14-15 juillet 2016, Dakar, Sénégal)

La 5ème édition du salon monétique régional se déroulera sur le thème « Le Mobile Money et le Mobile Banking, vecteur de l’inclusion financière et de la bancarisation en Afrique : Enjeux et Perspectives », les 14 et 15 juillet 2016 à Dakar (Sénégal). Initié en 2008 par le Groupement d’intérêt monétique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (GIM-UEMOA), le Salon monétique régional (SMR) réunit tous les acteurs des moyens de paiement électronique qui contribuent au développement et à l’intégration économique par diverses solutions monétiques, mobile money/mobile banking, e-commerce, prépayé, etc.

5ème SMR : http://gim-uemoa.org/fr/smr

Atelier régional sur la sécurité en ligne des enfants (18-20 juillet 2016, Lilongwe, Malawi)

L’atelier régional annuel sur le renforcement de capacité en matière de la protection en ligne des enfants pour les pays d’Afrique sub-saharienne organisé par l’Union internationale des télécommunications (UIT) se tiendra du 18 au 20 juillet 2016 à Lilongwe (Malawi). Le thème de l’atelier est intitulé « Assurer la sécurité des enfants en ligne dans un monde numérique : renforcement des capacités humaines pour la formulation et la mise en œuvre des politiques en matière de sécurité en ligne des enfants ». Le thème met l’accent sur la sécurité en ligne des enfants dans un contexte africain où plusieurs initiatives et mesures ont été prises pour combler le fossé numérique et atteindre le développement économique et social à travers l’utilisation des TIC. L’événement se déroulera en parallèle avec l’assemblée générale de l’Association des régulateurs des services de communication et de l’information d’Afrique orientale et australe (ARICEA).

UIT : http://www.itu.org/

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)