twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 171 Octobre 2013

jeudi 31 octobre 2013

Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication


Sommaire

Éditorial

Actualités

Politique

Infrastructures et services

Projets

Rendez-vous

Editorial

Secteur des télécommunications : le régulateur assure-t-il ses responsabilités ?

A deux reprises, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) vient d’amener les Sénégalais à s’interroger sur le fait de savoir si elle était véritablement à la hauteur des prérogatives qui lui ont été confiées par le législateur et des attentes placées en elle par les acteurs du secteur et les citoyens. Tout d’abord, après avoir organisé une rencontre publique sur la portabilité des numéros en juillet 2013 à l’issue de laquelle il fut officiellement annoncé que la portabilité des numéros de téléphonie mobile serait effective à partir de septembre 2013, ne voilà-t-il pas que la mesure a été reportée à septembre 2014, l’ARTP ayant apparemment découvert entre temps que la portabilité, même si elle est réclamée par tous, implique un certain nombre de préalables techniques chez les opérateurs. Autant dire qu’en la matière, le régulateur a confondu vitesse et précipitation. L’annonce du report de cette décision étant intervenue quelques jours après que le Directeur général de l’ARTP ait accordé une audience au Directeur général de la Sonatel, qui comme chacun le sait avait été le seul opérateur à avoir exprimé des réticences à la mise en œuvre de la portabilité des numéros, du point de vue de la perception, l’affaire en a laissé plus d’un perplexe. De là à voir une relation de cause à effet entre ces deux évènements, la relation a été vite faite, à tort ou à raison, par certains médias, jetant ainsi le trouble sur l’indépendance du régulateur. Par la suite, l’ARTP a été totalement hors-jeu à l’occasion du démarrage de l’expérimentation de la 4G au Sénégal. Là encore, au lieu que le Collège de régulation de l’ARTP rende public une décision en bonne et due forme, informant les opérateurs comme l’ensemble des citoyens de sa volonté de créer les conditions légales de l’expérimentation de la 4G au Sénégal dans le cadre d’une phase pilote, nous avons assisté en lieu et place à l’organisation d’une grande opération médiatique autour du « lancement » de la 4G par la Sonatel. Or, pour le commun des mortels, au moment où la Sonatel se livrait à cet exercice, à aucun moment il n’avait été fait état de l’attribution, même provisoire, de licences 4G par l’ARTP à un quelconque opérateur. Cela étant, dans cette affaire, c’est moins la Sonatel, qui n’a fait que profiter du manque de perspicacité du régulateur, que l’ARTP qu’il faut blâmer. En effet, au lieu d’attendre le lendemain de l’opération organisée par la Sonatel pour publier un communiqué informant qu’il avait décidé d’octroyer des autorisations temporaires aux trois opérateurs de téléphonie titulaires de licence au Sénégal afin de leur permettre de tester les nouveaux services de la 4G, c’est l’ARTP qui aurait dû organiser auparavant une conférence de presse fortement médiatisée afin de donner la primeur de sa décision aux citoyens plutôt que de se laisser brûler la politesse par un des opérateurs. En la matière, il faut souligner que le régulateur n’en est malheureusement pas à son coup d’essai, puisqu’en 2008, il avait laissé la Sonatel dérouler une campagne publicitaire vantant les mérites de l’Iphone 3G alors que l’opérateur ne possédait pas de licence lui permettant d’exploiter la 3G et que ce standard n’était pas encore disponible au Sénégal. Ainsi les Sénégalais étaient-ils encouragés à acheter un appareil dont la principale nouveauté consistait en une fonctionnalité qui n’était pas utilisable dans le contexte sénégalais, chose contre laquelle ils auraient dû être mis en garde, au nom de la défense des intérêts des consommateurs, par le régulateur, qui resta au contraire muet. Ces exemples, auxquels nous aurions pu ajouter la manière dont a été conduit le processus ayant abouti à l’attribution de la troisième licence à Sudatel ou encore les conditions dans lesquelles il fut fait appel à Global Voice, amène légitimement à poser la question de savoir s’il existe une autorité qui assume ses responsabilités en matière de régulation des télécommunications au Sénégal. En effet à chaque fois que le régulateur devrait être au premier plan, à chaque fois qu’il devrait exercer pleinement ses prérogatives, à chaque fois qu’ils devraient montrer aux opérateurs que c’est lui le maitre du jeu, à chaque fois qu’il devrait s’ériger en défenseur de l’intérêt général au détriment des intérêts particuliers, le régulateur est soit absent soit en dessous de ce que l’on est en droit d’attendre de lui.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

Actualités

Atelier régional sur les stratégies nationales de cybersanté

A l’initiative de l’Union internationale des télécommunications (UIT) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un atelier régional portant sur les stratégies nationales de cybersanté en vue d’améliorer l’état de santé des femmes et des enfants s’est déroulé du 28 au 30 octobre 2013 à Dakar (Sénégal). L’objet de cet atelier était de faire mieux connaître les innovations dans le domaine de la cybersanté qui permettent d’améliorer la santé de la femme et de l’enfant et de faire mieux comprendre les principales étapes de l’élaboration d’une stratégie nationale de cybersanté.

UIT : http://www.itu.org/
OMS : http://www.who.org/

Atelier visant à réduire la fracture technologique de genre organisé par Senchix

Senchix, en partenariat avec le Groupe africain d’opérateurs réseaux (AFNOG), a organisé un atelier intensif de cinq (5) jours du 21 au 25 octobre 2013 à Dakar (Sénégal) visant à réduire la fracture technologique de genre. Cet atelier a notamment consisté à former des jeunes femmes à l’installation, la sécurisation et la gestion d’un système d’exploitation Unix sur un ordinateur standard.

Senchix : http://www.senchix.sn/

SenMap, première application de géolocalisation sénégalaise

Développée par la Sonatel, SenMap est la première application de géolocalisation sénégalaise. Elle permet notamment de localiser les pharmacies et urgences médicales, les stations d’essence, les hôtels, les distributeurs Orange Money et les accueils Sonatel à travers le Sénégal. SenMap fournit des informations telles que l’adresse et le numéro téléphone de chaque point à proximité avec possibilité d’émettre un appel directement. Elle offre également les fonctionnalités suivantes : vue plan avec les noms des rues, vue satellite et rotation 360°, affichage par liste des centres d’intérêt, chargement des points sur un rayon de 2 km avec précision de la distance par rapport à la position actuelle, traçage de l’itinéraire, recherche intuitive, recherche par catégorie, nom et adresse.

SenMap : http://www.orange.sn/

DKpromo, nouveau site sénégalais de commerce électronique

La société Toponitech, installée aux États-Unis, au Canada, en France et au Sénégal, a lancé une plateforme de commerce électronique dénommée DKpromo. Ce portail propose en promotion des vêtements pour hommes, femmes et enfants, des produits informatiques et électroménagers, etc. Les produits commandés sont livrés dans les 24 heures suivant la validation de l’achat.

DKpromo : http://www.dkpromo.com/

La Sonatel s’engage sur la voie de la dématérialisation des factures téléphoniques

Dans le cadre de sa stratégie de responsabilité sociale d’entreprise (RSE), le groupe Sonatel certifié QSE (Qualité, Santé et Environnement) depuis 2012 s’est engagé dans une démarche pour la préservation de l’’environnement par la réduction de l’utilisation d’énergies non renouvelables dont le papier. Désormais, les clients qui le souhaitent peuvent bénéficier de nouveaux moyens pour disposer et consulter leurs factures de téléphone fixe, mobile, internet et TV avec la suppression de l’impression sur papier. C’est ainsi que dès la disponibilité des factures, les clients peuvent être informés par SMS, appel téléphonique, courrier électronique ou télécopie des montants et échéances de leurs factures. De même, ils peuvent à tout moment consulter les informations en appelant gratuitement le serveur vocal 800 800 808, ou en se rendant sur le site http://www.orange.sn/ pour avoir une édition électronique.

Sonatel : http://www.orange.sn/

Envoi d’un SMS par le Président Macky Sall à l’occasion de la Tabaski

A l’occasion de la Tabaski, également connu sous l’appellation de fête de l’Aïd el-Kebir, le Président de la république, Macky Sall, a adressé le SMS suivant à un certain nombre de Sénégalais et de Sénégalaises : « Cher(e) compatriote, A l’occasion de la Tabaski, recevez mes meilleurs vœux. Que Dieu vous protège et garde notre cher Sénégal. Dewenati ».

Séminaire international sur le droit à la vie privée et à la protection des données personnelles

Un séminaire international des acteurs de la société civile d’Afrique francophone portant sur le thème « Droit à la vie privée et protection des données personnelles » a été organisé par l’association Jonction les 10 et 11 octobre 2013 à Dakar (Sénégal). A cette occasion, les participants ont fait un plaidoyer pour la généralisation des autorités nationales de protection de la vie privée en Afrique dans les pays qui n’en sont pas encore dotés. Pour mémoire le Sénégal s’est doté d’une Commission de protection des données personnelles (CDP) depuis 2008 et cette structure est opérationnelle depuis 2011.

Commission de protection des données personnelles : http://www.cdp.sn/

PressAfrik, premier compte Twitter le plus actif des médias francophones en Afrique

Selon une étude réalisée par Docteur Tweety, un moteur de recherche et une solution de veille et d’analyse dédiés au contenu francophone sur Twitter, PressAfrik est le huitième compte le plus actif des médias francophones du monde et premier dans le continent africain.

Docteur Tweety : http://www.docteur-tweety.com/

YouTube est désormais la plateforme la plus consultée par les internautes sénégalais

Selon Alexa Internet, entreprise américaine appartenant au groupe Amazon et connue pour fournir des statistiques sur le trafic du Web, YouTube est désormais la plateforme la plus consultée par les internautes sénégalais. Grâce notamment à des contenus comme le Journal Rappé ou encore Taf Taf avec Saneekh, YouTube devance devance désormais Facebook au Sénégal.

Lancement officiel du projet Mairie-Jeunesse-TIC (MA.JES.TIC)

Le 3 octobre 2013, l’Association des jeunes entrepreneurs et promoteurs du numérique africain (JEPNA) a procédé au lancement officiel du projet « Mairie-Jeunesse-TIC ». Le projet MA.JES.TIC rentre dans le cadre de la politique de promotion de l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) tout en promouvant la démocratisation de l’accès et de l’utilisation des TIC en passant par la formation et la sensibilisation des populations, surtout les jeunes sur les opportunités offertes par le secteur. Inscrit dans le cadre du Suivi du forum TIC africain, le MA.JES.TIC ‘’Mairie-Jeunesse-TIC’’ est un forum qui a pour objectif principal de mettre à disposition des jeunes des collectivités locales, des opportunités que peuvent offrir les TIC surtout pour le développement de l’entreprenariat des jeunes.

Publications de plusieurs contributions sur la société de l’information au Sénégal

Momar Coumba Diop, chercheur à l’Institut Fondamental d’Afrique noire/Cheikh Anta Diop (IFAN/CAD) vient de publier un ouvrage en deux volumes respectivement intitulés « Sénégal (2000-2012) : les institutions et politiques publiques à l’épreuve du régime libéral » et « Le Sénégal sous Abdoulaye Wade : Le Sopi à l’épreuve du pouvoir » qui comprennent plusieurs contributions portant sur les problématiques liées à la société de l’information. Le premier volume contient deux textes, l’un rédigé par Olivier Sagna et intitulé « Les politiques publiques en matière de télécommunications et de TIC (2000-2012). Entre discours, réalisations et scandales » et l’autre rédigé par Oumar Kane et intitulé « Les politiques publiques en matière de technologies de l’information et de la communication. Harmonisation, convergence et gouvernance ». Le second volume contient quatre textes rédigés respectivement par Ndiaga Loum (Les médias sous Abdoulaye Wade. Entre contrôle et défiance), Moussa Paye (La presse et les lobbies dans le nouveau désordre de l’information), Carlos Bajo Erro (Les soleils de la citoyenneté numérique. Participation sociale et politique pendant l’élection présidentielle de 2012) et Mamadou Ndiaye (La presse en ligne au Sénégal. Nécessité économique ou sentinelle démocratique ?).

Afrimarket s’installe au Sénégal

La startup Afrimarket, créée en février 2013 à Paris (France) et déjà présente en Côte d’ivoire et au Bénin, vient de s’installer au Sénégal. C’est une plateforme Internet qui permet d’envoyer de l’argent à partir de l’extérieur et de récupérer la somme sous forme de marchandises ou de services au Sénégal, qu’il s’agisse de dépenses alimentaires, de santé ou encore de frais scolarité.

Afrimarket : https://afrimarket.fr/

Politique

Macky Sall met l’accent sur la place centrale de l’économie numérique

A l’occasion du Conseil des ministres qui s’est réuni le 31 octobre 2013, le Président de la république, Macky Sall, a insisté sur la place centrale de l’économie numérique dans la construction du Sénégal émergent et l’impératif de relever le défi du désenclavement numérique. Pour ce faire, il a demandé au gouvernement de donner une nouvelle impulsion à la politique nationale du numérique, en veillant à la démocratisation de l’accès aux technologies de l’information et de la communication, à l’amélioration de l’infrastructure physique, notamment dans les zones rurales, à encourager la progression de l’informatisation des milieux scolaires et universitaires et à promouvoir un secteur privé national en matière de télé services et de TIC. Dans cette optique, il a demandé au gouvernement de hâter l’adoption en Conseil des Ministres de la Stratégie nationale de développement de l’économie numérique qui devra faire l’objet d’une loi d’orientation. Le Chef de l’Etat a également demandé au Gouvernement de favoriser l’amplification des investissements de connectivité à l’internet à haut débit, de veiller à la sécurité des systèmes informatiques et des données personnelles, particulièrement, ceux relevant de l’administration et des personnes privées.

Gouvernement du Sénégal : http://www.gouv.sn/

L’ARTP octroie des autorisations temporaires aux opérateurs pour tester la 4G

Dans un communiqué de presse envoyé le 11 octobre 2013, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a informé qu’elle avait octroyé des autorisations temporaires valables jusqu’au 31 décembre 2014 aux trois opérateurs de télécommunications (Orange, Tigo et Expresso) afin qu’ils puissent tester la 4G. Durant cette période test, l’utilisation des ressources spectrales par les opérateurs sera gratuite. Aux termes de cette phase pilote, chacun des opérateurs devra communiquer à l’ARTP un rapport d’évaluation détaillé portant notamment sur la qualité de service et par la suite, le gouvernement sénégalais étudiera les modalités d’attribution des licences 4G aux opérateurs existants et/ou à de nouveaux opérateurs, en privilégiant notamment, la couverture nationale du territoire et la qualité de service.

ARTP : http://www.artp.sn/

Infrastructures et services

La Sonatel lance la 4G à titre expérimental à Dakar et à Saly

Le 10 octobre 2013, suite à l’autorisation temporaire accordée par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) aux trois opérateurs de télécommunications (Orange, Tigo et Expresso), la Sonatel a procédé au lancement expérimental de la 4G au Sénégal. Actuellement, quatre (4) zones sont couvertes par ce réseau 4G dont trois (3) à Dakar (Technopôle, Médina, République) et une (1) à Saly Portudal. La Sonatel prévoit cependant d’ouvrir quarante (40) sites d’ici à six mois, dont trente (30) à Dakar et dix (10) à Saly. Pour ce faire, il faudra cependant disposer d’un terminal compatible 4G (smartphone, tablette, clé ou Modem) et être ciblé par Orange qui remettra à cet effet une nouvelle carte SIM (Usim) en attendant la généralisation du pilote à tous les clients.

Sonatel : http://www.orange.sn/

Projets

Orange Money espère attirer plus de 400 000 nouveaux clients d’ici la fin de l’année 2013

A l’occasion de la première édition du forum Orange Money dédié aux enjeux du paiement par mobile au Sénégal et en Afrique, le Directeur de la stratégie et du développement de la Sonatel, Omar Guèye Ndiaye, a annoncé que l’opérateur historique espérait attirer plus de 400 000 nouveaux clients sur son réseau Orange Money, d’ici la fin de l’année 2013. Actuellement, les clients peuvent déposer jusqu’à une somme de 400 000 FCFA mais prochainement ce plafond pourrait être porté jusqu’à 1 million 500 000 FCFA.

Sonatel : http://www.sonatel.com/

La Sonatel devrait procéder au split de ses actions par dix

Suite à la décision de sa dernière assemblée générale, la Sonatel devrait procéder à la division par dix de ses actions le 23 novembre 2013 à la Bourse régionale de valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan (Côte d’ivoire). L’objectif de cette opération, consistant à fractionner par dix le montant de l’action Sonatel pour en diminuer le nominal, est de mettre l’action Sonatel à la portée des petits épargnants en la faisant passer de 5000 FCFA à 500 FCFA.

Groupe Sonatel : http://www.sonatel.com/

Rendez-vous

Security Day (6-8 novembre 2013, Dakar, Sénégal)

Security Day, premier salon de la sécurité des systèmes d’Information de l’Afrique de l’ouest, se tiendra du 6 au 8 novembre à Dakar (Sénégal). Organisé à l’initiative du cabinet Kabuk Consulting, en partenariat avec d’autres agents de l’industrie de l’informatique, dont IBM, il a pour objectif de discuter des nouvelles problématiques engendrées par l’utilisation des appareils mobiles intelligents, présenter les nouvelles tendances en matière de sécurité, sensibiliser les dirigeants et les utilisateurs sur les enjeux de la cybercriminalité et les responsabilités civiles et pénales du chef d’entreprises et exposer des produits.

Security Day : http://www.securitydaysn.com/

Quatrièmes rencontres eAtlas FAO (25-27 novembre 2013, Ouagadougou, Burkina Faso)

Les quatrièmes rencontres de l’eAtlas Francophone de l’Afrique de l’Ouest se dérouleront sur le thème « former les acteurs locaux de la société de l’information » du 25 au 27 novembre 2013 à Ouagadougou (Burkina Faso). eAtlas FAO est un projet de recherche-action spécialisé sur l’émergence des sociétés de l’information dans leurs rapports aux sociétés et aux territoires. Il s’est fixé pour objet d’explorer les différents modèles de « sociétés de l’information » ainsi que les politiques publiques et les expérimentations qui peuvent y conduire.

Rencontres eAtlas FAO de Ouagadougou : http://e-atlas.sulga.net/

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)