twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 170 Septembre 2013

lundi 30 septembre 2013

Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication


Sommaire

Éditorial

Actualités

Politique

Infrastructures et services

Projets

Rendez-vous

Editorial

Développement de l’économie numérique : abandonner les incantations et passer à l’action

Dans le courant du mois de septembre, la troisième édition du Forum national sur la gouvernance de l’Internet, organisé par le Chapitre sénégalais d’Internet Society (Isoc-Sénégal), a rassemblé la communauté du secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), et au-delà tous ceux qui s’intéressent aux problématiques liées au développement de la société de l’information, pour discuter autour du thème « Le Sénégal dans l’économie numérique pour un développement durable : forces et faiblesses ». Autant le niveau de mobilisation des acteurs, la qualité des présentations et le niveau des débats a été riche, autant le bilan global que l’on peut tirer de cette journée est quelque peu décevant. En effet, dans son intervention introductive, Alex Corenthin, Président d’Isoc-Sénégal, a parfaitement campé le problème en soulignant que si le Sénégal peut s’enorgueillir d’exercer un certain leadership dans le domaine des ressources humaines, les entreprises sénégalaises évoluant dans le secteur de l’économie numérique ne sont toujours pas en mesure d’en tirer un avantage comparatif déterminant, à l’exception des opérateurs de télécommunications majoritairement détenus par des capitaux étrangers. Cette situation, il l’explique par l’inexistence d’une régulation digne de ce nom qui entraine l’absence d’une véritable concurrence cause elle-même d’une faible compétition dans le secteur, du fait notamment du monopole qui continue d’exister en matière de fourniture d’accès à Internet. Pour être complet, il faudrait ajouter à ce tableau plutôt sombre, l’absence de vision et de volonté politique, dont la cause est sans doute à rechercher dans la sous-estimation, voire la mauvaise compréhension, des enjeux liés au développement de la société de l’information pour notre pays et au-delà pour notre continent, par nos dirigeants politiques et cela depuis près de deux décennies. Certes les discours et les proclamations foisonnent mais leur traduction en des stratégies, politiques et actions concrètes laisse particulièrement à désirer. Résultat de cette situation, le Sénégal qui, à la fin des années 90, était présenté par nombre d’analystes comme un des pays les mieux placés pour jouer les premiers rôles dans le développement de la société de l’information sur le continent, n’est plus guère cité lorsque l’on parle de développement de l’économie numérique en Afrique. Malgré les nombreuses réflexions menées, les diagnostics élaborés, les contributions rédigées, etc., le Sénégal ne dispose toujours pas d’une stratégie nationale pour le développement de la société de l’information, d’une manière générale, ni d’une stratégie nationale de développement de l’économie numérique, en particulier. Aujourd’hui, contrairement à ce qui se passe dans de nombreux pays africains (Ghana, Kenya, Maurice, Nigéria, Rwanda, etc.), il n’existe aucun projet structurant dans le domaine des TIC qui soit capable de créer les conditions d’un bond qualitatif et quantitatif pour le secteur des TIC. Lors de ce forum, des recommandations, pour la plupart déjà exprimées en d’autres occasions mais malheureusement jamais prises en compte, ont été formulées parmi lesquelles la création d’un fonds d’appui pour le développement de l’économie numérique, la réorientation de l’utilisation des sommes collectées dans le cadre du service universel, la mise en œuvre d’une dynamique de mutualisation des ressources numériques, notamment dans le domaine des infrastructures, la nécessité de changer de paradigme pour le secteur privé des TIC en passant d’une logique axée sur l’offre de services à une logique de réponse à des besoins exprimés, la promotion de la culture des logiciels libres, particulièrement au sein de l’appareil d’état et de ses démembrements, tant pour réaliser des économies sur le couts des licences, développer les ressources humaines que pour des raisons de souveraineté, le défi de la production d’applications, de services et de contenus numériques locaux en phase avec les besoins et les valeurs des sociétés africaines et enfin la prise en compte effective de la dimension résolument multi-acteurs des questions liées aux TIC impliquant, au-delà du cercles restreint des techniciens, la participation de tous les citoyens, pour l’avènement d’une société de l’information la plus inclusive qui soit. Si nous voulons que le Sénégal fasse demain bonne figure au rendez-vous de la société de l’information, il est grand d’abandonner les incantations pour se consacrer en fin à l’action.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

Actualités

Expresso lance une application sous Androïd destinée à ses clients

Expresso, le dernier des opérateurs entré sur le marché sénégalais de la téléphonie mobile, a lancé à l’attention de ses abonnés une application gratuite fonctionnant sous Android. Développée par People Input, cette application leur permet de consulter leur solde en un seul clic, de transférer du crédit, d’activer un forfait, d’accéder à la liste complète et aux mises à jour en temps réel des services d’Expresso Sénégal, d’être informés en temps réel des promotions de l’opérateur, etc. Cette application qui constitue une première est disponible à l’adresse suivante : https://play.google.com/store/apps/....

Expresso : http://www.expressotelecom.sn/

Ouverture d’un nouvel espace de co-working a ouvert ses portes à l’Institut français

Le 28 septembre 2013, un nouvel espace de co-working a ouvert ses portes à l’Institut français de Dakar grâce au concours de Jokkolabs, Digital Africa et de l’Institut français du Sénégal. Situé dans la médiathèque de l’Institut français, cet espace de travail collaboratif a pour vocation d’impulser des dynamiques créatrices de valeur pour l’écosystème technologique et les industries créatives en accueillant les professionnels du secteur ainsi que les acteurs culturels.

Jokkolabs : http://dkr.jokkolabs.net/
Digital Africa : http://www.institutfrancais.com/fr/...

Diego Cambreros succède à Karim Salum comme PDG de Tigo Sénégal

Tigo, 2ème opérateur de téléphonie mobile à avoir fait son entrée sur le marché sénégalais des télécommunications, a annoncé l’arrivée d’un nouveau PDG en la personne de Diego Cambreros. Précédemment Directeur général de Tigo Rwanda, Diego Cambreros succédera à Karim Salum à partir du 7 octobre 2013.

Tigo : http://www.tigo.sn/

« Le journal rappé » atteint un million de vue sur Youtube

A la date du 19 septembre 2013 et après seulement 21 épisodes, « Le journal rappé », chronique vidéo retraçant l’actualité du Sénégal et du reste du monde en français et en Wolof, avait pratiquement atteint les 1 million de vues. « Le Journal Rappé » a connu un tel succès qu’il a fait l’objet de reportage par de nombreux organes de presse tels le Wall Street Journal, le Telegraph, France 24, Afrik.tv, Jeune Afrique, Afrik.com, etc.

Le journal rappé : http://www.youtube.com/user/jtronline

Senevents, nouvelle plateforme de géolocalisation

Une nouvelle application, dénommée Senevents a été créée par de jeunes Sénégalais qui unifie dans une seule plateforme les activités ou lieux d’une région qu’il s’agisse d’hôtels, d’auberges, de discothèques, de lieux touristiques, d’événements, de concerts, de soirées dansantes, etc. Les inscriptions sur le site sont ouvertes à tout commerce ou activité économique localisé au Sénégal. Senevents vous dédie un compte personnel qui porte toutes vos informations. Cette application est compatible avec tous les types d’appareils mobiles (Iphone, Blackberry, Android, etc.).

Senevents : http://www.sen-events.com/

Edition 2013 du Forum national de la gouvernance de l’Internet (FNGI)

L’édition 2013 du Forum national de de la gouvernance de l’Internet (FNGI) organisée par le chapitre sénégalais d’Internet Society (Isoc-Sénégal) s’est déroulée le 19 septembre 2013 sur le thème « Le Sénégal dans l’économie numérique pour un développement durable : Forces et faiblesses ».

Isoc-Sénégal : http://www.isoc.sn/

Fin de l’opération d’identification des abonnés à la téléphonie mobile

Initialement fixée au 18 août 2013, la date limite de l’opération d’identification des abonnés à la téléphonie mobile, lancée par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) le 20 juin 2013, a été finalement repoussée au 15 septembre 2013.

ARTP : http://www.artp.sn/

Mise en ligne d’une pétition en faveur de l’utilisation des logiciels libres

A l’initiative de militants des logiciels libres, une pétition en faveur de l’utilisation des logiciels libres par le gouvernement du Sénégal adressée à Cheikh Mamadou Abiboulaye Dièye, Ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique a été mise en ligne. Dénonçant le fait que l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE) aurait déjà versé plus de 3 milliards de FCFA à Microsoft pour l’achat de licences et aurait octroyé des contrats d’achats de logiciels pour plus de 500 millions FCFA durant la période allant de 2006 à 2009, puis de 2011 à 2013, les initiateurs de cette pétition demandent au Ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique du Sénégal de favoriser le développement et l’utilisation des logiciels libres dans l’administration.

La pétition : http://www.change.org/fr/p%C3%A9tit...

Fin de la première phase de la session de formation du « Projet Genre et TIC »

Après un mois de formation, la première phase de la session de formation du « Projet Genre et TIC », initié par le ministère de la Communication et de l’Economie numérique, s’est achevée le 6 septembre 2013 avec la remise de diplômes à 63 jeunes filles de la région de Dakar. L’objectif de ce projet, initié par le ministère de la Communication et de l’Economie numérique, est d’œuvrer pour faire face à la fracture numérique de genre dans le domaine des TIC. Mme Fatimata Sèye-Sylla, coordinatrice nationale de la composante TICE du projet USAID/Education de base, était la marraine de cette promotion.

Lancement de l’émission en ligne « Les Waane du Web »

Le 7 septembre 2013, Basile Niane, journaliste-blogueur et Mountaga Cissé, Consultant IT et nouveaux médias ont lancé une émission en ligne dédiée aux TIC intitulée « Les Waane du Web ». L’émission va à la rencontre d’acteurs du Web qui font le buzz et comporte diverses rubriques telles « blogs à la une » portant sur des blogues jugés intéressant, des test de produits High Tech récemment sorti sur le marché ainsi qu’une réponse apportée à la question d’un internaute.

Le NSRC publie une histoire de l’Internet au Sénégal couvrant la période 1989-2004

Le Network Startup Resource Center (NSRC) de l’Université d’Oregon aux Etats-Unis vient de publier, en anglais et en français, un ouvrage rédigé par Christophe Brun, Olivier Sagna et Steven Huter intitulée « Historique de l’Internet au Sénégal (1989-2004) ». La version française du document est disponible en format électronique sur le site de l’Observatoire sur les systèmes d’information, les réseaux et les inforoutes au Sénégal (OSIRIS) à l’adresse suivante : http://www.osiris.sn/Christophe-Bru...

NSRC : http://www.nsrc.org/

Politique

Première réunion du cadre de concertation institutions de régulation (CCIR)

Le 17 septembre 2013, une réunion a regroupé les institutions publiques de régulation à savoir, le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA), l’Autorité de Régulation des Marchés publics (ARMP), l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), la Commission électorale nationale autonome (CENA), la Commission de Régulation du Secteur de l’Electricité (CRSE), l’Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM), l’Agence nationale de l’Aviation civile et de la Météorologie (ANACIM) et l’Autorité nationale de l’Assurance Qualité de l’Enseignement supérieur (ANAQ-Sup). A l’issue des travaux, ces institutions ont décidé de mettre en place un cadre de concertation des institutions de régulation (CCIR) en vue d’établir et de renforcer les relations de coopération, de collaboration et d’échanges entre elles. L’ARMP a été désignée à l’unanimité pour exercer la présidence du Comité de Pilotage du cadre de concertation tandis que l’ARTP a été chargée d’assurer le secrétariat de la Commission scientifique.

Etude sur l’impact de la taxe sur le trafic international entrant au sein de la CEDEAO

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a organisé un atelier régional de validation du rapport de l’étude sur l’impact de la taxe de terminaison sur le trafic international entrant au sein de la CEDEAO les 6 et 7 septembre 2013 à Abidjan (Côte d’ivoire). Ont pris part à cet atelier, les experts des secteurs des télécommunications et des TIC, les régulateurs des Etats membres de la CEDEAO ainsi que des représentants de l’Union internationale des télécommunications (UIT), de la Banque africaine de développement (BAD) et des opérateurs et fournisseurs de services de télécommunications. A l’issue de la réunion, il a été recommandé que des correctifs soient apportés à l’étude sur l’impact de la taxe de terminaison notamment au niveau des données statistiques, que l’étude sur l’impact de l’application de la taxe de terminaison entre Etats membres de la CEDEAO (volume de trafic intra-communautaire, recettes générées etc.) soit approfondie et que soit mis en place d’un groupe de travail inter-gouvernemental en vue de poursuivre la réflexion sur la taxe de terminaison.

CEDEAO : http://www.ecowas.int/

L’instauration de la portabilité des numéros mobile repoussée à septembre 2014

Initialement annoncée pour septembre 2013, l’instauration de la portabilité des numéros mobile au Sénégal a été finalement repoussée à septembre 2014 par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP).

ARTP : http://www.artp.sn/

L’Afrique s’accorde pour l’attribution du dividende numérique à partir de 2015

Suite aux négociations sur la coordination des fréquences qui se sont déroulées sous la houlette de l’Union africaine des télécommunications (UAT) à Nairobi (Kenya), un mécanisme permettant de déployer la télévision numérique dans 47 pays d’Afrique subsaharienne a été adopté. L’Afrique devient ainsi la première région à être en mesure d’attribuer en 2015 à la téléphonie mobile les fréquences libérées par le passage à la télévision numérique, le fameux « dividende numérique », dans les bandes des 700 MHz et des 800 MHz. La réunion de Nairobi, organisée conjointement par l’Union internationale des télécommunications (UIT) et l’UAT a rassemblé 124 participants provenant de 35 Etats membres. Il s’agissait de la troisième et dernière réunion de coordination générale entre pays africains, après des réunions analogues tenues en mars 2011 à Bamako (Mali) et en avril 2011à Kampala (Ouganda) et un certain nombre de réunions bilatérales ou multilatérales tenues en 2011 et en 2012.

UAT : http://www.atu-uat.org/

Cheikh Bamba Dièye nommé Ministre de la Communication et de l’Economie numérique

A l’occasion du remaniement ministériel du 1er septembre 2013 qui a vu le remplacement d’Abdoul Mbaye par Aminata Touré au poste de Premier ministre, Cheikh Mamadou Abiboulaye Dièye, précédemment Ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique a été nommé Ministre de la Communication et de l’Economie numérique.

Gouvernement du Sénégal : http://www.gouv.sn/

Infrastructures et services

Google Afrique francophone lance Google Maps Navigation au Sénégal

Le 10 septembre 2013, les responsables de Google Afrique francophone ont présenté Google Maps Navigation, un outil permettant à tout utilisateur muni d’un téléphone mobile fonctionnant avec le système d’exploitation Androïd ou iOS de trouver plus facilement son chemin. Pour se faire, près de 40.000 km de routes et plus de 10.000 points d’intérêt et entités, tels que des hôpitaux, écoles et restaurants ont été cartographiés au Sénégal.

Google Afrique : http://google-africa.blogspot.com/

Projets

L’intersyndicale des travailleurs de la Sonatel s’oppose à l’externalisation de certaines activités

Dans un communiqué envoyé à la presse, l’intersyndicale des travailleurs de la Sonatel a dénoncer le projet de la direction d’Orange visant à confier certaines de ses activités à des sous-traitants étrangers pour faire face aux nouvelles évolutions technologiques. Selon l’Intersyndicale, la direction de l’opérateur historique envisage de céder l’ensemble des infrastructures de la Sonatel à des privés qui les lui loueront ensuite et d’externaliser l’ensemble des activités d’exploitation et de maintenance ce qui signifierait de nombreuses suppression d’emplois sans parler de la perte du savoir technique dans de nombreux domaines.

Rendez-vous

IGF 2013 (22-25 octobre 2013, Bali, Indonésie)

Le Forum mondial sur la gouvernance de l’Internet (IGF 2013) se déroulera sur le thème « Construire des ponts : Renforcer la coopération entre les parties prenantes pour la croissance et le développement durable » du 22 au 25 octobre 2013 à Bali (Indonésie).

IGF 2013 : http://www.intgovforum.org/

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)