twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 164 Mars 2013

dimanche 31 mars 2013

Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication


Sommaire

Éditorial

Actualités

Politique

Infrastructures et services

Projets

Rendez-vous

Editorial

Quatrième opérateur de téléphonie : La rupture sera-t-elle au rendez-vous ?

A travers le communiqué officiel du Conseil des ministres du 7 mars 2013, les Sénégalais ont appris que le Président de la république avait « instruit le gouvernement de prendre les dispositions pratiques, notamment la préparation d’un cahier de charges, en vue de l’arrivée d’un 4ème opérateur sur le marché de téléphonie ». Cette annonce constitue une première dans le paysage sénégalais des télécommunications, où l’Etat nous avais habitué aux décisions prises en catimini. Que l’on se rappelle la privatisation de la Sonatel qui n’avait jamais été évoquée dans le programme du candidat Abdou Diouf à l’élection présidentielle de février 1993 et qui sera effectuée sans qu’il n’y ait eu de véritable débat public à ce sujet. De même, lorsqu’il s’agira d’autoriser la venue d’un second opérateur de téléphonie mobile, l’Etat lancera un appel d’offres international dont le grand public n’entendra jamais parler, les autorités se contentant d’annoncer le choix de Millicom International Cellular (MIC). Le scénario de l’attribution de la 3ème licence globale sera encore plus nébuleux avec une annonce publique en février 2005, du lancement imminent de l’opération, qui sera reportée moult fois jusqu’à la révélation, par la presse en ligne en août 2007, que le processus était en cours ! Résultat : pratiquement six ans après l’attribution « très spéciale » de cette licence, elle continue de défrayer la chronique dans le cadre de l’opération menée contre les « biens mal acquis » par les responsables du régime d’Abdoulaye Wade. Les choses ne seront guère différentes en mai 2010 lorsqu’il s’agira d’accorder une licence de télécommunications à l’opérateur nigérian Globalcom pour l’atterrissage du câble Glo 1 puisque l’affaire sera réglée entre l’opérateur et le ministère de l’économie et des finances, l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) ayant été contournée. Enfin, en mars 2012, une licence pour l’exploitation d’infrastructures de télécommunications sera accordée à la société MTL Infrastructure et Services S.A, dans le plus grand secret, avant que la concession ne soit dénoncée par la nouvelle direction générale de l’ARTP en mai 2012. L’évocation de la manière dont les autorités publiques ont procédé en matière d’attribution de licence de télécommunications depuis plus d’une quinzaine d’années montre que la transparence n’a jamais été au rendez-vous avec pour conséquence de nombreux scandales de grande envergure. Et encore, n’avons-nous pas parlé de l’affaire Global Voice, ni même de la manière dont ont été attribuées les fréquences de télévision aux chaines privées pendant plus d’une décennie ! Les nouvelles autorités ayant placé leur magistère sous le signe de la rupture et de la bonne gouvernance, il faut espérer que le processus d’attribution de cette nouvelle licence sera exempt de tout reproche. Cela étant, le Sénégal a-t-il besoin d’un quatrième opérateur ou faut-il mettre de l’ordre dans le secteur et mieux contrôler les opérateurs déjà installés ? Ostensiblement ces opérateurs, Orange en particulier, annoncent annuellement d’importants bénéfices après impôts dans un contexte marqué par la dégradation de la qualité de service et l’absence de soutien à l’émergence d’une industrie locale des TIC. De plus, les opérateurs déclarant avoir plus de 10 millions de clients sur les 13 millions de Sénégalais, quel rôle pourra jouer un nouvel arrivant sur un marché quasi saturé que se partage des opérateurs aux pratiques plus que douteuses. Commençons d’abord par obtenir des opérateurs existants qu’ils assurent le bon fonctionnement des réseaux et que leurs prix soient réellement à la portée des citoyens. Rien ne justifie par exemple qu’Orange puisse faire payer plus de cinq fois les tarifs appliqués en France. Sur un autre plan, l’arrivée de ce nouvel opérateur devrait coïncider avec une rupture dans la manière dont le marché des télécommunications est régulé de façon à instaurer une véritable concurrence. En effet, les consommateurs attendent en vain depuis des années la baisse significative des tarifs, l’amélioration de la qualité de service et la diversification de l’offre commerciale qui avaient été présentées comme devant être les fruits de la libéralisation. Dans ce sens, il est grand temps de mettre en œuvre un ensemble de mécanismes qui feront que la Sonatel cessera d’être en position dominante dans tous les sous-secteurs du marché des télécommunications voire en position de monopole dans certains et ce plus de quinze ans après la libéralisation du marché.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

Actualités

Le titre Sonatel à la baisse à la BRVM

Le titre Sonatel, qui avait clôturé à 16 500 FCFA le 28 février 2013, a clôturé en baisse à la cote de 16 000 FCFA le FCFA le 29 mars 2013, à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan (Côte d’ivoire).

BRVM : http://www.brvm.org/

Lancement du site web de l’agence de communication Alkuma

Le 29 mars 2013, le groupe de communication Alkuma, qui publie déjà le mensuel du même nom depuis février 2013, a lancé un site qui ambitionne de faire la promotion du Sénégal oriental. A travers le jounal, le site web et l’agence de communication, Alkuma veut désenclaver les régions de Tambacounda et de Kédougou tout en accordant une place de choix à l’information en provenance des cinq pays frontaliers de ces deux régions.

Alkuma : http://www.alkuma.info/

Mise en service du servie de paiement électronique Jula

Depuis le 26 mars 2013, le système de paiement électronique Jula, utilisant les principaux standards en matière de sécurité (cryptage des données, contrôle des adresses IP, protocole SSL, etc.) a démarré ses activités au Sénégal. Il met à la disposition de ses utilisateurs des bons d’achat de paiement allant de 500 FCFA à 50 000 FCFA avec lesquels il est possible d’effectuer des achats par téléphone et via Internet, de recharger du crédit téléphonique (Orange, Tigo, Expresso), de payer des abonnements (Canal+, Excaf, DeltaNet TV), des factures (Senelec et Sonatel) ou de recharger un compte Orange Money, sans pour autant disposer d’un compte en banque ou d’une carte de crédit.

Jula : http://www.jula.sn/

L’Union européenne offre du matériel informatique à 113 collectivités locales

Dans le cadre de la mise en place du processus des réformes de seconde génération engagé par l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), l’Union européenne a offert du matériel informatique à 113 collectivités locales. L’objectif est de permettre à ces collectivités de s’inscrire dans le processus de dématérialisation des marchés publics dont l’objectif majeur est de promouvoir la transparence et d’assurer le libre accès à l’information sur les marchés publics tout en réduisant de manière significative les délais d’attribution.

Union européenne au Sénégal : http://eeas.europa.eu/delegations/s...

Cinquième édition du Mobile Monday à Dakar

Après la première édition organisée le 27 juin 2011 dans les locaux de Jokkolabs, Mobile Monday, en collaboration avec le Ctic Dakar, Sama Event et les studios EFIXX, a organisé une cinquième rencontre le 25 mars 2013 au centre de recherche ouest africain (WARC). Cette session a notamment vu la participation de Thomas Sarlandie, co-fondateur et ancien CTO de Backelite, première agence mobile en France, qui a fait une présentation intitulée « Leçons apprises en 6 ans de mobile en France ». Le premier chapitre de Mobile Monday en Afrique francophone Sub-saharienne a été créé en avril 2011 à Dakar.

Mobile Monday Dakar : http://mobilemondaydakar.org/

Lancement de l’application mobile Actu Sénégal

Un jeune développeur sénégalais qui se fait appeler Jules Souley vient de lancer une application mobile dénommée Actu Sénégal. Cette application qui regroupe tous les sites web sénégalais en un seul donne la possibilité à l’utilisateur de choisir le site qu’il veut consulter, d’où le slogan l’Actualité au bout de vos doigts. L’application Actu Sénégal est disponible gratuitement sur Apps Store. Jules Souley est également le créateur de l’application Tewmoutew qui permet d’acheter, de vendre et d’échanger toute sorte de produits et services.

Actu Sénégal : http://www.youtube.com/watch?v=5SQZ...
Tewmoutew : http://tewmoutew.com/

Première réunion régionale africaine de préparation à la (CMR-15)

La première réunion régionale africaine de préparation à la Conférence mondiale de radiocommunication (CMR-15), qui doit se tenir 2 au 27 novembre 2015 en Suisse, s’est déroulée du 18 au 20 mars 2013 à Dakar (Sénégal). Organisée sous l’égide l’Union africaine des télécommunications (UAT), son objectif était de préparer la participation africaine à cet important évènement.

UAT : http://www.atu-uat.org/

Le ministère de la Fonction publique se dote d’un nouveau site web

Avec l’appui de la Fondation Friedrich Ebert, le ministère de la Fonction publique, du Travail et des Relations avec les institutions s’est doté d’un nouveau site web dont le lancement officiel a eu lieu le 16 mars 2013.

Ministère de la Fonction publique : http://www.fonctionpublique.gouv.sn/

Préinscription en ligne des nouveaux bacheliers non encore orientés

Suite à la décision du Conseil des ministres du 21 février 2013, d’orienter les nouveaux bacheliers non encore orientés dans les établissements privés d’enseignement supérieur, une plateforme de préinscription en ligne a été mise à leur disposition par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Durant la période allant du 16 au 27 mars 2013, 6630 nouveaux bacheliers non orientés ont ainsi pu faire leur choix parmi des filières reconnues par le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) situées dans onze (11) établissements privés d’enseignement supérieur.

Plateforme de préinscription en ligne : http://www.campusen.sn/ ou http://www.campusen.info/

La Banque africaine de développement lance une vingtaine de plateformes Open Data

Le 13 mars 2013, la Banque africaine de développement (BAD) a lancé une première série de plates-formes Open Data (http://www.afdb.org/statistics) pour les 20 pays africains suivants : Afrique du Sud, Algérie, Cameroun, Cap-Vert, Éthiopie, Ghana, Malawi, Maroc, Mozambique, Namibie, Nigeria, Rwanda, République démocratique du Congo, République du Congo, Sénégal, Sud-Soudan, Tanzanie, Tunisie, Zambie et Zimbabwe. Le programme de plates-formes Open Data fait partie de l’initiative « Autoroutes de l’information », qu’a récemment lancée la BAD afin d’améliorer, de manière notable, la gestion et la diffusion des données en Afrique. La plate-forme Open Data de la BAD est un outil qui permet d’extraire les données, de créer et de partager ses propres rapports personnalisés, ainsi que de visualiser les informations liées à des thématiques, à des secteurs ou à des pays, sous forme de tableaux, de graphiques et de cartes. Grâce à cette plate-forme, les usagers peuvent accéder à un large éventail de données sur le développement des pays africains, recoupées à partir d’une variété de sources officielles, internationales et nationales. La BAD envisage de compléter et d’étendre ces plates-formes à l’ensemble des pays africains d’ici juillet 2013.

Open Data pour le Sénégal : http://senegal.opendataforafrica.org/

Prochain démarrage des activités de l’opérateur Hayo dans la région de Matam

Parallèlement au Conseil des ministres décentralisé qui s’est tenu le 21 mars 2013 à Matam, le Consortium de service universel (CSU SA) qui a été retenu depuis juin 2009 pour exploiter une licence de service universel de télécommunications dans la région de Matam a annoncé qu’il allait bientôt démarrer ses services dans les trois communes de Matam, Kanel et Ourossogui avant de les étendre au reste de la région. Commercialisés sous la marque « Hayo », ils consisteront en des services de téléphonie fixe et mobile ainsi que des services internet à large bande et mobile. Hayo compte également créer des points d’accès publics à Internet et fournir des services de photocopie et de télécopie. La mise en œuvre d’Hayo, dont le slogan est « le réseau de l’espoir », devrait permettre la création de 510 emplois directs et indirects générant une masse salariale annuelle d’environ 800 millions de FCFA.

Hayo : http://www.hayo.sn/

ICANN a décidé de désigner six représentants pour chacune des régions d’Afrique

La réunion des parties prenantes africaines sur la gouvernance d’Internet qui s’est déroulée les 7 et 8 mars 2013 à Addis Abeba (Ethiopie), à l’initiative de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), a discuté en détail de la mise en œuvre de la stratégie africaine pour un meilleur engagement en Afrique. A cette occasion, Fadi Chehadé, Président d’ICANN a déclaré que l’organisation chargée de la gestion des noms de domaines envisageait de désigner six représentants sur le continent africain, dans chacune des six régions de l’Afrique (Nord, Sud, Est, Ouest, Centre et Océan Indien).

ICANN : http://www.icann.org/

Le taux de piratage des logiciels informatiques s’élèverait à 78% au Sénégal

Le 6 mars 2013, à l’occasion de la journée internationale contre le piratage informatique, Juanito Adedze, Directeur PME-PMI à Microsoft, a révélé que le taux de piratage des logiciels est estimé à 78% au Sénégal. Dans la législation sénégalaise, le piratage informatique n’est pas réprimandé en tant que tel mais le délit de contrefaçon est passible de six (6) mois à deux (2) ans d’emprisonnement ferme et des dommages et intérêts allant de 2 à 6 millions de FCFA. Globalement, en 2012, le piratage informatique, en ce qui concerne les produits Microsoft, a été évalué à près de 14 milliards de dollars en Afrique de l’Ouest.

Lancement du projet « Genre et TIC »

Le 5 mars 2013, à l’occasion du lancement du projet « Genre et TIC », initié par le ministère de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique (MCTEN), il a été révélé que l’Etat comptait injecter 50 millions de FCFA pour permettre l’accès des femmes aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Prévu pour s’étendre sur une durée de trois (3) ans, ce projet vise à instaurer un environnement socioculturel favorable à l’équité de genre dans le secteur des TIC. Dans cette optique 500 ordinateurs seront mis à la disposition d’un millier de femmes qui bénéficieront de formation dans les zones urbaines comme dans les zones rurales.

Cheikh Fall nominé pour le prix du Net-citoyen 2013 de Reporters sans frontières (RSF)

Cheikh Fall, fondateur de « Sunu2012.sn », plateforme qui avait pour but d’assurer le suivi du processus électoral de l’élection présidentielle de février-mars 2012 au Sénégal et de faire de la veille sur l’information politique à travers les réseaux sociaux, a fait partie des neuf nominés pour le prix du Net-citoyen 2013 organisé par Reporters sans frontières (RSF). Finalement suite au vote des internautes qui s’est déroulé du 27 février au 5 mars 2013, le prix a été attribué au blogueur vietnamien Huynh Ngoc Chenh.

Reporters sans frontières : http://fr.rsf.org/

Politique

Le Sénégal choisit la SNEDAI pour délivrer ses visas biométriques

Suite à la décision du Sénégal d’appliquer la réciprocité en matière de visas à compter du 1er janvier 2013, les autorités sénégalaises ont signé une convention de concession avec la Société nationale d’édition de documents administratifs et d’identification (SNEDAI) pour la production de visas biométriques le 4 février 2013. Cette convention d’une durée de cinq ans renouvelables, s’inscrit dans le cadre d’un BOT (construire, gérer et transférer) qui permettra au Sénégal de ne pas devoir mobiliser immédiatement la somme nécessaire à l’installation du système. La SNEDAI est une société anonyme au capital de 200 millions de francs CFA, immatriculée au registre de commerce et du Crédit mobilier d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Elle appartient au groupe ISD Holding qui détient des filiales en République démocratique du Congo (RDC), en Guinée, au Togo et au Bénin. Il faut préciser que l’application de la mesure a été différée jusqu’au mois de juillet 2013, en attendant la mise en place du dispositif et du personnel nécessaires.

SNEDAI : http://www.snedai.com/

Vers l’élaboration d’un cahier des charges pour la venue d’un 4ème opérateur de télécoms

Lors du Conseil des ministres du 7 mars 2013, le Président de la république, Macky Sall, a demandé au Premier Ministre à faire la lumière sur la tarification des appels téléphoniques internationaux suite à l’allègement du dispositif règlementaire sur les appels entrants, demandant que soit envisagé un système de contrôle transparent du trafic, sans pour autant qu’il y ait surtaxe. Il a également demandé à ce que le gouvernement finalise dans les meilleurs délais un processus visant à l’identification des abonnés en veillant à ce qu’aucun manquement de la part des opérateurs téléphoniques ne soit toléré. Enfin, il a instruit le gouvernement de prendre les dispositions pratiques, notamment la préparation d’un cahier de charges, en vue de l’arrivée d’un 4ème opérateur sur le marché de téléphonie.

Gouvernement du Sénégal : http://www.gouv.sn/

Infrastructures et services

La plateforme Deezer bientôt accessible à certains abonnés de la Sonatel

Dans le cadre de la prolongation jusqu’en 2015 de l’accord liant entre Orange et Deezer, certains abonnés de la Sonatel auront désormais accès à cette la plateforme de streaming offrant de la musique en ligne. En fait, l’accès illimité à la bibliothèque musicale de Deezer sera réservé aux abonnés des formules « Pack ADSL IllimiNet » et « Triple Play ».

Sonatel : http://www.sonatel.com/
Deezer : http://www.deezer.com/

Projets

L’ARTP procédera à un audit des coûts de communication fixés par les opérateurs mobiles

Le 16 mars 2013, lors d’un atelier d’échanges avec l’ensemble des associations de consommateurs organisé par l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), Abou Lô, son directeur général, a révélé qu’un audit des coûts de communication fixés par les opérateurs de téléphonie mobile serait effectué durant l’année 2013. Le but de cet audit est d’aboutir à une réduction des tarifs des communications mobiles au Sénégal.

ARTP : http://www.artp.sn/

Rendez-vous

Startup Week-end Dakar (12-14 avril 2013, Dakar, Sénégal)

Après une première édition qui s’était déroulée du 31 mars au 2 avril 2012, le Startup Week-end Dakar organise une seconde édition qui se tiendra du 12 au 14 avril 2013 à la Biscuiterie de Médina à Castor. Le Startup Week-end Dakar a décidé cette année de placer le mobile parmi ses centres d’intérêt.

Startup Week-end Dakar : http://dakar.startupweekend.org/

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)