twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 110 Septembre 2008

mardi 30 septembre 2008

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal

n° 110 septembre 2008


Sommaire


Éditorial
Libéralisation ne rime pas avec libération...
Actualités
NIC Sénégal : Mise en place d’une nouvelle charte de nommage
Pas d’incompatibilité juridique avec la clause de solidarité numérique
Deux chaînes de télévision sénégalaises distribuées en France par l’ADSL
Une année après l’obtention de sa licence, Sudatel n’est toujours pas opérationnel
Un membre du Conseil d’administration de la Sonatel impliqué dans une affaire de corruption
Baisse significative du cours de l’action Sonatel à la BRVM d’Abidjan (Cote d’ivoire)
Vers la mise en place d’accords concertés d’itinérance entre les opérateurs ouest africains
Assemblée générale de l’Organisation des professionnels des TIC (OPTIC)
Les revues Netcom et NetSuds publient un numéro spécial sur le Sénégal
Politique
Le projet de désengagement de l’Etat du capital de la Sonatel indirectement confirmé
Le siège de l’UAT va être ramené à Kinshasa (RDC)
Infrastructures et services
Installation une grille de calcul à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD)
Evolution du fixe, du mobile et de l’Internet : Les tendances se confirment
Déploiement de l’intranet administratif dans les capitales régionales
Projets
Google envisage de fournir une connexion à haut débit à faible coût pour l’Afrique
Mise en place de la station terrienne Hub du réseau panafricain de services en ligne
Projet de déploiement de l’intranet administratif dans les capitales départementales
Rendez-vous
Conférence sur la publication et la diffusion électroniques (6-7 octobre 2008, Dakar, Sénégal)
Commonwealth ICT Summit 08 (6-10 octobre 2008, Abuja, Nigeria)
Première conférence africaine sur la cybersécurité (8-10 octobre 2008, Abidjan, Côte d’ivoire)
La gouvernance et le développement des technologies de l’Internet (13-17 octobre 2008)
Conférence régionale des associations de consommateurs (22-24 octobre 2008, Cotonou)


Editorial


Libéralisation ne rime pas avec libération...

Dix ans après l’octroi d’une licence de téléphonie mobile à Sentel, le moment est venu de s’interroger sur ce qui a vraiment changé sur le marché sénégalais des télécommunications. Lorsque fut adopté la loi n° 96-03 du 22 février 1996 portant Code des télécommunications, il s’agissait de répondre aux exigences des institutions de Bretton Woods dont la devise est symbolisée par le triptyque « privatisation, libéralisation, régulation ». Les conséquences de cette loi furent la privatisation de la Sonatel en 1997 et l’instauration d’un régime de concurrence limitée pour la téléphonie mobile et d’un régime de concurrence totale pour les services à valeur ajoutée, la téléphonie fixe continuant à bénéficier d’un régime de monopole. L’année 1998 fut marquée par l’arrivée d’un second opérateur de téléphonie mobile, Sentel filiale de Millicom International, suite à un appel d’offres à propos duquel les Sénégalais ne reçurent pas la moindre information si ce n’est le résultat final ! La concurrence dans ce secteur permit à la fois la baisse du prix de l’abonnement et celui des tarifs des communications avec pour résultat un accroissement exponentiel du nombre d‘abonnés qui passera de 100.000 à 4.720.835 en une décennie et une extension de la couverture du réseau qui dessert aujourd’hui près de 90% de la population. En 2001, un nouveau code des télécommunications fut adopté qui permit notamment la création de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) dont la mise en place aurait dû précéder l’ouverture du marché à la concurrence L’existence d’une telle structure aurait peut être empêché que la Sonatel, usant et abusant de sa position dominante sur le marché des services Internet, n’oblige la douzaine de fournisseurs de services Internet (FSI) à mettre, l’un après l’autre, la clé sous la porte au point d’être actuellement la seule à offrir ce type de services. Conséquence directe, simple coïncidence ou raison parmi d’autres, toujours est-il que le nombre d’abonnés à Internet n’a que faiblement progressé durant cette période passant de 5000 en 1998 à un peu plus de 44.000 en juin 2008 quand un pays comme la Tunisie, qui compte à peu près le même nombre d’habitants que le Sénégal, en est à plus de 150.000 abonnés. L’année 2004 a été caractérisée par la décision de l’Etat de mettre officiellement fin au monopole accordée à la Sonatel pour la fourniture de services de téléphonie fixe, cela étant en l’absence d’un autre opérateur autorisé à fournir ce type de services, rien n’a changé dans ce secteur. Certes en 2008, une licence globale, fixe, mobile et Internet, a bien été accordée à Sudatel, après un processus d’appel d’offres peu orthodoxe qui a soulevé une vive polémique et de nombreuses questions, mais le démarrage des activités du nouvel opérateur n’est toujours pas effectif prolongent d’autant le monopole de facto la Sonatel. Au final malgré l’existence officielle de trois opérateurs (Sonatel, Sentel et Sudatel) sur le marché sénégalais des télécommunications, les segments de la terminaison et de la collecte de trafic sur les réseaux fixes, le transit national et international, la transmission de données, la location de capacités, le marché IP, l’accès aux services spéciaux et les services de signalisation nécessaires au roaming international, font l’objet d’un monopole de la Sonatel qui domine par ailleurs largement le segment de la téléphonie mobile dont elle détient 79,5% de parts en termes de trafic. Conclusion, les fruits de la libéralisation du marché des télécommunications n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Liberté de choix, amélioration de la qualité et diversification des services et baisse des tarifs, notamment nationaux, restent hypothétiques pour les Sénégalais dont la seule certitude est d’avoir perdu leur opérateur national passé entre les mains du grand capital international, comme quoi libéralisation ne rime pas avec libération !

Amadou Top
Président d’OSIRIS


Actualités


NIC Sénégal : Mise en place d’une nouvelle charte de nommage

La Commission nationale d’orientation (CNO) du NIC Sénégal, mise en place par l’arrêté rectoral du 3 juin 2008, a adopté la nouvelle charte de nommage des noms de domaines sous extension « .sn ». La mise en place de cette nouvelle charte, qui entre en vigueur à partir du 1er Octobre 2008, s’accompagne d’une baisse des tarifs d’enregistrement et d’une extension des sous-domaines descriptifs. Ainsi, pour les personnes physiques et morales établies au Sénégal, il en coûte désormais 30.000 FCFA pour la création d’un nom de domaine et la redevance annuelle pour la maintenance a été ramenée à 20.000 FCFA. Par contre, pour les personnes physiques et morales établies hors du Sénégal, il en coûte respectivement 50 et 40 euros. De plus, NIC Sénégal s’est également doté d’un nouveau site Web et d’un serveur whois consultable à l’adresse suivante : http://whois.nic.sn

NIC Sénégal : http://www.nic.sn/

Pas d’incompatibilité juridique avec la clause de solidarité numérique

Une étude réalisée par Rolf H. Weber et Valérie Menoud de l’Université de Zurich (Suisse) sur les questions juridiques soulevées par le financement de la lutte contre la fracture numérique a mis en évidence le fait qu’il n’existe pas de dispositions légales incompatibles qui pourraient entraver la mise en œuvre de la clause de solidarité numérique. Dès lors, ils en concluent que l’adoption du principe de la solidarité numérique dépend aujourd’hui principalement de la volonté politique des états.

Fonds de solidarité numérique : http://www.dsf-fsn.org/

Deux chaînes de télévision sénégalaises distribuées en France par l’ADSL

Deux chaînes de télévisions sénégalaises, la RTS et la 2sTV, sont désormais disponibles via un bouquet de neuf chaînes de télévision africaines distribuée par ADSL par le fournisseur d’accès internet Neuf Cegetel. Cette offre, qui comprend par ailleurs la CRTV (Cameroun), la RTI (Côte d’Ivoire), l’ORTM (Mali) et la RTB (Burkina Faso), est proposée par les distributeurs de chaînes de télévision, Thema et Canal Overseas Africa. Ce « bouquet africain » est géré par la société Thema, spécialisée dans la distribution des chaînes thématiques et ethniques auprès d’opérateurs satellite, câble, IPTV (télévision sur ordinateur), TV sur mobile en France et à l’international. De son côté, Canal Overseas Africa, appartenant au groupe Canal+), distribue les six chaînes sur son bouquet CanalSat Horizons, dans plus de vingt pays africains.

Une année après l’obtention de sa licence, Sudatel n’est toujours pas opérationnel

Annoncé pour mars 2008 puis pour mai 2008, le démarrage des activités de l’opérateur Sudatel, dont la marque commerciale est « Expresso », n’est toujours pas effectif une année après qu’il ait obtenu sa licence globale, fixe, mobile et Internet (FMI). Cela étant, le 15 novembre 2007, à l’occasion d’un e visite au Sénégal, le Président directeur général de Sudatel, Emad H. Ahmed, avait déclaré que sa société se déploierait dans un délai de 6 à 18 mois conformément aux engagements qu’elle avait souscrits dans le cahier des charges.

Sudatel : http://www.sudatel.sd/

Un membre du Conseil d’administration de la Sonatel impliqué dans une affaire de corruption

Entre 1999 et 2003, la société ITXC, spécialisée dans la téléphonie sur IP, a signé de nombreux contrats avec des opérateurs africains. Lors de son rachat en 2003 par la société canadienne Téléglobe, il est apparu que nombre de ces contrats, dont celui signé avec la Sonatel, avaient fait l’objet de pots de vin. L’action en justice, engagée aux Etats-Unis en 2007 contre Steven J. Ott et Roger Michael Young à la suite de la découverte de ces pratiques contre les dirigeants d’IXTC, a révélé qu’un agent de la Sonatel, siégeant au Conseil d’administration, avait reçu dans ce cadre quelques 74722 dollars entre mars 2001 et octobre 2003. Cette information révélée dans le n° 92 de la lettre d’information électronique Balancing Act, publié en septembre 2008, n’a jamais fait l’objet d’aucun commentaire officiel de la part de la Sonatel.

Baisse significative du cours de l’action Sonatel à la BRVM d’Abidjan (Cote d’ivoire)

Conséquence de l’annonce de la baisse de son résultat d’exploitation de 16,3% et du passage de la marge d’exploitation de 44 ,7% à 33,2% par rapport au premier semestre 2007 et/ou de l’arrivée imminente de Sudatel dans le paysage sénégalais des télécommunications, toujours est-il que le cours de l’action Sonatel est en baisse à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan (Cote d’ivoire). Le 15 Septembre 2008, son cours a atteint les 139.995 Francs CFA, soit une décote de -28,1 % par rapport à son plafond de 194.995 Francs CFA atteint le 21 février 2008, avant de se stabiliser à 140.00 Francs CFA.

Sonatel : http://www.sonatel.com/

Vers la mise en place d’accords concertés d’itinérance entre les opérateurs ouest africains

A l’occasion de l’ouverture des travaux de la deuxième conférence des régulateurs des télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (ARTAO) portant sur le thème « le roaming de la téléphonie mobile dans la sous-région ouest-africaine », Abdou Aziz Sow, Ministre de l’Information, des Télécommunications, des TIC, du NEPAD, des Relations avec les institutions, appelé à la mise en place d’accords concertés d’itinérance entre les différents opérateurs de la sous-région ouest africaine. L’enjeu est d’interconnecter efficacement les pays de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) qui possède une population de plus de 208 millions d’habitants, soit plus du tiers de la population du continent, et enregistre la plus forte croissance dans le secteur des télécommunications et des TIC avec plus de 150 millions d’abonnés et plus de 50 opérateurs.

ARTAO : http://www.watra.org/

Assemblée générale de l’Organisation des professionnels des TIC (OPTIC)

L’Organisation des professionnels des TIC (OPTIC), membre du Conseil national du patronat (CNP), a tenu son assemblée générale le 6 septembre 2008 avec notamment la participation du Ministère de l’Information, du Nepad, des Télécommunications et des TIC, de l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE), du Centre de développement de l’entreprise (CDE), du Président de la Grappe TIC et Téléservices de la Stratégie de croissance accélérée (SCA) et du Bureau de mise à niveau. Au cours de cette réunion, l’accent a surtout été mis sur les goulets d’étranglement qui entravent le développement du secteur à savoir l’adéquation formation-emploi, le financement de l’investissement et de l’innovation, les difficultés d’accès aux marchés publics, etc. Le nouveau Bureau exécutif d’OPTIC, élu à cette occasion, a pour Président Antoine Ngom (Dg de GSIE Technology), pour vice-présidents Gaïdy Ndaw (Dg de Sonatel Multimédia), Alassane Diagne (Dg de Blaise Electronics) et Saer Sarr (Chaka) pour trésorier Pape Amadou Diagne (Dg de AGES) et pour Secrétaire permanent Eugène Niox.

OPTIC : http://www.optic.sn/

Les revues Netcom et NetSuds publient un numéro spécial sur le Sénégal

Netcom, la revue officielle de la commission Société de l’information de l’Union Géographique Internationale (UGI) et Les Cahiers de NetSuds, revue en sciences sociales traitant des enjeux des technologies de la communication dans les Suds publiée par le GDRI NetSus, ont publié un numéro commun intitulé : « Sociétés africaines de l’information : illustrations sénégalaises ». L’ensemble des textes, présenté sous forme de communication lors des Rencontres régionales de l’eAtlas francophone de l’Afrique de l’Ouest organisées les 26, 27 et 28 avril 2006 à Dakar (Sénégal), est disponible sous forme électronique sur le site de la revue Netcom.

Netcom : http://alor.univ-montp3.fr/netcom_labs/
Les cahiers de NetSuds : http://www.gdri-netsuds.org/spip.ph...


Politique


Le projet de désengagement de l’Etat du capital de la Sonatel indirectement confirmé

Selon le journal L’As, du 29 septembre 2008, la cession des actions que l’Etat détient dans le capital de la Sonatel est bien à l’ordre du jour. En effet, ce quotidien révèle que la cellule de gestion et de contrôle du portefeuille de l’Etat, un démembrement du ministère de l’économie et des Finances, a inscrit dans son plan de passation de marché pour l’année 2008, la sélection par appel d’offres d’un cabinet d’assistance chargé de procéder à cette opération. Pour mémoire, la possibilité d’un désengagement partiel ou total de l’Etat du capital de la Sonatel est inscrite dans la lettre de politique sectorielle des télécommunications adoptée en janvier 2005.

Le siège de l’UAT va être ramené à Kinshasa (RDC)

Le Conseil d’administration de l’Union africaine des télécommunications (UAT) a décidé de ramener le siège de cette organisation à Kinshasa (RDC), après qu’il eut été transféré à titre provisoire à Nairobi (Kenya) lors des affrontements armés opposant l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) au régime de Mobutu en 1997. Créée le 7 décembre 1977 à Addis-Abeba (Ethiopie), sous la dénomination d’Union panafricaine des télécommunications (UPAT), l’UAT regroupe quarante-six états membres et dix-sept entreprises de télécommunications africaines. Elle a notamment pour missions et objectifs (1) d’engager l’Afrique à promouvoir le développement des technologies de l’information et de la communication dans le continent, (2) de s’appliquer à fournir un environnement propice à la mise en réseau des entreprises avec les autorités gouvernementales, (3) de susciter une prise de conscience de questions de développement de Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et déterminer les mesures à prendre, (4) de développer les partenariats et les synergies favorables à l’exploitation des marchés régionaux intégrés et (5) de promouvoir la visibilité des acteurs des TIC en Afrique.

UAT : http://www.atu-uat.org/


Infrastructures et services


Installation une grille de calcul à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD)

Dans la cadre d’un projet réunissant l’UNESCO, la société Hewlett-Packard et l’Institut des Grilles du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), une grille de calcul a été installée à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD). Les grilles informatiques sont des infrastructures matérielles et logicielles qui regroupent et intègrent des réseaux informatiques, des bases de données et des outils scientifiques de pointe situés en divers lieux afin de créer un environnement virtuel dans lequel les utilisateurs peuvent travailler en réseau. Interconnectés par Internet, ces ensembles de serveurs ou d’ordinateurs permettent de traiter ou de stocker des données et de multiplier la puissance et la rapidité des calculs. Le nœud de grille de l’UCAD est le premier en Afrique subsaharienne de la grille de calcul créée par l’Union européenne (UE) en 2004 dans le cadre du projet Enabling Grids for E-sciencE (EGEE) visant à développer une coopération à l’échelle mondiale et à destination de nombreuses applications scientifiques. A terme, ce projet devrait doter les universités de cinq pays d’Afrique de cette technologie avec notamment pour objectif de freiner la migration des diplômés africains en leur apportant les outils nécessaires à leurs recherches.

UCAD : http://www.ucad.sn/
Institut des Grilles : http://www.idgrilles.fr/

Evolution du fixe, du mobile et de l’Internet : Les tendances se confirment

Les derniers chiffres publiés par l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) au 30 juin 2008 confirment pour les tendances observées depuis plusieurs mois voire plusieurs années. S’agissant de la téléphonie fixe, la chute, amorcée en juin 2007, se poursuit avec une diminution du nombre d’abonnés qui est passé de 283 582 en juin 2007 à 255 044 en juin 2008 soit une baisse de 10,06% qui ramène son taux de pénétration à 2,41%. Si la baisse concerne aussi bien les lignes résidentielles que les lignes professionnelles, elle est essentiellement due à la chute du nombre de lignes publiques, constituées en majorité par des lignes de télécentres, qui sont passées de 21 396 en juin 2007 à 10 804 en juin 2008 soit une diminution de 49,50%. Globalement, la téléphonie fixe a enregistré une baisse de 11% entre juin 2007 et juin 2008 avec notamment une division par trois des revenus de la téléphonie publique. En matière de téléphonie mobile, le nombre d’abonnés est passé de 3 319 616 en juin 2007 à 4 720 835 en juin 2008 soit une hausse de 42,21% portant son taux de pénétration à 44,62%. Avec 64,4% des abonnés, Sonatel mobiles devance largement Sentel sur un marché où l’offre pré-payée constitue 99,23% des abonnements. Les résultats de la Sonatel au premier semestre 2008 font apparaître que l’activité mobile contribue pour 55% au chiffre d’affaires consolidé soit une croissance de 22% par rapport au premier semestre 2008. Enfin, pour ce qui est du marché de l’Internet, il est passé de 35 806 abonnés en juin 2007 à 44 099 en juin 2008 soit une augmentation de 23,16% qui porte le taux de pénétration à 0,42%. Selon les chiffres de l’Union internationale des télécommunications (UIT), le nombre d’utilisateurs d’Internet était de 820000 en mars 2008 soit un taux de pénétration de 6,4%. L’activité Internet contribue seulement pour 0,62% au chiffre d’affaires consolidé mais enregistre une progression de 57% par rapport au premier semestre 2007.

ARTP : http://www.artp-senegal.org/

Déploiement de l’intranet administratif dans les capitales régionales

A l’occasion de l’Assemblée générale de l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication (OPTIC), Mouhamed Tidiane Seck, Directeur général de l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE), a annoncé que dans le cadre du déploiement de l’intranet administratif dans les régions, financé par la Chine, 450 des 500 km de câbles en fibre optique nécessaires pour relier les services centraux aux capitales régionales, abritant les gouvernances, avaient été posés et que les premiers essais étaient prévus pour avril 2009.

ADIE : http://www.adie.sn/


Projets


Google envisage de fournir une connexion à haut débit à faible coût pour l’Afrique

Le moteur de recherche Google, la banque HSBC et le câblo-opérateur Liberty Global se sont associés dans un projet, baptisé O3B Networks, destiné à fournir un accès Internet haut débit à faible coût à trois milliards de personnes vivant en Afrique et dans d’autres pays émergents. Il représente un investissement de 750 millions de dollars destiné à lancer 16 satellites de télécommunication en orbite basse qui devraient être opérationnels à la fin 2010. O3B Networks prévoit de couvrir l’Asie, l’Afrique, l’Amérique latine et le Moyen-Orient, en offrant une connexion avec des performances comparables à celles de la fibre optique.

O3B Networks : http://www.o3bnetworks.com/

Mise en place de la station terrienne Hub du réseau panafricain de services en ligne

Le 10 septembre 2008, à l’occasion de l’ouverture des travaux de la deuxième conférence des régulateurs des télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (ARTAO) portant sur le thème « le roaming de la téléphonie mobile dans la sous-région ouest-africaine », Abdou Aziz Sow, Ministre de l’Information, des Télécommunications, des TIC, du NEPAD, des Relations avec les institutions, a annoncé que la station terrienne Hub du réseau panafricain de services en ligne sera mise en service au Sénégal dans le dernier trimestre de l’année 2008. La mise en place de cette infrastructure découle de la signature, le 20 décembre 2006, d’un protocole d’accord avec l’Union africaine (UA) et l’Inde, pour l’hébergement de cette station dont l’objectif est d’interconnecter les 53 Etats membres de l’UA pour la fourniture de services de télé-éducation, de télémédecine et de communications diplomatiques entre les chefs d’Etat.

Projet de déploiement de l’intranet administratif dans les capitales départementales

A l’occasion de l’Assemblée générale de l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication (OPTIC), Mouhamed Tidiane Seck, Directeur général de l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE), a annoncé qu’un projet financé par la Corée devrait permettre de connecter tous les chefs-lieux de département abritant les préfectures. Ainsi, au vu du découpage administratif du territoire sénégalais, il ne restera plus qu’à connecter à l’intrant administratif les chefs-lieux d’arrondissement, abritant les sous-préfectures, pour que l’ensemble des services administratifs soient connectés à l’intranet administratif.

ADIE : http://www.adie.sn/


Rendez-vous


Conférencesur la publication et la diffusion électroniques (6-7 octobre 2008, Dakar, Sénégal)

La troisième édition de la Conférence sur la publication et la diffusion électroniques, organisée par le Conseil pourledéveloppement delarecherche en sciences sociales en Afrique(CODESRIA), se déroulera les 6 et 7 octobre 2008 à Dakar (Sénégal). Portant sur la problématique « La mise en ligne des revues scientifiques africaines : opportunités, implications et défis », elle réunira à la fois des chercheurs, des éditeurs et des professionnels de l’information qui présenteront près de vingt cinq communications réparties en quatre sessions.

CODESRIA : http://www.codesria.org/

Commonwealth ICT Summit 08 (6-10 octobre 2008, Abuja, Nigeria)

Le Commonwealth ICT Summit 08 6ème se déroulera du 6 au 10 octobre 2008 à Abuja (Nigeria). Organisé par le CTO, en collaboration avec la Nigerian Communications Commission (NCC) et le ministère nigérian des communications, il coïncide cette année avec la réunion du conseil et du forum de la Commonwealth Telecommunications Organisation (CTO).

CTO : http://www.cto.int/

Première conférence africaine sur la cybersécurité (8-10 octobre 2008, Abidjan, Côte d’ivoire)

La première conférence régionale africaine sur la cybersécurité (AF-CYBERSEC 08) se déroulera du 8 au 10 octobre 2008 à Abidjan (Côte d’ivoire). Co-organisée par le gouvernement ivoirien, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Union africaine (UA), elle intéressera aux enjeux de la cybersécurité dans toutes leurs dimensions.

AF-CYBERSEC 08 : http://www.afcybersec.org/

La gouvernance et le développement des technologies de l’Internet (13-17 octobre 2008)

L’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), en collaboration avec le Registre de l’Internet pour l’Afrique (AfriNIC), l’ Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) et Internet Society (ISOC), organise du 13 au 17 octobre 2008 à l’hôtel Méridien Président de Dakar (Sénégal), un séminaire ayant pour thème : la Gouvernance et le développement des technologies de l’Internet.

ARTP : http://www.artp-senegal.org/

Conférence régionale des associations de consommateurs (22-24 octobre 2008, Cotonou)

Une conférence régionale intitulée « Services de télécommunications et droits des consommateurs en Afrique » se déroulera du 22 au 24 octobre 2008 à Cotonou (Bénin). Elle a pour objectif d’impulser une nouvelle dynamique au secteur des télécommunications à travers la prise en compte des préoccupations des consommateurs, en matière de qualité et de coût des services à l’échelle nationale et régionale. Elle abordera également tous les aspects liés à la réglementation régionale en matière de télécommunications, la mise en place du Réseau africain des consommateurs des TIC ainsi que les techniques de plaidoyer à utiliser lors de la campagne qui sera menée à l’endroit des instances sous-régionales. Cette conférence régionale, organisée par la Ligue pour la Défense du Consommateur au Bénin (LDCB) avec le soutien financier de l’Open Society for West Africa (OSIWA) et l’appui technique de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), rassemblera les membres de gouvernements, de parlements et d’instances de régulation des télécommunications, des opérateurs de téléphonie et des associations de consommateurs provenant de tous les pays de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), du Maroc, du Gabon, de l’Afrique du Sud, etc.

LDCB : http://site.ldcb.org/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici


Contrat Creative Commons Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. (Osiris, Septembre 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)