twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 79 Février 2006

mardi 28 février 2006

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 79 février 2006


Sommaire


Éditorial
Mobiliser la société civile pour le suivi des résultats et engagements du SMSI
Actualités
Election de Fatimata Sèye-Sylla au poste de coordinatrice nationale de SCASI-Sénégal
Les TIC au service de la microfinance
Le titre Sonatel bat des records à la BRVM
Lancement officiel du SIGOA-TOPS au Sénégal
La radio Top FM désormais présente sur Internet
L’UNETTS mécontente du fonctionnement du secteur des télécommunications
Formation aux TIC des chefs et attachés de cabinet
Google se sénégalise
Politique
La SCA présenté aux cadres du ministère des postes, télécommunications et des NTIC
Infrastructures et services
Les Pages Jaunes du Sénégal accessibles par SMS
Projets
Projet de création d’un village numérique sur la Petit côte
Rendez-vous
Conférence mondiale de développement des télécommunications (7-15 mars 2006, Doha)
TIC et développement (15-17 mars 2006, Yaoundé)


Editorial


Mobiliser la société civile pour le suivi des résultats et engagements du SMSI

A l’issue du Sommet mondial sur la Société de l’information (SMSI) organisé du 16 au 18 novembre 2005 à Tunis (Tunisie), les participants ont solennellement proclamé que leurs « efforts ne s’arrêteront pas avec la fin du Sommet » dans la déclaration intitulée « Engagement de Tunis ». Dans ce document, ils se sont notamment engagés à travailler à la mise en oeuvre du pacte de solidarité numérique mentionné dans le Plan d’action de Genève. Ils ont également adopté l’Agenda de Tunis pour la Société de l’information qui affirme clairement que l’édification d’une société de l’information inclusive sera une œuvre de longue haleine nécessitant une forte mobilisation afin d’assurer une mise en œuvre et un suivi durables des résultats et des engagements de Genève et de Tunis. Aujourd’hui que les lumières du Sommet se sont éteintes, les gouvernements, le secteur privé et la société civile ont la responsabilité collective de faire en sorte que les résolutions adoptées soient effectivement matérialisées. Cependant, il nous semble aller de soi que c’est à la société civile de jouer le rôle de sentinelle car il ne faut pas trop attendre des gouvernements, accaparés par la gestion du quotidien ni du secteur privé, préoccupé par la recherche du profit ni même des organismes internationaux souvent paralysés par la lourdeur de leur fonctionnement. C’est pourquoi il faut se réjouir de la mobilisation de la société civile sénégalaise qui vient, à la suite d’un processus à la fois souple, transparent et consensuel, de porter à la tête de la Coordination nationale de la Société civile africaine pour la société de l’information (SCASI) Fatimata Sèye-Sylla. En tant que Président d’Osiris, c’est avec satisfaction et fierté que nous avons accueilli cette élection à la tête de la coordination nationale SCASI-Sénégal car elle est tout un symbole. Femme, informaticienne, diplômée du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT), dirigeante de société, responsable de projet, militante de la cause des femmes et des exclus du système éducatif, Fatimata Sèye-Sylla a été de tous les combats pour la promotion d’une société de l’information inclusive depuis près d’une décennie. Compte tenu de son profil, il ne fait aucun doute qu’elle saura conduire à bien le processus devant aboutir à la constitution d’un bureau et des structures nécessaires au fonctionnement de la coordination nationale. La mise sur pied de cette structure est cruciale car il ne faut pas oublier que nombre de questions essentielles, soulevées dans le cadre du SMSI, sont toujours en discussion et n’ont pas encore trouvées de réponses satisfaisantes notamment celles qui se déroulent dans le cadre du Forum sur la gouvernance d’Internet. Il en est de même pour la problématique de la solidarité numérique dont l’importance et la complexité ont également amenés certains milieux à proposer la création d’un forum afin d’en assurer le suivi. Plus généralement, l’Agenda de Tunis reconnaît que dans le cadre du SMSI toute une série de points relatifs à l’utilisation des TIC au service du développement (durabilité des projets liés à la société de l’information, besoins spécifiques des PME, réalisation d’applications par les pays en voie de développement, réforme de l’environnement institutionnel, juridique et réglementaire, rôles des collectiivtés locales et des communautés de base, rôle de l’état dans la coordination du financement et des politiques de développement des TIC, etc.) n’ont pas bénéficié d’une attention suffisante. Sur toutes ces questions qui restent en suspens, la société civile africaine, en collaboration avec la société civile des autres parties du monde, doit faire entendre sa voix et pour se faire être mobilisée comme elle l’a été dans le cadre de l’organisation du SMSI. En effet, dans l’expression « Société de l’information », quant au fond, c’est le terme « Société » qui est le plus important et par conséquent, il est nécessaire que les citoyens s’organisent pour que leurs intérêts soient au centre de tout ce qui se fera.

Amadou Top

Président d’OSIRIS


Actualités


Election de Fatimata Sèye-Sylla au poste de coordinatrice nationale de SCASI-Sénégal

Les membres de la société civile sénégalaise impliqués dans le processus du SMSI ont procédé, conformément aux recommandations de la Présidente du réseau africain de la société civile pour la société de l’information (ACSIS), à la mise en place d’une coordination nationale. Animé par Alex Corenthin, Président d’Isoc-Sénégal, le processus qui s’est déroulé intégralement en ligne a consisté la création d’un comité de sélection composé de 5 personnes (Alex Corenthin, Bakary Faye, Mamadou Gaye, Moustapha Mbengue et Joseph Sarr) qui a reçu les candidatures par voie électronique. Une seule candidature ayant été enregistrée, c’est à l’unanimité que, Fatimata Sèye-Sylla, Présidente de l’ONG Bokk Jang 2B1-SN a été élue coordinatrice nationale de SCASI-Sénégal. La prochaine étape sera la création de la structure SCASI-Sénégal, la mise en place d’un bureau ainsi que des structures nécessaires à son fonctionnement et à sa représentativité nationale.

Les TIC au service de la microfinance

A l’occasion de la deuxième technofoire régionale sur la microfinance organisée du 23 au 25 février 2006 à Dakar (Sénégal), Marie-Pierre Sarr Traoré, Ministre des Petites et moyenne entreprises et de la Microfinance, a estimé que la mise en place de logiciels de gestion adaptés et l’utilisation des technologies monétiques (cartes à puces, terminaux de paiement électroniques, etc.) constituaient un préalable pour améliorer les performances du secteur.

Le titre Sonatel bat des records à la BRVM

Le titre Sonatel avec une croissance de 84% entre 2004 et 2005 et un montant d’échanges d’une valeur de 8,4 milliards de Francs CFA a battu tous les recors à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan (Cote d’ivoire).

Sonatel : http://www.sonatel.com/
BRVM : http://www.brvm.org/

Lancement officiel du SIGOA-TOPS au Sénégal

Le 7 février 2006, le Directeur de cabinet du ministre du Commerce a procédé au lancement officiel du Système informatisé de gestion des opportunités d’affaires (SIGOA-TOPS). Le SIGOA-TOPS est un outil de gestion des contacts commerciaux, générés lors des foires ou rencontres dont l’objectif est d’intensifier les échanges entre les pays de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

SIGOA-TOPS : http://www.sigoa-tops.net/

La radio Top FM désormais présente sur Internet

La radio Top FM émettant sur la bande de fréquence 107.3 Fm est désormais présente sur Internet. Classée quatorzième sur les trente et une radios existant au Sénégal, selon le sondage réalisé par la firme BDA, Top FM se veut une radio musicale plurielle.

Top FM : http://www.xalima.com/topfm

L’UNETTS mécontente du fonctionnement du secteur des télécommunications

Le 16 février 2006, l’Union nationale des exploitants de télécentres et téléservices du Sénégal (UNETTS) a organisé une conférence de presse sur le thème « Télécentre et libéralisation du secteur des télécommunications au Sénégal ». A cette occasion, elle a déploré la non-réglementation du secteur consécutive à la non-publication du cahier de charges, initié par l’Agence de régulation des télécommunications et amendé par les acteurs du secteur. L’UNETTS a par ailleurs appelé à l’attribution « immédiate » de la troisième licence de télécommunication et critiqué la lettre de politique sectorielle des télécommunications pour ses « limites », ses « impairs » et son « manque d’ambition ».

Formation aux TIC des chefs et attachés de cabinet

Dans le cadre d’un partenariat entre l’Office national de la formation professionnelle (ONFP) et l’Institut supérieur d’entrepreuneurship et de gestion (Iseg), une formation en technologies de l’information et de la communication a été organisé aux profit d’une quarantaine de membres du réseau des chefs et attachés de cabinet des ministères.

Google se sénégalise

Désormais il est possible de rechercher de l’information sur Internet via Google Sénégal, déclinaison sénégalaise de Google. On notera qu’il existe également une version ivoirienne.

Google : http://www.google.sn/


Politique


La SCA présenté aux cadres du ministère des postes, télécommunications et des NTIC

Dans le cadre des rencontres de partage initiées pour exposer aux cadres de l’administration le contenu de la Stratégie de croissance accélérée (SCA), la Task Force chargée de son pilotage a rencontré les cadres du ministère des postes, télécommunications et des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Pour mémoire, il faut rappeler que les Tic et les télé-services constituent l’une des cinq grappes de croissance de la SCA

Ministère des postes, télécommunications et NTIC : http://www.telecom.gouv.sn/
APIX : http://www.investinsenegal.com/


Infrastructures et services


Les Pages Jaunes du Sénégal accessibles par SMS

Le groupe Afripages, éditeur de l’annuaires « Les Pages Jaunes du Sénégal » qui existait jusqu’alors en version imprimé et en version électronique (cédérom et Web) vient de lancer un nouveau service qui permet de faire des requête et de recevoir la réponse par SMS. Deux possibilités son offertes soit la recherche des coordonnées d’une entreprise à partir de son appellation soit la recherche de son appellation à partir de ses coordonnées. L’annuaire recense environ 20.000 entreprises et les temps de réponses sont de l’ordre de 5 à 10 secondes. Les abonnés d’Alizé doivent envoyer leur requête au 500 55 55 et ceux de Tigo au 671 55 55.

Les Pages Jaunes du Sénégal : http://www.pagesjaunesdusenegal.com/


Projets


Projet de création d’un village numérique sur la Petit côte

Ingénieur électronicien et expert en nouvelles technologies, Mouhamadou Sall, un Sénégalais ayant travaillé dans le domaine de la banque et des médias, a le projet de mettre en place un village numérique dans la localité de Gandigal sur la Petite côte. Intitulé « Numeric Coast », ce projet ambitionne d’accueillir des entreprises locales spécialisées en nouvelles technologies, des entreprises internationales souhaitant délocaliser leurs activités, des écoles d’ingénieurs et des organismes de formation à l’image Bengalore en Inde.


Rendez-vous


Conférence mondiale de développement des télécommunications (7-15 mars 2006, Doha)

La Conférence mondiale de développement des télécommunications (CMDT) se déroulera du 7 au 15 mars 2006 à Doha (Qatar). Organisée par l’Union internationale des télécommunications (UIT) cette conférence vise à déterminer les priorités en matière de développement des télécommunications, compte tenu de l’existence de la fracture numérique entre pays en développement et pays développés. La CMDT qui devrait réunir 1 200 délégués a également pour objet de promouvoir, à l’échelle internationale, une coopération et des partenariats qui permettent de soutenir et de renforcer les infrastructures et les institutions de télécommunication dans les pays en développement.

UIT : http://www.itu.org/

TIC et développement (15-17 mars 2006, Yaoundé)

Sud&TIC, une association camerounaise dont le slogan est « Faire des TIC, un levier de développement des pays du Sud » organisera du 15 au 17 mars 2006 à Yaoundé (Cameroun) un séminaire sur le thème « Les TIC, levier de développement, moteur de croissance des pays africains ? ». Ce séminaire a pour objectif d’inciter à l’initiative et à l’investissement dans le domaine des TIC, ainsi qu’à promouvoir ces technologies en Afrique Centrale, en mettant l’accent sur des exemples concrets de réussite existants sur le Continent.

Sud&TIC : http://www.sudetic.org/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici


Contrat Creative Commons Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. (Osiris, février 2006)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)