twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 74 Septembre 2005

vendredi 30 septembre 2005

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 74 septembre 2005


Sommaire


Éditorial
Dépasser les enjeux nationaux
Actualités
La régulation des communications électroniques à l’heure de la convergence
Lancement d’un site consacré à la communauté layène
Réunion du projet Unicode and IDN Africa
Nouvelle édition de l’annuaire « Pages Jaunes du Sénégal »
Le Groupement interbancaire monétique de l’UEMOA à l’heure des normes EMV
L’Université virtuelle Africaine soumise au regard critique la recherche
Politique
Réunion des ministres africains en charge des TIC
Infrastructures et services
Alizé offre désormais un service de paiement en ligne
Projets
Utilisation des TIC dans le domaine de la santé
Rendez-vous
Rencontres africaines des logiciels libres édition 2005 (RALL 2005)


Editorial


épasser les enjeux nationaux

Comme la presse en a rendu compte, ce n’est pas sans difficulté que s’est déroulée la réunion des ministres africains en charge des technologies de l’information et de la communication consacrée à la gouvernance d’Internet, tenue à Dakar du 5 au 7 septembre 2005, afin d’adopter des postions communes en vue de la prochaine réunion de la deuxième phase du SMSI qui doit se tenir à Tunis. L’adoption de positions communes, sur ces questions d’intérêt stratégique pour l’Afrique, a en effet souvent buté sur les particularismes nationaux, et empêché les consensus nécessaires. Au-delà de cet évènement ponctuel, il est important d’attirer l’attention des décideurs politiques africains sur l’impérieuse nécessité de dépasser les perspectives nationales et d’intégrer la dimension régionale dans les politiques relatives aux TIC. Qu’il s’agisse des politiques, des infrastructures, de l’environnement légal et réglementaire, des produits et services d’information voire même de la formation des ressources humaines, la nature et l’ampleur des défis posés appellent à une collaboration étroite entre les états africains, à l’échelle régionale comme à l’échelle continentale. A quoi bon élaborer des politiques nationales qui ignorent où sont même en contradiction avec les politiques du même genre élaborées par les pays voisins ? A quoi bon disposer de bonnes infrastructures de télécommunications si celles-ci ne sont faiblement voire pas du tout interconnectées entre pays voisins comme à l’échelle du continent ? A quoi bon développer des produits et services d’informations pour des marchés nationaux, pour l’essentiel de taille limitée, à l’heure où le marché est devenu global et voit s’affronter de grands groupes multinationaux ? A quoi bon légiférer et réglementer sur le plan national alors que la nature des transactions et la nécessité de créer un vaste marché impliquent l’adoption de règles applicables à l’échelle régionale voire continentale et de plus compatibles avec ce qui se fait sur le plan international ? Enfin, à quoi bon vouloir créer des dispositifs de formation nationaux qui ne disposeront ni des ressources humaines, ni des ressources financières, ni des ressources matérielles nécessaires à l’accomplissement de leur mission alors que le contexte exige que nos pays puissent compte tenu de la nécessité de disposer de ressources humaines de mieux en mieux formées et ce dans des domaines de plus en plus spécialisés. Les états africains, à travers notamment les cadres d’intégration régionale tels l’UEMOA, la CEDEAO, la CEMAC ou encore la COMESA, doivent donc élaborer, sur toutes ces questions, des politiques régionales seules capables d’apporter des réponses fiables et durables. En la matière, plus que dans d’autres encore, il ne saurait y avoir de salut pour l’Afrique que si elle s’engage résolument dans des politiques et des entreprises qui se déclinent à l’échelle continentale où du moins à l’échelle régionale.

Amadou Top

Président d’OSIRIS


Actualités


La régulation des communications électroniques à l’heure de la convergence

Le Centre sur les Politiques Internationales des TIC pour l’Afrique du Centre et de l’Ouest (CIPACO), projet mis en œuvre par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO), a publié un rapport intitulé « Régulation des communications électroniques à l’heure de la convergence : enjeux, état des lieux et perspectives en Afrique de l’Ouest et du Centre ». Il s’agit d’un guide pour mieux aborder la question de la régulation de la convergence entre les télécommunications, les médias et les autres technologies de l’information qui fonctionnaient, jusqu’à une période récente, via des réseaux différents utilisant différentes plates-formes et étaient soumis à des régimes juridiques différents. Le document est disponible en ligne sur le site du CIPACO.

CIPACO : http://www.cipaco.org/

Lancement d’un site consacré à la communauté layène

Le groupe Nouroumahdi, réunissant des jeunes intellectuels layènes, vient de lancer un site Web consacré à leur communauté. On y trouve notamment l’historique de la communauté layène, l’arbre généalogique de Seydina Limamoulahi, ainsi que la présentation des lieux de cultes et autres pratiques cultuelles de cette communauté religieuse principalement installée à Yoff, Ngor et à Cambérène.

Site de la communauté layène : http://www.layene.sn/

Réunion du projet Unicode and IDN Africa

Une réunion technique regroupant une cinquantaine d’experts en linguistique et en technologies de l’information et de la communication s’est tenue le 7 septembre 2005 à Dakar dans le cadre du projet « Unicode and IDN Africa » ayant pour but de promouvoir le multilinguisme sur Internet. Ce projet qui concerne Unicode and IDN Africa phase pilote, six pays parmi lesquels le Bénin, le Cameroun, le Nigeria et le Sénégal, qui ont déjà commencé le travail de codification de leurs langues. Une première réunion du même type s’était tenue en 2004 à Libreville (Gabon).

Nouvelle édition de l’annuaire « Pages Jaunes du Sénégal »

Le 14 septembre 2005, le groupe « Afripages » a procédé au lancement de la nouvelle édition de l’annuaire « Pages Jaunes du Sénégal » qui recense près de 12.000 entreprises. L’ambition du groupe « Afripages » est de se lancer à la conquête du marché régional et l ‘élaboration des « Pages Jaunes du Mali ». A terme le groupe devrait également être présent dans d’autres pays de la sous-région comme le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Les pages jaunes du Sénégal : http://www.pagesjaunesdusenegal.com/

Carapid.com un site Web dédié à la culture africaine

Le site Web carapid.com, lancé le 17 septembre 2005, vise à valoriser la culture africaine en facilitant les échanges d’informations culturelles entre l’Afrique et la diaspora et en servant de vitrine à l’Afrique et surtout en promouvant les valeurs culturelles africaines.

Carapid.com : http://www.carapid.com/

Le Groupement interbancaire monétique de l’UEMOA à l’heure des normes EMV

Le Groupement interbancaire monétique de l’Union économique ouest africaine (GIM-UEMOA), en partenariat avec la Banque centrale des états de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), a lancé le 20 septembre 2005 un séminaire de formation en monétique sur le thème « Concepts et problématiques Europay MasterCard Visa (EMV) sur les systèmes monétiques ». L’objet de cette rencontre sous-régionale, qui prendra fin le 5 octobre prochain, est de permettre aux membres de GIM-UEMOA de se familiariser avec les concepts et problématiques EMV ainsi que leur futur impact sur les systèmes monétiques au sein de la zone UEMOA. Les normes EMV sont des normes de sécurité et d’interopérabilité relative à la carte à puce destinées à combattre la fraude dans le paiement par carte.

GIM-UEMOA : http://www.gim-uemoa.org/

L’Université virtuelle Africaine soumise au regard critique la recherche

Un mémoire intitulé « L’Université virtuelle africaine, histoire d’une mise en scène » préparé au Laboratoire CIVIIC de la Faculté de Psychologie, sociologie et sciences de l’éducation de l’Université de Rouen dans le cadre d’un Master recherche en sciences de l’éducation a été soutenu dans le courant du mois de septembre 2005 par Pierre-Jean Loiret. Cette recherche retrace les évolutions successives de l’UVA depuis sa conception en 1995-97 jusqu’à 2005, détaille ses filiations idéologiques, la restitue dans le cadre de l’évolution de l’usage des médias dans les systèmes éducatifs africains et dissèque son discours institutionnel au regard des ses résultats réels. Le document est consultable en ligne sur le site d’Osiris à l’adresses suivante : http://www.osiris.sn/article2023.html

UVA : http://www.avu.org/


Politique


Réunion des ministres africains en charge des TIC

Le Sénégal, en sa qualité de coordinateur du volet TIC du NEPAD, a organisé,du 5 au 7 septembre 2005, une réunion des ministres africains en charge des technologies de l’information et de la communication consacrée à la gouvernance d’Internet. L’objectif de cette réunion était d’adopter une position commune sur la gouvernance de l’Internet tenant compte des intérêts des pays africains en vue de la deuxième phase du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) qui doit se tenir du 16 au 18 novembre 2005 à Tunis (Tunisie).

SMSI : http://www.itu.int/wsis/index-fr.html


Infrastructures et services


Alizé offre désormais un service de paiement en ligne

Alizé, le réseau de téléphonie mobile de la Sonatel Multimédia, offre désormais un service de paiement en ligne intitulé « p@ynet ». Il permet aux clients Diamono et Téranga, titulaires d’une carte Visa classique, Mastercard ou Visa électron de la SGBS, de recharger du crédit pour n’importe quel numéro Diamono ou de payer une facture Téranga via le site Web d’Alizé. Le système repose sur un dispositif de paiement sécurisé assuré par « Paybox services ».

Alizé : http://www.alize.sn/


Projets


Utilisation des TIC dans le domaine de la santé

A l’occasion du lancement officiel du Réseau africain pour l’éducation à la santé (RAES), il a été annoncé le projet d’améliorer l’offre de services et de soins de santé en faveur des populations grâce à l’usage des technologies de l’information et de la communication. L’utilisation des TIC (Internet, radio, télévision, etc.) en matière de santé vise notamment à favoriser des changement de comportements durable dans les dix ans à venir.


Rendez-vous Rencontres africaines des logiciels libres édition 2005 (RALL 2005)

La deuxième édition des Rencontres africaines des logiciels libres (RALL 2005) se tiendra sur le thème « Le Logiciel Libre dans les stratégies nationales » du 13 au 21 octobre 2005 à Libreville (Gabon). Les sous thèmes abordés seront les suivants :

- Stratégies nationales du logiciel libre : Expériences et leçons apprises ;
- Le logiciel libre dans les secteurs prioritaires pour les objectifs du millénaire (Education, Santé, Emploi)
- Le logiciel libre et la Société de l’Information

RALL 2005 : http://rall.logiciels-libres.org/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici


Contrat Creative Commons Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. (Osiris, septembre 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)