twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 45 Avril 2003

mercredi 30 avril 2003

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 45 avril 2003


Sommaire
Éditorial
Les magiciens de la Sonatel
Actualités
La Sonatel baisse ses tarifs sur le téléphone fixe, l’Internet et les solutions de données
World Links mettra 200 ordinateurs à la disposition de l’école sénégalaise
Le ministère des affaires étrangères sur Internet
Publication par l’UNRISD de l’ouvrage intitulé « Le Sénégal à l’heure de l’information »
Amadou Top donne son point de vue sur le développement des TIC au Sénégal
Politique
Nomination des membres du Conseil de la régulation de l’ART
Infrastructures et services
La Sonatel promet le raccordement de tous les villages au téléphone d’ici la fin 2004
La Sonatel lance officiellement l’ADSL au Sénégal
Projets
La troisième licence de téléphonie mobile devrait être vendue aux enchères
Rendez-vous
Salon des hautes technologies de l’information et de la communication (05-09 mai 2003)
Table ronde sur la réduction de la fracture numérique
Quinzaine des partenaires de la Sonatel (29 avril-10 mai 2003)


Editorial


Les magiciens de la Sonatel

Dans un communiqué de presse en date du 25 avril 2003, la Sonatel a annoncé une série de baisses s’échelonnant entre 15 et 50% qui s’appliquent aux tarifs du téléphone, à Internet et aux solutions de données. Bien entendu, tous ceux qui utilisent ces services, pour lesquels la Sonatel bénéficie toujours d’un régime de monopole, ne pourront que se réjouir de cette nouvelle. Cependant, chacun aura compris que contrairement à ce que laisse entendre le communiqué publié à cette occasion, la motivation principale de la Sonatel n’est pas de « partager avec ses clients ses gains de productivité pour facilité davantage l’usage des services de télécommunications par les ménages et améliorer la compétitivité des entreprises sénégalaises en ayant les tarifs les plus bas du continent » mais plus prosaïquement de se préparer à l’ouverture totale du marché des télécommunications qui devrait se faire en 2004. Dans cette perspective, les magiciens de la Sonatel réalisent tour de force sur tour de force en diminuant régulièrement des tarifs dont ils juraient hier la main sur le cœur qu’ils étaient incompressibles. Ainsi, depuis le lancement officiel d’Internet au Sénégal en mars 1996, le prix des liaisons spécialisées à 64 kbps a tout simplement été divisé par cinq passant de 1.064.000 Francs CFA à 203.700 Francs CFA ! Ceci dit, le maintien de tarifs élévés durant une longue période a eu pour résultat l’instauration d’un monopole de fait au profit de la Sonatel Multimédia dans le secteur de la fourniture de services Internet, normalement soumis au régime de la libre concurrence, suite à la disparition de toute une série d’ISP dont le célèbre Métissacana. A côté de cette baisse des tarifs, la Sonatel a également indiqué par la voix de son Directeur général que les 13.000 villages du Sénégal seraient raccordés au téléphone d’ici la fin 2004. Là encore, tous ceux qui se préoccupent depuis des années de la question de la téléphonie rurale ne pourront qu’applaudir une telle perspective jugée il y a encore peu totalement irréaliste par ces mêmes responsable de la Sonatel au nom de la sacro-sainte rentabilité. En fait, cette annonce est une manière d’éloigner les investisseurs potentiels pour faire en sorte que le Sénégal apparaisse comme une destination peu attractive pour les opérateurs de télécommunications et qu’il continue d’être une juteuse chasse gardée pour la Sonatel contribuant ainsi à éponger les dettes abyssales de sa maison mère France Télécom. Dans un tel contexte, l’Agence de régulation des télécommunications, désormais dotée des décrets d’application qui lui permettent d’exercer ses prérogatives et complétée par le Conseil de la régulation dont la nomination vient d’être annoncée, aura fort à faire pour qu’une concurrence saine, loyale et transparente s’instaure durablement entre les opérateurs de télécommunications et les fournisseurs de services tout en préservant les intérêts des consommateurs.

Amadou Top
Président d’OSIRIS


Actualités


La Sonatel baisse ses tarifs sur le téléphone fixe, l’Internet et les solutions de données

Dans un communiqué publié le 25 avril 2003, la Sonatel a annoncé une baisse de ses tarifs sur le téléphone fixe, l’Internet et les solutions de données. Les différentes baisses se présentent de la manière suivante :

- une baisse de 25% sur les communications interurbaines sous réserve de la souscription d’un abonnement mensuel de 1000 Francs Cfa dit « Avantage national » ;

- une baisse de 15% en heure pleine sur la minute de communication pour tout appel du Sénégal vers les autres pays d’Afrique ou hors du Continent ;

- une baisse de 30% sur les liaisons spécialisées ayant un débit de 64 et 128 kbits/s d’une même circonscription locale ou entre deux circonscriptions locales, de 40% sur celles ayant un débit de 192 et 256 kbits/s et de 45% sur celles ayant un débit de 512, 1024 et 2048 kbits/s ;

- une baisse de 30% sur les frais d’abonnement mensuel des liaisons IP VPN de base et haute disponibilité ayant un débit de 64 et 128 kbits/s, de 40% sur celles ayant un débit de 256 et 512 kbits/s et de 45% sur celles ayant un débit de 1024 et 2048 kbits/s ;

- une baisse de 48 7% de la redevance mensuelle pour les lignes ADSL à 256 kbits/s faisant passer la redevance de 55 165 Francs CFA TTC à 28 320 Francs CFA TTC et une baisse de près de 50% de la redevance mensuelle pour les lignes ADSL à 512 kbits/s qui est désormais proposée au prix de 55 165 Francs CFA TTC ;

- une baisse de 32% sur les frais d’abonnement mensuels du forfaits Internet de 30 heures qui passe de 26 000 Francs Cfa TTC à 17 700 Francs CFA TTC et une baisse de 33% sur les frais d’abonnement mensuels du forfaits Internet de 50 heures qui passe de 35 000 Francs Cfa TTC à 23 600 Francs CFA TTC.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/

World Links mettra 200 ordinateurs à la disposition de l’école sénégalaise

A l’occasion d’un atelier de renforcement des capacités des enseignants gestionnaires des salles informatiques équipées par le projet World Links de la Banque mondiale, Omar Chérif Diop, Coordonnateur régional de World Links pour l’Afrique de l’Ouest a déclaré que dans le cadre d’un partenariat avec l’Ong anglaise « Digital Links », World Links s’apprêtait à mettre près de 200 ordinateurs à la disposition du système éducatif sénégalais. Ce matériel d’une valeur de 16 000 dollars devrait permettre de renouveler et de renforcer le parc informatique des établissements scolaires sénégalais. Digital Links est une jeune organisation basée en Grande Bretagne qui se fixe pour objectif de promouvoir l’accès à l’informatique dans les pays du Sud. Pour ce faire, elle organise des campagnes de collecte d’ordinateurs, les réforment, les testent et les traitent pour étudier ensuite les moyens de les envoyer dans les écoles, les centres de santé et autres structures des pays du Sud.

Digital Links : http://www.digital-links.org/
World links Sénégal : http://www.world-links.org.sn/

Le ministère des affaires étrangères sur Internet

Le ministère des Affaires étrangères, de l’Union africaine et des Sénégalais de l’extérieur (MAEUASE) dispose depuis peu d’un site Web. Ce site Web se distingue malheureusement par la mauvaise qualité de sa réalisation qui se caractérise notamment par un design plutôt laid, des images trop nombreuses et surtout très lourdes à décharger, l’absence d’une barre de navigation permanente, des liens cassés, etc. Ce site qui donne une piètre image du Sénégal devrait rapidement être refait par des professionnels afin de donner une image un peu plus reluisante de notre pays qui, faut-il le rappeler, est en charge des technologies de l’information et de la communication dans le cadre du NEPAD.

Ministère des affaires étrangères : http://www.diplomatie.sn/

Publication par l’UNRISD de l’ouvrage intitulé « Le Sénégal à l’heure de l’information »

Sous la direction de Momar Coumba Diop, chercheur à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD) et Khartala viennent de publier dans la collection « Hommes et sociétés », dirigé par Jean Copans, un ouvrage collectif intitulé « Le Sénégal à l’heure de l’information : Technologies et société ». Résultat d’un long travail de recherche sur le terrain qui a mobilisé pendant près de trois ans une équipe d’une douzaine de chercheurs sénégalais, l’ouvrage, préfacé par Thandinka Mkandawire, propose une dizaine de textes qui étudient les modalités selon lesquelles les différents secteur de la société sénégalaise utilisent et s’approprient les technologies de l’information et de la communication initialement conçues dans d’autres contextes. Dans le cadre de ce projet de recherche, un supplément NTIC a également été publié dans le journal Sud Quotidien entre juin 2000 et avril 2002 dont les archives sont conservées sur le site d’Osiris (cf. rubrique « Bibliothèque électronique ») dans le cadre d’un accord avec l’UNRISD. Cette initiative mérite d’être citée en exemple car c’est un des rares projets de recherche financé par la coopération internationale dont la conception, la gestion et la définition du contenu des travaux de recherche ont été le fait de chercheurs du Sud d’habitude réduits au rôle de second couteaux dans des projets de recherche dont les problématiques répondent d’abord et avant tout à des logiques définies au Nord. Au delà de ce projet réussi mais ponctuel, il serait souhaitable que l’équipe de recherche se pérennise pour en faire en sorte que l’on entende un peu plus la voix des africains sur toutes les questions liées au développement de la Société de l’information en Afrique.

UNRISD : http://www.unrisd.org/
Bibliothèque électronique : http://www.osiris.sn/

Amadou Top donne son point de vue sur le développement des TIC au Sénégal

Dans un entretien accordée à Ousseynou Nar Guèye pour l’hebdomadaire économique sénégalais « Le Nouvel économiste », Amadou Top, Président d’Osiris a évoqué les principaux sujets d’actualités qui mobilisent tous ceux qui s’intéressent au développement des TIC au Sénégal. Mise en place de l’ART, méfaits du monopole de la Sonatel, fondation mondiale pour la solidarité numérique proposée par le Président Abdoulaye Wade, bouleversements entraînés par la convergence des médias, rôle de l’Etat dans la promotion des TIC, développement du commerce électronique, etc. telle sont les questions sur lesquelles ils apportent son éclairage personnel. Le texte intégral de cet entretien est consultable sur le site Web d’Osiris à l’adresse http://www.osiris.sn/article460.html.


Politique


Nomination des membres du Conseil de la régulation de l’ART

Le Conseil des Ministres réuni le jeudi 17 avril 2003 a adopté un décret nommant les membres du Conseil de la Régulation de l’Agence de Régulation des Télécommunications. Présidé par Abdoulaye Sakho, Professeur agrégé de droit, le Conseil de la régulation de l’Art est composé de Baye Issakha Guèye, Magistrat, d’Abdoulaye Ndiaye, expert NTIC, de Mamour Niang, Commissaire principal aux enquêtes économiques et du Lieutenant Cheikh Ahmadou Tidiane Touré, ingénieur.

ART : http://www.art.sn/


Infrastructures et services


La Sonatel promet le raccordement de tous les villages au téléphone d’ici la fin 200

A l’occasion de l’inauguration de l’agence commerciale du Plateau de la Sonatel mobiles, le Directeur général de la Sonatel, Cheikh Tidiane Mbaye, a déclaré que la couverture téléphonique de tous les villages du Sénégal était un défi majeur pour sa société. Il a précisé que d’ici la fin 2004, les 13.000 villages que compte le pays seraient raccordés au téléphone. Il a également indiqué que la Sonatel compte actuellement 500.000 abonnés pour le téléphone mobile et 217.343 abonnés pour le téléphone fixe.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/

La Sonatel lance officiellement l’ADSL au Sénégal

Le lundi 03 mars 2003, la Sonatel a officiellement lancé la commercialisation de l’ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line) au Sénégal. Le Sénégal est ainsi le premier pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) à déployer cette technologie et le quatrième au niveau africain après l’Afrique du Sud, le Nigeria et la Tunisie.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/


Projets


La troisième licence de téléphonie mobile devrait être vendue aux enchères

La commission créée par l’Agence de régulations des télécomunications (ART) dans la perspective de l’attribution d’une troisième licence de téléphonie mobile a terminé ses travaux. Le cahier des charges et l’appel d’offres ont été finalisés et la procédure de la vente aux enchères aurait été retenue. Si ce schéma est effectivement mis en place, ce serait une première au Sénégal puisque la première licence de téléphonie mobile avait été purement et simplement attribuée à la Sonatel alors que la seconde avait été octroyée à Sentel à l’issue du dépouillement d’un appel d’offres international. Dans un cas comme dans l’autre, l’Etat du Sénégal n’avait rien empoché alors qu’il espère engranger au moins 200 millions de dollars lors de cette opération si l’on en croit certaines sources.

ART : http://www.art.sn/


Rendez-vous


Salon des hautes technologies de l’information et de la communication (05-09 mai 2003)

Le Salon des hautes technologies de l’information et de la communication (SHTIC) organisé par l’Ecole supérieure multinationale des télécommunications (ESMT) sur le thème « NTIC et NEPAD » se déroulera du 5 au 9 mai 2003 à Dakar. Ce salon a pour ambition de regrouper tous les 2 ans tous les acteurs des télécommunications et de l’informations (utilisateurs, autorités nationales de régulation, opérateurs des réseaux fixes et des réseaux mobiles, opérateurs du multimédia, les sociétés de service et d’ingénierie, les prestataires de service Internet etc.) dans le but de faire l’état de l’art de la normalisation et de la régulation dans le secteur des NTIC, faire le point des développements futurs, prospecter le marché africain et identifier les nouvelles opportunités d’affaire portés par la technologies, faciliter les contacts entre les opérateurs et les fournisseurs de solutions, etc. L’édition de cette année comportera douze 12 conférences et ateliers et quarante stands d’exposition organisés autour de quatre grands pôles : réseaux, télécoms, radio et sécurité.

ESMT : http://www.esmt.sn/
SHTIC : http://shtic.esmt.sn/

Table ronde sur la réduction de la fracture numérique

Une table ronde intitulée : « Réduction de la fracture numérique : Technologies de l’information et de la communication, entreprenariat et développement entre l’Afrique et le Nord », se tiendra du 8 au 13 mai 2003 à Accra (Ghana).

Digital Bridge Africa : http://edevelopment.media.mit.edu/dba/

Quinzaine des partenaires de la Sonatel (29 avril-10 mai 2003)

Du 29 avril au 10 mai 2003, la Sonatel organise la deuxième édition de la « Quinzaine des partenaires ». Dans ce cadre, il sera possible de visiter un « Village du mobile » qui se tiendra du 8 au 9 mai 2003 sur la Place de l’Indépendance à Dakar.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici
Copyright © Osiris, avril 2003


BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)