twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 23 Juin 2001

samedi 30 juin 2001

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 23 juin 2001


Sommaire


Editorial
Morosité par ci, énervements par là
Actualités
Baisse des tarifs de Sentel sur l’international
La Sonatel cherche à améliorer son image de marque
Abdoulaye Wade dialogue en direct avec les internautes
Politique
Vers la création d’une agence sectorielle de régulation des télécommunications
Infrastructures et services
Le ministère de l’Intérieur se dote d’un intranet
La Douane s’équipe d’un nouveau serveur
L’Hôpital Aristide Le Dantec à l’heure de la télémédecine
Projets
Programme d’été du SIUP
Lancement du programme d’insertion des jeunes dans les métiers émergents
Rendez-vous
Deuxième rendez vous des réseaux citoyens
Troisième sommet africain de l’informatique et des télécommunications


Editorial


Morosité par ci, énervements par là

Le 6ème Salon International des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (SINEC) qui s’est tenu à Dakar du 26 au 30 Juin 2001 s’est terminé avec un arrière goût d’échec s’expliquant par le désintérêt apparent des visiteurs professionnels comme du grand public. Faute de recul et d’une grille de lecture appropriée, les spéculations vont bon train pour expliquer les raisons de cette désaffection. Pour certains, le désintérêt noté cette année pour le SINEC serait une conséquence directe de l’onde de choc de la morosité qui, après avoir frappé nombre de secteurs de la nouvelle économie dans les pays riches, serait venue mourir sur nos berges. Pour d’autres, il s’agit plus simplement de la lassitude qui affecte une manifestation dont la fréquence ne donne pas suffisamment de distance pour véritablement attirer la curiosité des uns et des autres. Si ce salon a été une occasion pour que se manifeste de nouveaux acteurs qui s’investissent dans les contenus, il a surtout été un moment à l’occasion duquel les fournisseurs d’équipement et de services se sont enfin entendus sur l’unicité du marché du numérique qui marche au pas de la convergence. Ainsi, sur leurs stands, les fournisseurs d’équipement informatique semblaient ne vouloir vanter que leurs nouvelles aptitudes dans le domaine des télécom. Du coté des opérateurs de télécommunications, on tentait plutôt de cacher câbles et fils pour ne mettre en évidence que les compétences récemment développées dans le domaine des services à valeur ajoutée et du soft. A travers les multiples facettes des offres produits et services, il ressort nettement que, pour les uns et comme les autres, les technologies sans fils ne seront plus la chasse gardée de qui que ce soit et que le monde de la téléphonie sur IP ne peut être considérée comme un royaume indépendant. Devant les atermoiements des pouvoirs publics à déconstruire l’ancien mode de cohabitation des "télécommunicants" et des "informaticiens", chacun s’active à repérer les ancres flottantes au milieu des flots agités de la concurrence biaisée, pour aller pécher dans des eaux moins opaques. Le séminaire organisé par l’ESMT et NCS sur la téléphonie sur Internet a été une occasion de plus pour demander la définition de nouvelles règles du jeu adaptées au nouvel environnement issu de l’évolution technologique. Espérons que le débat se poursuivra dans la sérénité et que l’on ne verra plus, comme il y a quelques semaines de cela, de hauts responsables de la Sonatel s’abriter courageusement derrière un pseudonyme pour nous insulter sans modération dans la presse écrite et sur le net. Malheureusement pour celui qui s’est livré à ce petit jeu, il a été trahi par les traces d’ADN (Adresses Du Net) qu’il a laissées sur les lieux de son crime et nous avons pu reconstituer avec une efficacité digne de « cyber-policiers » l’identité de ce « cyber-calomniateur ». Certes les enjeux de la libéralisation du marché des télécommunications sont importants compte tenu de la place qu’occupe ce secteur dans le développement économique et social de notre pays, mais il est indispensable que chacun sache raison garder. La Sonatel étant aujourd’hui une société privée dont le capital est majoritairement détenu par une société étrangère, le discours selon lequel tout ce qui est bon pour la Sonatel est bon pour le Sénégal n’est plus de mise. Cela étant, il est tout aussi évident que la fin du monopole dans le secteur des télécommunications ne doit pas rimer avec le triomphe de la loi de la jungle dans lequel chacun pourrait se permettre de faire n’importe quoi, n’importe où et à n’importe quel prix sous prétexte de pouvoir conquérir une part de marché. C’est pourquoi, comme nous le faisons inlassablement depuis plusieurs années, nous continuons de réclamer la création d’une autorité indépendante de régulation des télécommunications dotée des moyens humains, techniques et financiers indispensables à l’exercice de sa mission, la fin du monopole de la Sonatel et l’adoption d’un nouveau code des télécommunication fixant clairement les droits et les devoirs des différents intervenants du secteur afin que tous les talents puissent se libérer et que le bol de riz que constitue le marché des télécommunications soit partagé par tous les enfants de la maison Sénégal… qui ont les mains propres.

Amadou Top
Président d’OSIRIS


Actualités


Baisse des tarifs de Sentel sur l’international

Sentel, qui affirme progresser au rythme de 5000 nouveaux abonnés par mois, vient d’annoncer une baisse de ses tarifs téléphoniques sur l’international de 11% en direction de l’Afrique et de 25% en direction du reste du monde.

Sentel : http://www.everyday.sn/

La Sonatel cherche à améliorer son image de marque

A l’occasion de l’inauguration du complexe Cheikh Anta Diop le 12 juin 2001, le Directeur général de la Sonatel a indiqué que son entreprise avait décidé de communiquer sur son image en mettant notamment l’accent sur la place qu’elle occupe dans l’économie nationale. C’est ainsi qu’il a révélé que la Sonatel était le premier investisseur du pays avec près de 51 milliards de FCFA d’investissement par an, représentant 17% de la formation brute du capital fixe des entreprises sénégalaises, et qu’elle participait pour 3% au PIB. Il a par ailleurs précisé que 80% des bénéfices réalisés provenaient de l’extérieur et que 60% des recettes tirés des communications locales étaient réinvestis dans le réseau national. La création d’une « Fondation Sonatel » oeuvrant dans les domaines de l’éducation, de l’art et de la culture dont la dotation initiale serait de 100 millions de FCFA ainsi qu’un fonds d’investissement pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont également été annoncés.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/

Abdoulaye Wade dialogue en direct avec les internautes

Le 14 juin 2001, le Président de la République Maître Abdoulaye Wade, a dialogué en direct pendant une heure avec les internautes via le Chat suite à une initiative de Radio France International (RFI) en partenariat avec Métissacana et avec le concours de Canalchat. Les thèmes abordés ont porté sur le Plan Oméga, le chômage des jeunes, l’avenir d’Air Afrique, les relations franco-sénégalaises, la situation en Casamance, le rôle de l’Union africaine, la démocratie au Sénégal et en Afrique, etc. D’après les initiateurs de cette opération, qui a eu lieu a quelques jours avant la visite officielle en France du président sénégalais, ce Chat aurait réuni 423 personnes en simultané et 3 480 en cumulé.

Métessicana : http://www.metissacana.sn/
RFI : http://www.rfi.fr/
Canalchat : http://www.canalchat.com/


Politique


Vers la création d’une agence sectorielle de régulation des télécommunications

Lors d’une audience accordée à l’intersyndicale des travailleurs de la Sonatel, le conseiller du Président de la République pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication a annoncé la création prochaine d’une agence sectorielle de régulation des télécommunications. La mise sur pied d’une agence de ce type avait été proposée l’année dernière par le ministère de la Culture et de la Communication mais le Ministre de l’Économie et des Finances de l’époque s’y était opposé au profit de la création d’une agence de régulation multisectorielle englobant l’eau, l’énergie et les télécommunications. Rappelons pour mémoire que le Sénégal s’était engagé auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce, à créer une structure de réglementation destinée à favoriser une concurrence saine et loyale entre opérateurs au plus tard au 31 décembre 1997.


Infrastructures et services


Le ministère de l’Intérieur se dote d’un intranet

La Direction de l’Automatisation des Fichiers (DAF) du ministère de l’Intérieur, qui gère notamment le fichier des cartes nationales d’identité, le fichier des passeports, le fichier électoral, le fichier des partis et associations, le fichier des armes et munitions et le fichier des villages, est désormais dotée d’un intranet. Celui ci offre un espace de communication et de travail aux services centraux du ministère de l’Intérieur basés à Dakar ainsi qu’aux gouverneurs des 10 régions et aux préfets des 30 départements. Mis en place avec l’appui de la Sonatel, cet intranet a coûté 95 millions de FCFA pour le volet « infrastructure » et 85 millions de FCFA pour le volet « applicatifs ». Il faut toutefois noter que les sous-préfets qui représentent l’autorité administrative à l’échelle des arrondissements ne sont pas connectés à ce réseau. Sur un autre plan, le ministère de l’Intérieur envisage désormais d’informatiser l’Etat-civil afin de sécuriser les documents d’identité auxquels il sert de base, tels la carte nationale d’identité et le passeport.

Ministère de l’Intérieur : http://www.mint.sn/

La Douane s’équipe d’un nouveau serveur

La Direction des Systèmes Informatiques Douaniers (DSI) qui gère notamment le système Gaïndé, qui assure la gestion informatisée de certaines étapes du processus de dédouanement, s’est doté d’un nouveau serveur de type IBM « Multiprises 3000 ». La mise en place de ce nouvel équipement, qui sera désormais installé dans de nouveaux locaux aménagés au sein de la Direction Générale des Douanes, devrait mettre fin au nombreuses pannes qu’avaient connues Gaïndé par le passé. Dans une étape ultérieure, la Douane envisage de mettre en oeuvre un système de dédouanement entièrement électronique reposant sur l’application Orbus 2000 développée par le Trade Point Sénégal ainsi que l’intégration des procédures EDI (Electronic Data Interchange) de manière à pouvoir interconnecter son système avec les autres services douaniers à travers le monde.

Trade Point Sénégal : http://www.tpsnet.org/

L’Hôpital Aristide Le Dantec à l’heure de la télémédecine

Le 28 juin 2001, une salle dotée de deux caméras orientables au son de la voix, des vidéo-projecteurs, un moniteur de télévision et tous une série d’équipements et d’accessoires de communication a été inauguré à la clinique de chirurgie de l’Hôpital Aristide Le Dantec de Dakar. Cette unité de télémédecine est le fruit d’un partenariat avec les universités françaises de Toulouse et de Strasbourg et une université belge de Bruxelles. Grâce à cet équipement, il sera désormais possible aux chirurgiens de l’Hôpital Aristide Le Dantec de faire de la chirurgie vidéo-assistée en bénéficiant de l’assistance de leurs collègues installés à Toulouse, Strasbourg ou Bruxelles. Cette unité de soins, dont la réalisation a coûté 60 millions de FCFA, a pu voir le jour grâce l’appui de la coopération française qui financé les équipements de visioconférence et à l’engagement de l’Etat sénégalais et d’une Ong belge à prendre en charge les frais de fonctionnement induits.


Projets


Programme d’été du SIUP

De juin à septembre 2001, le Système d’Information Urbain Populaire (SIUP) va mettre en œuvre son programme d’été avec l’appui de quatre volontaires français de l’association Système d’Information d’Aide à la Décision (SIAD) sans frontières de l’Université Lille II consistant principalement en une formation en cascade avec un éditeur de pages HTML. A cette occasion, les six SIUP existant seront réactualisés, un nouveau SIUP verra le jour à Dakar et surtout un Système d’Information Rural Populaire (SIRPO) sera implanté dans la communauté rurale de Nabadji Civol qui rassemble 26 villages dans le département de Ourossogui (Région de Saint Louis) en partenariat avec l’association Joburu. Un concours de création de page web sur le thème « Je rêve du Sénégal de demain » sera également organisé avec l’appui d’Osiris.

SIUP : http://www.siup.sn/

Lancement du programme d’insertion des jeunes dans les métiers émergents

Le 26 juin 2001, Landing Savané, Ministre de l’Artisanat et de l’Industrie et Aïcha Agne Pouye, Ministre des PME et du Commerce ont procédé au lancement officiel du programme d’insertion des jeunes dans les métiers émergents des téléservices. Ce programme élaboré par le Centre de services de la Société du Domaine Industriel de Dakar (SODIDA) dans le cadre de la stratégie Acacia-Sénégal du CRDI vise à explorer les gisements d’emplois susceptibles d’être mis en valeur, notamment dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication et à déboucher sur la maîtrise d’un modèle durable de promotion des télé-services.

Acacia : http://www.idrc.ca/acacia
Sodida : http://www.sodida.sn/


Rendez-vous


Deuxième rendez vous des réseaux citoyens

Après Barcelone (Espagne) en novembre 2000, le deuxième Congrès Mondial des Réseaux Citoyens (Global CN 2001) se tiendra à Buenos Aires (Argentine) du 5 au 7 Décembre 2001 sur le thème : "La rénovation des communautés à l’ère digitale".

Global CN 2001 : http://www.globalcn2001.org/

Troisième sommet africain de l’informatique et des télécommunications

Le Troisième sommet africain de l’informatique et des télécommunications se tiendra à Prétoria (Afrique du Sud) du 30 juillet au 2 août 2001. De nombreuses sessions portant sur des sujets tels que le commerce électronique, le téléenseignement, la gouvernance électronique, les technologies VSAT, la sécurité, les logiciels libres seront abordées et un forum réunissant les fournisseurs de services Internet sera notamment organisé.

ACT 2001 : http://www.aitecafrica.com/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici
Copyright © Osiris, juin 2001


Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)