twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 19 Février 2001

mercredi 28 février 2001

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 19 février 2001


Sommaire


Editorial
Savoir raison garder
Actualités
Entre 90.000 et 105.000 internautes au Sénégal
Mactar Silla, Directeur général de la RTS
Ouverture d’un magasin spécialisé dans la bureautique par le groupe CCBM
L’Etat et Sentel devrait signer une nouvelle convention
La Sonatel déconnecte les mauvais payeurs
Politique
Création d’un ministère de la Communication et des Technologies de l’Information
Les TIC font leur entrée sur les plates-formes revendicatives des étudiants
Infrastructures et services
Inauguration d’un nouveau centre d’accueil commercial de la Sonatel à Mbour
Les exploitants de télécentres de Thiès veulent imposer un tarif unique
Projets
Les technologies de l’information et de la communication au service des femmes
L’Institut Fondamental d’Afrique Noire sur la voie de l’informatisation
Rendez-vous
Le Sénégal présent à la Semaine Européenne des Technologies de l’Information
La Fête de l’Internet au Sénégal programmée pour le 17-18 mars 2001
5ème Semaine Internationale de la Mode de Dakar du 19 au 29 avril 2001


Editorial


Fin du monopole de la Sonatel Savoir raison garder

Le 26 février 2001, la Sonatel a décidé de suspendre les liaisons spécialisées de tous les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) qui lui devaient des arriérés de paiement. Cette décision toute légale qu’elle fut a eu pour conséquence de priver des milliers d’internautes de la possibilité de recevoir et d’envoyer du courrier électronique et de naviguer sur le Web et a par ailleurs rendu invisible tous les sites Web qui étaient hébergés par ces fournisseurs. Aussitôt, certains FAI victimes de cette mesure ont vigoureusement réagi, dénonçant dans la presse la mesure dont ils venaient d’être victime. Sans vouloir jouer les Ponce Pilate, il faut dire que dans cette affaire les torts sont largement partagés entre la Sonatel et les FAI concernés. Il est tout à fait compréhensible que la Sonatel cherche à recouvrer ses arriérés de paiement auprès des mauvais payeurs qui ne respectent pas les termes du contrat qui leur permet de disposer d’une liaison spécialisée et de commercialiser toute une série de services en direction de personnes physiques ou morales. Compte de tenu du rôle capital que joue aujourd’hui Internet pour un nombre croissant d’individus, d’entreprises, d’associations, d’Ong, de projets voire de démembrements administratifs, on peut s’interroger sur la légitimité d’une telle mesure qui inflige une punition collective à des milliers d’utilisateurs qui sont les victimes innocentes d’un règlement de compte entre la Sonatel et ses partenaires. Pour leur défense, les FAI mettent en avant le fait que les sommes qu’ils doivent à la Sonatel sont sans commune mesure avec les rentrées financières générées par le trafic téléphonique lié aux connexions des internautes et ils dénoncent dans la foulée le caractère exorbitant du prix des liaisons spécialisées. S’agissant de ce dernier point, il est incontestable que la Sonatel, compte tenu du monopole qui est le sien, impose des prix que rien ne justifie. On peut ainsi se poser la question de savoir pourquoi France Télécom offre en France des liaisons à 128, 256 et 2048 Kbits à 331.500, 536.000 et 760.00 FCFA alors que la Sonatel, dont elle détient la majorité du capital, les facture respectivement 996.000, 1.550.000 et 3.600.000 FCFA. Petit détail qui a son importance, Télécomplus fournisseur d’accès Internet filiale de la Sonatel, ne paie lui aucun frais de liaison spécialisée puisque que ses installations sont directement branchées sur le point d’accès Internet de la Sonatel, ce qui lui permet par ailleurs de bénéficier d’une bande passante dont les autres FAI ne peuvent disposer et de faire ainsi une concurrence totalement déloyale aux autres fournisseurs d’accès. La responsabilité de l’Etat est donc ici doublement engagé et il devrait prendre, sans tarder, deux mesures fortes à savoir : 1°) mettre fin au monopole de la Sonatel pour la connexion au réseau Internet qui freine l’utilisation et l’appropriation des technologies de l’information et de la communication par le plus grand nombre et entrave la compétitivité des entreprises opérant dans le secteur des téléservices ou à défaut exiger que tous les fournisseurs d’accès Internet soient mis dans les mêmes conditions que celles dont bénéficient Télécomplus ; 2°) créer dans les meilleurs délais un organe indépendant de régulation du secteur des télécommunications capable de faire respecter aux uns et autres des règles claires, d’organiser une concurrence saine et loyale, de définir des limites de prix justes et compatibles avec les exigences de rentabilité économique et de protéger les intérêts des utilisateurs. Au delà des passions soulevées ici et là il faut donc savoir raison garder et prendre les décisions idoines permettant au Sénégal de s’insérer dans les meilleures conditions possibles à la Société de l’Information.

Amadou Top
Président d’OSIRIS


Actualités


Fin du monopole de la Sonatel Entre 90.000 et 105.000 internautes au Sénégal

Citant une étude d’Afrique Initiatives à paraître, Les News d’Africa 21 indiquent dans leur n°28 daté du 26/02/01 que le Sénégal compterait entre 90.000 et 105.000 internautes réguliers et occasionnels pour une population de 9,5 millions d’habitants.

Africa 21 : http://www.africa21.net/

Fin du monopole de la Sonatel Mactar Silla, Directeur général de la RTS

Le 23 février 2001, Mactar Silla, ancien Directeur de TV5 Afrique, ancien Vice-président et Directeur général pour l’Afrique occidentale et centrale de Worldspace et tout dernièrement Directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest francophone du groupe Africa Online a été nommé Directeur général de la Radio télévision sénégalaise (RTS) où il avait exercé de 1982 à 1992.

Ouverture d’un magasin spécialisé dans la bureautique par le groupe CCBM

Le Comptoir Commercial Bara Mboup (CCBM) a inauguré le 23 février 2001 en présence de Landing Savané, Ministre des Mines et de l’Artisanat et Idrissa Seck, Ministre d’Etat, Directeur de cabinet du Président de la République, un magasin spécialisé dans la bureautique dénommé « Office 1 Superstore ».

Fin du monopole de la Sonatel L’Etat et Sentel devrait signer une nouvelle convention

De manière à préserver leurs intérêts respectifs et assurer la continuité du service, l’Etat du Sénégal et Sentel Gsm ont entamé des discussions visant à la signature d’une nouvelle convention destinée à servir de cadre provisoire dans l’attente du lancement d’un nouvel appel d’offres destiné à autoriser un troisième opérateur de téléphonie cellulaire. A l’issue de cette appel d’offres, qui devrait permettre d’évaluer le montant du ticket d’entrée sur le marché sénégalais, l’Etat sera en mesure de fixer le prix de la deuxième licence qui pourrait être attribué à Sentel si elle en accepte le montant et les conditions. Selon certaine information, la Sonatel devrait être également touché par une mesure similaire.

La Sonatel déconnecte les mauvais payeurs

Le 26 février 2001, la Sonatel, seul et unique opérateur d’accès Internet au Sénégal, a décidé de couper les liaisons spécialisées de tous les fournisseurs d’accès Internet (FAI) qui lui devaient des arriérés de paiement. Aussitôt, le principal concerné, à savoir le Métissacana, a dénoncé la mesure dans la presse, mettant en avant le fait que ses dettes cumulées envers la Sonatel étaient sans commune mesure avec les rentrées financières générées par les communications téléphoniques des internautes qui s’élèvent à 30 millions de FCFA par mois. Outre l’impossibilité pour les abonnés de ces fournisseurs d’accès de se connecter à Internet, cette mesure a eu pour conséquence de rendre inaccessibles les sites et pages web hébergés par ces FAI, notamment la version électronique de Sud Quotidien.


Politique


Création d’un ministère de la Communication et des Technologies de l’Information

Suite aux troubles estudiantins survenus le 31 janvier 2001 à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et qui se sont soldés par la mort d’un étudiant et une soixantaine de blessés, un remaniement ministériel a eu lieu le 5 février 2001. Celui ci a consacré l’éclatement du ministère de la Communication et de la Culture avec d’une part la création d’un ministère de la Culture avec à sa tête le Professeur Madior Diouf, précédemment Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, et d’autre part la création d’un ministère de la Communication et des Technologies de l’Information avec à sa tête Mamadou Diop Decroix. Si les milieux artistiques, qui avaient salué la fusion de la communication et de la culture dans un seul et même département ministériel, regretteront sans doute cette décision, par contre les acteurs du secteur des technologies de l’information et de la communication se réjouissent d’une telle mesure. Dans ce cadre, la création d’une Direction des Nouvelles Technologies a été annoncée et la décision a été prise de profiter de l’occasion pour créer un pôle fort dans ce secteur stratégique, en plaçant notamment sous la tutelle de ce nouveau ministère la Délégation à l’Informatique qui dépendait jusqu’alors de la Présidence de la République.

Les TIC font leur entrée sur les plates-formes revendicatives des étudiants

Dans le cadre du protocole en 16 points signé le 9 février 2001 entre le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique et les représentants des étudiants Président de la République, les technologies de l’information et de la communication figurent en bonne place. En effet, le point 7 du protocole d’accord prévoit notamment l’installation de salles informatiques dans toutes les facultés, l’équipement et la connexion des amicales d’étudiants à Internet, l’installation d’un cybercafé de 100 places à la bibliothèque universitaire, le démarrage de la formation des formateurs en informatique et l’introduction de l’enseignement de l’informatique au second cycle.


Infrastructures et services


Inauguration d’un nouveau centre d’accueil commercial de la Sonatel à Mbour

Le 02 février 2001, en présence du Ministre de la Culture et de la Communication, la Sonatel a inauguré un nouveau centre d’accueil commercial à Mbour dont la réalisation a coûté 350 millions de FCFA. Par ailleurs, une nouvelle infrastructure s’appuyant sur l’utilisation de la fibre optique devrait permettre de porter les possibilités de raccordement au réseau à 19936 paires dont 13405 sorties et 6351 en attente contre 6181 paires installées dont 4851 sorties et 1393 en attentes à l’heure actuelle. La téléphonie rurale n’a pas été oubliée puisque 19 villages sont en cours de connexion dans le département de Mbour.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/

Les exploitants de télécentres de Thiès veulent imposer un tarif unique

Les exploitants de télécentres de Thiès se sont réunis à la mi-février pour tenter d’imposer un tarif unique de 100 FCFA l’unité dans toute la ville en lieu et place des tarifs actuels qui vont de 75 FCFA à 100 FCFA l’unité. En effet selon ces derniers, une tarification inférieure à 100 FCFA l’unité ne leur permet pas de faire face aux charges locatives, de frais d’électricité, au paiement des employés, etc. Aujourd’hui, la commune de Thiès compte près de 800 télécentres pour une population d’environ 300.000 habitants soit un ratio d’un télécentre pour 375 habitants. Les exploitants de télécentres ont également dénoncé les retards mis par la Sonatel pour rétablir les lignes en dérangement ce qui occasionne un manque à gagner important et ont réclamé la création d’un service spécial dédié au télécentres au sein de la Sonatel.


Projets


Les technologies de l’information et de la communication au service des femmes

L’année 2001 a vu le démarrage du projet "Les technologies de l’information et de la communication à l’appui du programme des femmes pour l’égalité de genre au Sénégal", mis en oeuvre par ENDA Tiers-Monde, en partenariat avec le réseau Siggil Jigéen, avec le soutien du Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI).

ENDA : http://www.enda.sn/ Siggil Jigéen : http://www.famafrique.org/sjigeen/mission.html CRDI : http://www.idrc.ca/

L’Institut fondamental d’Afrique noire sur la voie de l’informatisation

Par la voix de son Directeur, le Professeur Djibril Samb, l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN) vient d’annoncer son intention de procéder à l’informatisation complète de ses services. Ce projet vise notamment au transfert sur CD-ROM des publications de l’IFAN, avec le concours de l’Agence internationale de la Francophonie (AIF ex ACCT) ainsi que la numérisation et la mise en ligne de toute une partie des ressources documentaires du prestigieux institut dans le cadre d’un accord signé entre l’IFAN , Michigan State University (MSU) et le Centre de Recherche Ouest Africain (CROA/WARC) avec un financement de la National Science Foundation des Etats-Unis.

IFAN : http://www.refer.sn/sngal_ct/ifan/accueil.htm
MSU : http://www.msu.edu/home/
NSF : http://www.nsf.gov/


Rendez-vous


Le Sénégal présent à la Semaine Européenne des Technologies de l’Information

Avec l’appui du Centre du Commerce International (CCI), un consortium d’entreprises évoluant dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication s’est constitué pour assurer la présence sénégalaise sur les marché internationaux. Regroupant actuellement six entreprises, il fera son baptême du feu à Paris du 06 au 08 mars 2001 à l’occasion de la Semaine Européenne des Technologies de l’Information (SETi). Le Trade Point Sénégal et le Centre International du Commerce Extérieur (CICES) ont coordonné ce travail qui devraient permettre aux entreprises sénégalaises désireuses de conquérir des marchés extérieurs de présenter une participation de qualité, de proposer une offre technique globale et d’avoir la masse critique et les moyens financiers qu’elles sont incapables d’offrir chacune de leur côté.

La Fête de l’Internet au Sénégal programmée pour le 17-18 mars 2001

Suite à la décision prise par Isoc-Sénégal de reporter la Fête de l’Internet au Sénégal, celle-ci aura finalement lieu pendant le week-end du 17-18 mars 2001. A cette occasion, un jeu concours de développement de page web intitulé « Performance Web » sera organisé le dimanche 18 mars de 9 heures à 13 heures au Centre culturel Blaise Senghor. Les candidats qui pourront se présenter à titre individuel ou par équipe de deux personnes peuvent s’inscrire dès à présent par courrier électronique à l’adresse suivante : perfweb@isoc.sn et ce jusqu’au 14 mars à minuit. Comme d’habitude, les différents partenaires impliqués dans l’organisation de la Fête de l’Internet offriront pendant ces deux jours un accès gratuit ou à prix réduit à Internet et une table ronde et des démonstrations sur les logiciels libres sont également prévues.

Isoc-Sénégal : http://www.isoc.sn/

5ème Semaine Internationale de la Mode de Dakar du 19 au 29 avril 2001

La 5ème Semaine Internationale de la Mode de Dakar (SIMOD) et le 4ème Carnaval de Dakar organisés par Oumou Sy se dérouleront respectivement du 19 au 29 avril 2001 et le samedi 21 avril 2001.

SIMOD 2001 : http://sites.metissacana.sn/simod_2001/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici
Copyright © Osiris, février 2001


Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)