twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik N° 18 Janvier 2001

mercredi 31 janvier 2001

Bulletin d’Analyse sur les Technologies de l’Information et de la Communication
Lettre d’information électronique mensuelle publiée par OSIRIS
l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal
n° 18 janvier 2001


Sommaire


Editorial
A quand la création d’un fonds pour le développement des TIC ?
Actualités
Modernisation des systèmes et moyens de paiement dans les pays de l’UEMOA
Deuxième conférence panafricaine de la radio communautaire
Publication d’une étude sur les TIC et le développement social au Sénégal
Mise en ligne d’une nouvelle version du site du ministère de l’Intérieur
Oumou Sy lauréate du prix RFI Net Afrique
Le Soleil brille sur Internet
Politique
L’inviolabilité de la correspondance électronique désormais affirmée dans la Constitution
Appel à candidatures pour l’exploitation de chaînes de télévision privées
Le feuilleton Etat du Sénégal/Sentel se poursuit
Deuxième rencontre de la DOT Force à Dubaï
Infrastructures et services
La Sonatel a franchi le seuil des 200 000 abonnés à la téléphonie fixe
Inauguration du complexe commercial de la Sonatel à Saint-Louis
Développement des webmail au Sénégal
Projets
Appel d’offres pour la création d’un fonds de développement dans le secteur des NTIC
Combiner énergie solaire et réseau GSM pour développer la téléphonie rurale
Rendez-vous
Un nouveau site pour l’édition 2001 de la Fête de l’Internet en Afrique
Le second Festival de l’Internet Francophone 2001 se prépare !
Atelier sous-régional INET en mars 2001 à Cotonou
Yaoundé NetCom, salon international sur les NTIC


Editorial


A quand la création d’un fonds pour le développement des TIC ?

Il faut se réjouir de l’initiative de la Sonatel qui vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation d’une étude de marché pour la création d’un fonds d’investissement dans le domaine des NTIC au niveau de l’UEMOA. Un tel fonds devrait concourir au développement des entreprises dans le secteur des nouvelles technologies et permettre ainsi à l’Afrique de l’Ouest de se positionner sur les marchés découlant de la mise en place progressive de la nouvelle économie. Ceci dit, la Sonatel étant désormais une société privée majoritairement contrôlée par des capitaux étrangers dans laquelle l’Etat ne détient même plus une minorité de blocage, il ne faut pas trop s’illusionner sur le rôle que pourra jouer un tel fonds en faveur de l’émergence et du développement d’un secteur national dans le domaine des nouvelles technologies. Dès lors, on ne peut que s’interroger sur l’inertie de l’Etat en la matière alors que depuis de nombreuses années les experts et les professionnels du secteur ont recommandé la création d’un tel instrument au niveau national. En effet, rien ne sert de multiplier les réflexions sur la politique nationale de développement des TIC si en parallèle l’Etat ne se donne pas les moyens de mettre en œuvre les fruits ces réflexions. Parmi les moyens nécessaires, figure en bonne place la création d’un fonds de soutien aux initiatives dans le domaine des nouvelles technologies de manière à créer les conditions de l’émergence de Start up mais également à appuyer les entreprises déjà existantes et qui sont porteuses de projets novateurs. La création d’un tel fonds s’impose car les banques « nationales », en général plus intéressées à spéculer sur l’importation du riz qu’à financer le développement de l’industrie et des services, ont fait la preuve de leur incapacité à soutenir les entreprises voulant miser sur la nouvelle économie. Il est donc grand temps que le Sénégal se dote des instruments nécessaires à la mise en oeuvre de la stratégie nationale qui devrait lui permettre de moderniser son administration, son système éducatif et bien entendu son économie. Dans tous les pays où l’on constate un essor fulgurant du secteur des nouvelles technologies, il existe une volonté politique forte qui se traduit non seulement par l’énonciation d’une vision et la définition d’une stratégie mais par la mise en oeuvre de dispositifs concrets, notamment en matière de financement. Un tel fonds pourrait notamment être alimenté par des taxes prélevés sur les opérateurs de télécommunications, les redevances des licences de téléphonie mobile, de fréquences VSAT, etc.

Amadou Top
Président d’OSIRIS


Actualités


Modernisation des systèmes et moyens de paiement dans les pays de l’UEMOA

Le 10 janvier 2001, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et l’Association Internationale de Développement (IDA) ont signé un accord de crédit pour le d’un montant de montant 9,4 millions de $ (environ 7 milliards CFA) pour le financement du projet de réforme des systèmes et moyens de paiement dans les pays de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Ce projet fait suite à la concertation organisée par la BCEAO notamment avec les établissements bancaires et financiers, les Trésors, les services financiers de la Poste, les associations de patronat, les grandes entreprises et les associations de consommateurs de l’ensemble des pays membres afin de moderniser les systèmes de paiement et de compensation dans les pays membres de l’UEMOA. Le projet vise la mise en place de trois principaux systèmes à savoir :

- un système de règlement brut en temps réel, pour les paiements de grande valeur,
- un système de compensation automatisée pour les paiements de masse,
- un système sous-régional de carte interbancaire.

UEMOA : http://www.uemoa.int/
BCEAO : http://www.bceao.int/
IDA : http://www.worldbank.org/ida/

Deuxième conférence panafricaine de la radio communautaire

L’Association Mondiale des Associations de Radios Communautaires (AMARC) a organisé à Dakar du 22 au 27 janvier 2001 la deuxième conférence panafricaine de la radio communautaire sur le thème « Pérennité et accès aux nouvelles technologies ». Cette conférence qui a vu la participation de 250 personnes venues de toute l’Afrique a notamment insisté sur la nécessité qu’il y a de développer l’électrification et la téléphonie rurale si l’on veut que les radios communautaires puissent se mettre à l’heure des TIC.

AMARC : http://www.amarc.org/

Publication d’une étude sur les TIC et le développement social au Sénégal

Dans le cadre de son programme de recherche "Technologie et Société", l’Institut de Recherche des Nations Unies pour le Développement social (UNRISD)vient de publier la version française de l’étude d’Olivier Sagna intitulée "Les technologies de l’information et de la communication et le développement social au Sénégal : Un état des lieux". Cette publication, terminée en avril 2000, est la version finale du document de travail présentée au séminaire sur les technologies de l’information et de la communication et le développement social organisé par l’Institut de Recherche des Nations Unies pour le Développement social (UNRISD) à Dakar (Sénégal) les 31 janvier et 1er févier 2000 avec l’objectif de jeter les bases d’un programme de recherche sur l’appropriation sociale des TIC au Sénégal. La version définitive de ce document en anglais devrait être publiée ultérieurement ainsi que les résultats des travaux de recherche effectués dans ce cadre par un groupe de chercheurs Sénégalais. Rappelons pour mémoire que le supplément NTIC publié par le journal Sud quotidien et archivé sur le site d’Osiris dans la rubrique "Documents et études" s’inscrit également dans ce programme de recherche.

TIC et développement social au Sénégal : cliquez ici
Supplément NTIC de Sud Quotidien :cliquez ici
UNRISD : http://www.unrisd.org/

Mise en ligne d’une nouvelle version du site du ministère de l’Intérieur

Le ministère de l’Intérieur a mis en ligne depuis le 22 janvier 2001 une nouvelle version de son site web qui se réduisait jusqu’alors au fichier électoral. Désormais, il est possible de lire un mot de bienvenue du Ministre, de consulter la Constitution, de se référer au Code électoral en ligne, de consulter la liste de tout les partis légalement constitués, de s’enquérir sur les moda lités de vote aux différentes élections ainsi que sur les conditions d’inscriptions sur les listes électorales, de connaître les prérogatives de l’ONEL, de la Direction Générale des Elections et bien entendu de consulter le fichier électoral et d’y faire des recherches sur la base d’un minimum de trois critères. Cela étant, il faut regretter une charte graphique plus digne d’un site commercial que d’un site institutionnel et en tout cas très éloignée de celle que l’on trouve pour les autres ministères. Pire, ce ministère qui a pour vocation de faire respecter la loi n’applique pas la directive que le Premier Ministre a édicté en matière de structuration des noms de domaines administratifs (cf. Batik n° 16).

Ministère de l’Intérieur : http://www.mint.sn/
ONEL : http://www.onel.org/

Oumou Sy lauréate du prix RFI Net Afrique

La première édition du prix « RFI Net Afrique » créé par Radio France Internationale (RFI) pour récompenser les personnes qui jouent un rôle déterminant dans le développement d’Internet en Afrique, a vu la consécration de la styliste Oumou Sy qui est l’origine du Metissacana, uns des premiers cybercafé d’Afrique de l’Ouest ouvert en 1996. Le prix RFI Net Afrique sera remis à Oumou Sy lors du salon Yaoundé NetCom qui se déroulera du 9 au 13 février 2001 à Yaoundé (Cameroun).

Le Metissacana : http://www.metissacana.sn/ Radio France Internationale : http://www.rfi.fr/

Le Soleil brille sur Internet

Depuis le 29 janvier 2001, la version en ligne du "Soleil" se présente sous un nouveau jour et étrennant par la même occasion un nouveau concept et un nouveau design. Désormais, les archives des six derniers numéros sont intégralement disponibles à tout moment et un module de recherche facilite l’accès aux articles plus anciens. De plus, les illustrations font leur entrée en force avec la multiplication des photos et la publication des caricatures de Samba Fall. Mieux, il est maintenant possible de prendre connaissance de l’ensemble du contenu éditorial dès la page d’accueil en parcourant les différentes rubriques (Vie nationale, Politique, Économie, Société, Santé et Environnement, Éducation et Sciences, Opinions et Débats, Sports, Afrique, Monde). Enfin, un forum de discussion devrait très prochainement permettre aux internautes de donner leurs points sur les sujets d’actualité. Après la mue réussie de la version papier et cette nouvelle version en ligne, le Soleil semble définitivement sorti de la brume dans laquelle il était noyé depuis de nombreuses années pour briller de mille feux et ainsi jouer pleinement son rôle d’éclaireur des consciences.

Le Soleil : http://www.lesoleil.sn/


Politique


L’inviolabilité de la correspondance électronique désormais affirmée dans la Constitution

La nouvelle constitution adoptée par référendum le 7 janvier 2001 stipule en son article 13 du Titre II « Des Libertés Publiques et de la Personne Humaine, des Droits Economiques et Sociaux et des Droits Collectifs » que « Le secret de la correspondance, des communications postales, télégraphiques, téléphoniques et électroniques est inviolable. Il ne peut être ordonné de restriction à cette inviolabilité qu’en application de la loi. ». Par cette nouvelle disposition, le principe de l’inviolabilité du secret des communications électroniques est donc affirmé mais il reste beaucoup à faire pour adapter les textes existants aux nouvelles problématiques soulevées par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Ainsi, quid de la validité de la signature électronique, de la responsabilité des opérateurs d’accès et des fournisseurs de services concernant les informations circulant sur les réseaux ou stockées sur des serveurs, de l’utilisation de la cryptographie, etc. Certes les juristes aiment à rappeler que nous ne sommes pas en présence d’un vide juridique total, mais il n’en reste pas moins que les problèmes soulevés par les TIC sont complexes et les réponses souvent contradictoires. Ainsi, en France le Code des télécommunications protège « toutes les communications à distance actuellement connues, qu’il s’agisse des communications téléphoniques ou de celles effectuées par Minitel, par télécopie, par fax, par satellite et par réseau Internet » mais dans la pratique, la Poste assimile le courrier électronique à une communication publique devant respecter les dispositions légales en vigueur pour éviter que sa responsabilité d’intermédiaire soit engagée en cas de plainte liée au contenu d’un message électronique.

La constitution du Sénégal : http://www.gouv.sn/textes/constnew.htm

Appel à candidatures pour l’exploitation de chaînes de télévision privées

Conformément à la volonté du Gouvernement de procéder à une ouverture plus poussée du paysage audiovisuel sénégalais, le ministère de la Culture et de la Communication a lancé par voie de presse un avis d’appel à candidatures pour l’obtention d’autorisations d’exploitation de chaînes de télévision privées le 18 janvier 2001. Les offres seront reçues jusqu’au 15 mars 2001 mais aucune date n’a été avancée quant à l’annonce des candidats retenus.

Le feuilleton Etat du Sénégal/Sentel se poursuit

Dans un communiqué laconique publié le 23 janvier 2001, le Ministère de la Culture et de la Communication a annoncé que par décret n°2001.23 du 17 janvier 2001, il a été mis fin à la convention de Concession, conclue le 03 juillet 1998 à Dakar entre l’Etat du Sénégal et la Société Sentel Gsm S.A approuvée par décret n° 98.719 du 02 septembre 1998. Cependant, il est précisé plus loin que « l’Etat du Sénégal est actuellement en discussions intenses avec les représentants de Sentel dans l’optique de trouver la meilleure formule permettant de sauvegarder les intérêts des deux parties ». De son côté, Sentel a diffusé un mémorandum d’une cinquantaine de pages dans lequel elle récuse point par point les arguments avancés par l’Etat du Sénégal pour lui retirer sa licence. Affaire à suivre…

Deuxième rencontre de la DOT Force à Dubaï

Le 18 janvier 2001, en marge du « Forum de l’OCDE pour les économies de marché émergentes sur le commerce électronique », s’est tenue à Dubaï (Emirats Arabes Unies), la deuxième réunion de la DOT Force appelée Groupe d’Experts pour l’Accès aux Nouvelles Technologies (GEANT) en français. En fait deux sessions ont été organisée, la première, était ouverte aux participants non membres de la DOT Force pour d’une part leur expliquer le rôle de cette organisation et d’autre part recueillir leurs avis sur le travail demandé au secrétariat de la DOT Force et la seconde, réservée aux membres du groupe a porté sur les formules techniques à mettre en œuvre pour faire en sorte que le rapport demandé à la DOT Force pour le prochain sommet du G8 soit élaborer le plus efficacement possible. Ainsi, il a été décidé de d’intégrer l’apport des experts de l’OCDE résultant de la rencontre de Dubaï sur le commerce électronique, de créer un site web pour recevoir les contributions des structures et pays non membres de la DOT Force et les mettre à la disposition du groupe de travail et enfin d’élargir la représentation des pays non membres du G8 par l’adjonction d’un représentant du secteur privé et d’un représentant des ONG. Le calendrier provisoire des prochaines réunions physiques de la DOT Force s’établit comme suit :

12-13 Février 2001 réunion au Caire (Egypte) en marge de la conférence sur le commerce électronique

1-2 mars 2001 réunion en Afrique du Sud en marge de la conférence des ministres africains des télécommunications

14 Mars 2001 réunion à Naples (Italie) en marge de la conférence sur la gouvernance électronique

Réunion en mai 2001 en Italie pour présentation du rapport final avant le sommet de Gênes prévu en juillet 2001.

Il faut souligner que lors de la conférence de l’OCDE sur le commerce électronique, il est nettement ressorti que l’approche régionale était la seule issue pour la prise en compte des problèmes relevant de la fracture numérique. Or, si l’Asie et les pays de l’Amérique du Sud se sont organisés sur une base régionale, il n’existe encore aucune structure de ce genre pour prendre en compte la spécificité des problèmes africains.

Forum de Dubaï : http://www.oecd.org/dsti/sti/it/ec/act/dubai_ec/


Infrastructures et services


La Sonatel a franchi le seuil des 200 000 abonnés à la téléphonie fixe

Au cours d’une cérémonie organisée le 04 janvier 2001, la Sonatel a officiellement fêté le raccordement de son 200 000ème abonné à la téléphonie fixe survenu dans le courant du mois de décembre 2000. A cette occasion le Directeur général de la Sonatel a indiqué que l’objectif pour l’année 2001 était de raccorder 50 000 abonnés supplémentaires. Le plan d’équipement de la Sonatel visant à destiné à satisfaire la demande de raccordement jusqu’en 2006 requiert des investissements d’un montant de 100 milliards de francs dont 82 milliards sont en cours. Durant les cinq prochaines années 18 autres milliards seront débloqués pour les équipements et ce plan d’équipement devrait générer prés de 3000 emplois sur la période 2001-2006.

Sonatel : http://www.sonatel.sn/

Inauguration du complexe commercial de la Sonatel à Saint-Louis

Le 9 janvier 2001, le Directeur général de la Sonatel a inauguré un nouveau complexe commercial à Saint-Louis, en présence du Ministre de la Culture et de la Communication. D’un coût 400 millions de francs CFA, ce complexe est doté d’un espace "Accueil", d’un "Caisse" et d’un "Cyber espace".

Développement des webmail au Sénégal

Les webmail, ces interfaces de messagerie accessibles via le Web et permettant d’accéder à son courrier électronique où que l’on soit dans le monde en utilisant un navigateur et ce sans procéder à la moindre configuration, sont de plus en plus présents sur les sites des fournisseurs de services Internet au Sénégal. Ainsi à côté de Métissacana qui offre à la fois un service d’adresses gratuites du type Hotmail ou Yahoo et un accès via le Web à ses abonnés classiques, l’UCAD, Sentoo, Sentel et Arc Informatique offrent également des webmail à leurs clients. Il semble donc qu’au Sénégal, comme ailleurs dans le monde, le webmail soit devenu une fonctionnalité incontournable que les fournisseurs de services Internet offrent désormais systématiquement à leurs abonnés leur évitant ainsi de posséder un compte pour les usages « sédentaires » et un compte pour les usages « nomades ».

Arc Informatique : http://www.arc.sn/
Métessicana : http://www.metissacana.sn/
Sentel : http://www.sentelnet.com/
Sentoo : http://www.sentoo.sn/ UCAD : http://www.ucad.sn/


Projets


Appel d’offres pour la création d’un fonds de développement dans le secteur des NTIC

Le 12 janvier 2001, la Sonatel a lancé un avis d’appel d’offres international en vue de sélectionner un cabinet pour la réalisation d’une étude de marché relative à la création d’un fonds d’investissement destiné à financer le démarrage et le développement des entreprises du secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans la zone de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Sonatel : http://www.sonatel.sn/

Combiner énergie solaire et réseau GSM pour développer la téléphonie rurale

Une équipe de la société Siemens a rencontré des techniciens de la Sonatel et des représentants du ministère de la Culture et de la Communication afin de leur présenter une solution combinant l’utilisation de l’énergie solaire et du système GSM pour développer la téléphonie rurale. Un tel procédé est en voie d’utilisation dans des pays comme le Bénin, le Pakistan, le Brunei, le Salvador, le Paraguay.

Siemens : http://www.siemens.com/


Rendez-vous


Un nouveau site pour l’édition 2001 de la Fête de l’Internet en Afrique

La Fête de l’Internet en Afrique, association visant à fédérer les différentes initiatives prise à l’occasion de la Fête de l’Internet sur le continent africain, a mis en ligne un nouveau site web pour l’édition 2001. Si vous voulez faire vos initiatives ou plus simplement vous informer connectez vous à l’adresse : http://f-i-a.org/

Fête de l’Internet en Afrique : http://f-i-a.org/

Le second Festival de l’Internet Francophone 2001 se prépare !

Le second Festival de l’Internet Francophone sera lancé depuis Paris le 2 mars 2001, jour de la Fête de l’Internet (du 2 au 4 mars 2001) et durera jusqu’au mardi 20 mars 2001, date de la Journée de la Francophonie. Tous ceux qui veulent jouer le rôle de « Relais Local » de cette manifestation pourront obtenir plus de renseignements en se connectant sur le officiel du Festival ou en écrivant à l’adresse suivante : contact@eim.fr.

Festival de l’Internet Francophone : http://www.eim.fr/festival/

Atelier sous-régional INET en mars 2001 à Cotonou

L’Organisation International de la Francophonie (OIF) et Internet Society Bénin organiseront un atelier sous-régional INET en mars 2001 à Cotonou (Bénin). Pour tous renseignements complémentaires écrire à sdnpaf@intnet.bj.

OIF : http://www.francophonie.org/
ISOC Bénin : http://www.isoc.bj/

Yaoundé NetCom, salon international sur les NTIC

Du 9 au 13 février 2001, se déroulera à Yaoundé (Cameroun), Yaoundé NetCom, le Salon international sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

Yaoundé NetCom : http://www.yaounde-net.com/


Envoyez-nous vos informations : cliquez ici
Abonnement : cliquez ici
Copyright © Osiris, janvier 2001


BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)