twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Babacar Touré : « La RTS évoque quasi exclusivement le camp du Oui » au référendum

mardi 15 mars 2016

Au Sénégal, alors que la campagne pour le référendum constitutionnel est officiellement ouverte depuis le 12 mars, l’instance de régulation de l’audiovisuel s’efforce, sans grand succès, de faire respecter l’équitable accès aux médias entre partisans du Oui et du Non...

Propagande déguisée, publi-reportages, questions orientées, affichage à sens unique… Difficile, pour le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), de faire respecter la neutralité de la couverture médiatique de la campagne pour le référendum du 20 mars. Président depuis 2012 du CNRA, Babacar Touré, l’ancien PDG du Groupe Sud Communication, s’en explique à Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Quelles sont les attributions du CNRA en période de campagne électorale ?

Babacar Touré : Elles ne sont pas différentes, dans leur nature, des missions que nous assumons tout au long de l’année. Le CNRA est chargé de faire respecter les règles de pluralisme, d’éthique et de déontologie, les lois et règlements en vigueur ainsi que les cahiers de charges et les conventions régissant l’audiovisuel au Sénégal. Dans un contexte électoral, il s’agit essentiellement de garantir, de manière renforcée, une certaine équité dans l’accès aux médias des différents candidats ou coalitions de partis.

Quels sont les principaux manquements que vous avez pu constater depuis l’annonce officielle du référendum, le 16 février ?

Le texte de référence pour diagnostiquer ces manquements, c’est l’article L.61 du code électoral. Celui-ci dispose que « durant les trente jours précédant l’ouverture de la campagne officielle électorale, est interdite toute propagande déguisée ayant pour support les médias nationaux publics et privés ». Le texte explicite ensuite le concept de propagande déguisée. Concernant la période de la campagne, deux interdits sont formulés : l’utilisation, à des fins de propagande électorale, de tout procédé de publicité commerciale dans les médias, autrement dit les publi-reportages ; et l’utilisation des biens ou moyens publics pour faire campagne, afin de garantir l’égalité entre les candidats. Malheureusement, ces dispositions ne sont pas respectées.

Pouvez-vous en donner des exemples ?

En ce qui concerne le service public audiovisuel, nous constatons que la Radiodiffusion Télévision sénégalaise (RTS) évoque quasi exclusivement le camp du Oui. Elle se livre par ailleurs à de la propagande déguisée, par exemple en faisant la promotion du Oui au référendum sous des prétextes détournés. Ce fut le cas, par exemple, à l’occasion de la célébration de la Journée de la femme, le 8 mars, ou encore, de manière plus flagrante, lors du conseil national du parti au pouvoir, le 7 mars. L’opposition n’est pas en reste, mais elle a plutôt investi certains médias privés, notamment des sites d’information en ligne apparemment acquis à sa cause. On pourrait également parler de l’affichage massif en faveur du Oui auquel procèdent les autorités. Or il faut savoir qu’en période de campagne électorale, les attributions du CNRA s’étendent à tout support de communication contribuant à la campagne.

L’argent est en train d’accentuer le caractère déséquilibré du traitement médiatique de la campagne, à travers la publicité politique

Et en ce qui concerne les médias privés ?

Globalement, ils assurent une représentation plus équitable des deux courants, même s’il arrive que la composition des plateaux, lors de certains débats, soit discutable et contribue de manière déguisée à privilégier le courant du Non. Il y a aussi parfois des questions orientées qui traduisent un certain parti-pris du journaliste. Enfin, nous sommes vigilants face aux publi-reportages en faveur d’un camp ou d’un autre. Dans divers médias, l’argent est en effet en train d’accentuer le caractère déséquilibré du traitement médiatique de la campagne, à travers la publicité politique.

Vous disposez de différents moyens de sanction face à ces manquements. En faites-vous usage ?

Le CNRA préfère s’en tenir à une approche pédagogique, en procédant à des interpellations correctives argumentées. Si l’on devait sanctionner à tout bout de champ, cela affecterait le système médiatique et l’opinion de manière importante et pourrait même déboucher sur des troubles à l’ordre public. Il s’agit plutôt de repenser le système de fond en comble, afin d’améliorer les pratiques professionnelles et l’offre programmatique.

Vos mises en demeure récentes ont-elle été suivies d’effets ?

Certains médias privés ont tenu compte de nos observations. Mais concernant l’audiovisuel public, nous avons le sentiment de prêcher dans le désert. Quand une chaîne a la puissance publique derrière elle, le sentiment d’impunité l’emporte. Le service public audiovisuel n’en fait qu’à sa tête – et à la tête du client –, ignorant superbement les principes inscrits dans les textes. « La religion du roi est celle des sujets », semble-t-on penser. Seulement la République, qui est d’abord l’affaire des citoyens, s’accommode mal des pratiques d’accaparement et d’exclusion. D’ailleurs, je doute que de telles pratiques rendent service au pouvoir en place, aujourd’hui comme hier. Après deux alternances, le Sénégal mérite mieux que ce qui lui est imposé à l’heure actuelle.

Mehdi Ba

(Source : Jeune Afrique, 15 mars 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)