twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

BFEM 2017 : L’IEF de Saint-Louis commune parle de « tricherie organisée et non des fuites »

samedi 15 juillet 2017

« Certains médias ont annoncé ce samedi 15 juillet 2017 des cas de « fuites » au niveau de l’organisation du BFEM dans un des jurys à l’IEF de Saint-Louis Commune. Les autorités scolaires tiennent à apporter des précisions sur ces prétendues fuites afin d’éclairer l’opinion sur l’incident et éviter toute confusion de nature à jeter le discrédit sur l’organisation de l’examen. En effet, il ne s’agit nullement de fuites mais plutôt d’une tricherie organisée, la fuite supposant plutôt la détention par des tiers des épreuves et/ou de leurs corrigés hors de leur circuit d’intégrité et avant leur administration. L’Inspection d’Académie de Saint-Louis dément donc formellement les rumeurs non fondées faisant état de fuites d’épreuves du premier groupe du BFEM.

En clair, les faits recueillis sur le terrain révèlent qu’il s’agit de candidats qui, dès réception d’une épreuve dans la salle d’examen, s’évertuaient à la photographier pour certains et pour d’autres à rédiger des messages texte (SMS) relatifs à des questions du sujet, pour les transmettre à des camarades élèves constitués en réseaux et situés hors des centres d’examen. Ces derniers, dès réception du message, s’attelaient en retour à envoyer au fur et à mesure des fragments de corrigés, toujours via le téléphone, à leurs amis candidats. Autrement dit, les élèves incriminés ne détenaient pas par devers eux, avant l’administration des épreuves, ni sujets, ni corrigés-types. C’est de l’extérieur que les complices traitaient eux-mêmes les questions reçues pour les renvoyer par messages. Donc il s’agit réellement de tricherie et non de fuites comme le laisse entendre une certaine presse.

Par ailleurs, l’enquête diligentée par les services compétents de l’Etat n’a jusque-là pas révélé l’implication d’enseignants dans ce qu’il convient d’appeler une tricherie en bande organisée qui, grâce au dispositif de contrôle et de surveillance mis en place, a été vite démasquée ».

Abdou Timéra

(Source : Ferloo, 15 juillet 2017)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)