twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Avec 117 milliards de FCFA de chiffre d’affaires, l’activité de la Sonatel en hausse de 30% au premier semestre 2004

mercredi 22 septembre 2004

Les perspectives 2004 s’annoncent très bonnes pour la Sonatel dont les chiffres du premier semestre indiquent une nette progression aussi bien du volume d’affaires que du résultat d’exploitation.

Si la téléphonie mobile n’existait pas, il aurait fallu l’inventer pour la Société nationale des télécommunications (Sonatel). Conformément à une tendance notée depuis quelques années, c’est véritablement ce secteur qui dope l’activité de l’entreprise leader de télécommunications. Les résultats du premier semestre, publiés à la Bourse régionale des valeurs mobilières, font état d’un chiffre d’affaires de 117 milliards de Fcfa, contre 90,2 milliards à la même époque en 2003, soit une hausse de 29,6%. La progression est plus importante en ce qui concerne le résultat d’exploitation (chiffre d’affaires moins charges d’exploitation) puisque celui-ci hausse de 41,49% avec un montant qui passe de 39,8 milliards à 56,4 milliards de Fcfa. « Cette hausse est due essentiellement à l’activité du mobile au Sénégal et au Mali, avec nos filiales respectives Sonatel Mobiles (Alizé) et Ikatel », explique la Sonatel dans sa note adressée à la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) où elle publie, conformément aux obligations de toutes les sociétés cotées en bourse, ses résultats tous les six mois. La contribution de la branche mobile est d’autant plus importante que celle du réseau fixe n’a augmenté que de 9,71%, comparaison faite entre le premier semestre 2003 et celui de 2004.

La Sonatel dispose d’un parc d’abonnés au réseau cellulaire de plus de 575.000 lignes au Sénégal, et de 180.000 lignes au Mali, à travers sa filiale Ikatel, selon les chiffres fournis par Cheikh Tidiane Mbaye, son directeur général, lors de la publication des comptes 2003. Sur le réseau fixe, où il n’opère qu’au Sénégal, la société compte plus de 228.000 lignes.

A plusieurs reprises, la Sonatel a procédé à des baisses de tarifs aussi bien sur le fixe que sur le mobile, comme elle le rappelle dans son communiqué adressé à la Bourse. Mais avec un tel niveau de rentabilité, les clients peuvent se demander, légitimement, si elle ne doit pas encore aller plus loin pour rendre le téléphone moins cher.

Malick M. Diaw

(Source : Le Soleil 22 septembre 2004)

Post-Scriptum

Croissance de 70% des dividendes en six ans

Si le rythme de croissance de l’activité de 30% enregistré au premier semestre se maintient durant le second, la Sonatel devrait dépasser largement son record de 2003 avec ses 195,6 milliards de chiffre d’affaires pour 56 milliards de Fcfa de bénéfices.

La progression de l’activité en 2003 était de 20% par rapport à l’exercice 2002. De quoi s’attendre, pour les actionnaires, à des dividendes plutôt confortables malgré tous les remous liés à l’échéance du 19 juillet 2004. Cette date, qui marque l’entrée en vigueur de la libéralisation totale du secteur des télécommunications, avait été appréhendée avec beaucoup de circonspection par les syndicats des employés de la Sonatel qui s’étaient engagés dans un intense lobbying pour en obtenir. Les dividendes payés par la Sonatel ont connu une progression de 70%, entre 1998, date de son début de cotation, et 2003, selon la « Lettre mensuelle de Cgf-Bourse », datée du mois d’août : les actionnaires qui empochaient ainsi 2.340 Fcfa, en 1998, ont perçu 3.960 Fcfa l’année dernière. A la Brvm, le titre Sonatel qui est passé d’une valeur nominale de cotation de 22.000 Fcfa lors de son introduction, a atteint, en moyenne, un niveau de 25.000 Fcfa en 2003. L’action Sonatel a même joué les têtes de gondole à la Bourse en dépassant la barre des 30.000 Fcfa, comme le 30 juin dernier, où elle valait 35.000 Fcfa. A la date d’hier, le titre valait 32.010 Fcfa.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)