twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Arnaque sur les réseaux sociaux : l’affaire Fatou Kiné Dieng secoue les groupes "Femme chic", "Sama dieukeur sa kharit", "ladies club", "ma sage femme..."

samedi 1er septembre 2018

L’histoire de Fatou Kiné Dieng a secoué Facebook, hier. Membre de « Femme chic », « sama dieukeur sama kharit », « ladies club », « ma sage-femme, mon bien-être », Fatou Kiné Dieng est une infirmière qui arnaquait les gens sur Facebook à travers un faux compte sous le nom de Sokhna Diarra Niang, une jeune fille atteinte de sida et orpheline de père et de mère. La nouvelle de son arrestation par la Police de Yeumbeul s’est répandue comme une trainée de poudre dans ces groupes de femmes. L’indignation et le dégoût étaient les sentiments les mieux partagés au sein des différents groupes, dont elle était membre.

Des partages de ses publications, des témoignages les uns plus accablants que les autres, ont inondé les fils d’actualités des différents groupes où elle participait. C’est avec une ingéniosité déconcertante que Fatou Kiné Dieng de son vrai nom a réussi à tromper tout le monde. Dans le groupe « Femme chic », à l’annonce de la convocation de Mamico, administrateur du groupe, par la Police de Yeumbeul, les membres se sont déchainées sur elle, avec des commentaires les uns plus accablants que les autres.

Elle utilisait les photos de Mame Diarra Djitté, une jeune femme décédée pour son faux compte

Dans son délire, Fatou Kiné Dieng alias Sokhna Diarra Niang utilisait les photos de Mame Diarra Djitté, une jeune femme décédée, selon ses cousines, depuis 2015. En effet, après l’éclatement de l’affaire, des membres du groupe ont reconnu les photos de profil du faux compte. Selon certaines, il s’agit de Mame Diarra Djitté, une jeune femme décédée depuis 2015. « La fille, dont elle utilise les photos, c’est ma cousine, elle est décédée depuis 2015. Je lisais les histoires de Sokhna Diarra Niang comme tout le monde, il m’arrivait même de commenter ses posts, mais je n’ai jamais fait attention à cette photo. Ses histoires étaient tellement captivantes qu’il m’arrivait d’en pleurer des fois », écrit un membre.

Même pour le profil de son vrai compte, elle a mis la photo d’une certaine Fatou Bintou Thiam Diop. « Je tenais à apporter une précision sur l’affaire Sokhna Diarra Niang. C’est ma photo qu’elle a mise sur son profil à l’occasion de mon anniversaire le 9 août dernier », clarifie-t-elle.

Le commentaire accablant d’un membre, le direct de Mamico en pleurs crée un malaise dans le groupe

Une autre de renchérir : « comment peut-on être aussi bipolaire et fourbe pour réussir à berner autant de monde pendant trois longues années ? Il faudrait se demander si elle n’avait pas de complice dans le groupe, puisqu’à chacune de ses publications, elle identifiait des membres pour marquer sa proximité avec elles », s’interroge-t-elle.

Avec ce commentaire et l’annonce de la convocation de Mamico, administrateur du groupe « Femme chic », par la police de Yeumbeul, les choses ont commencé à se corser. Mamico a fait un direct en pleurant toutes les larmes de son corps. Ce qui a plombé l’atmosphère du groupe pendant une trentaine de minutes.

Un membre de « Femme chic » prend sa défense et subit la colère des autres

Avec l’acharnement des unes et des autres sur l’infirmière escroc, une certaine Rokhaya se démarque de la foule, pour apporter un témoignage en faveur de Fatou Kiné Dieng. « Je viens témoigner de ce que je sais de Fatou Kiné Saliou Dieng, je l’ai connue à travers ‘’ ladies club’’ à travers son post sur le cas de Penda, une jeune fille de 12 ans atteinte de goitre et dont la maman n’avait pas les moyens de la soigner. J’ai par la suite contacté Fatou Kiné et nous avons rencontré Penda et sa maman à l’hôpital de Pikine. Et grâce à l’argent qu’on a collecté ensemble, nous avons pu régler les analyses et j’ai personnellement accompagné Penda avec Kiné lors de ses rendez-vous », affirme-t-elle, avant d’inviter les femmes à lui accorder la présomption d’innocence.

Les réponses à ce commentaire furent salées. « Merci pour le témoignage, tu as le droit, mais tu ne peux orienter nos esprits. Jusqu’à preuve du contraire, elle est coupable et nous avons tous les droits de décrier son acte. Elle nous a quand même bernés nous tous », lui lance un membre. Sur la même lancée, un autre membre dit : « c’est à se demander si tu n’es pas sa complice. Comment peux-tu défendre cette énergumène ? Elle nous manipule depuis 2015. J’ai versé tellement de larmes pour ses fichus posts, alors qu’il n’y avait rien de vrai. Mon seul regret, c’est de ne pas pouvoir aller témoigner à la police pour l’enfoncer davantage », fulmine une autre participante.

La solidarité envers les nécessiteux risque d’en pâtir

Pour d’autres membres plus averties, ce qui est regrettable dans cette affaire, c’est que personne n’osera venir désormais en aide aux nécessiteux qui demandent de l’aide via les réseaux sociaux. « Les conséquences de cette histoire risquent de peser très lourd à l’avenir à cause de cette arnaqueuse ; personne n’aura plus jamais confiance en personne. Et ce sont les vrais nécessiteux qui vont en pâtir », a fait remarquer l’une d’entre elles. Une autre d’ajouter : « personnellement, je n’accorderai plus jamais confiance à quiconque qui se présentera à moi, via les réseaux sociaux pour me demander de l’aide. Je sais que ce n’est pas bien, mais je ne peux m’empêcher de regretter toutes les fois où j’ai envoyé de l’argent à quelqu’un qui disait en avoir besoin ».

Les Echos

(Source : Leral, 1er septembre 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)