twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Après 25 ans à la tête de Sonatel, Cheikh Tidiane Mbaye prépare son départ

lundi 9 juillet 2012

EnQuête a appris de sources dignes de foi que le Directeur général de Sonatel, Cheikh Tidiane Mbaye, après un quart de siècle de présence à la tête de l’entreprise de télécommunications vedette du Sénégal, veut passer la main. Ce qui se traduit en interne par une série de départs-arrivées-promotions. Le successeur pressenti, Alioune Ndiaye, ex-DG de Orange Mali, est un cadre précédé d’une réputation de compétence et d’intégrité pour faire face à une concurrence de plus en plus rude.

Après l’arrivée de Macky Sall à la Présidence de la République en mars dernier, ce serait le deuxième événement national de 2012 au Sénégal. Cheikh Tidiane Mbaye , inamovible Directeur général de la Société nationale des télécommunications (SONATEL), s’apprête à quitter ses fonctions . Une « retraite » qui pourrait intervenir entre ce mois de juillet et décembre prochain, mais avec des possibilités d’anticipation sur août et septembre.

Conséquence de ce big bang dans ce mastodonte devenu le premier contributeur financier à l’économie nationale : un jeu de départs-arrivées-promotions destiné à redessiner l’organigramme de la société. Selon nos informations, Cheikh Tidiane Mbaye pourrait être remplacé au poste de Directeur général par Alioune Ndiaye. Ce dernier, auréolé d’une double réputation de compétence et d’intégrité, était jusqu’ici le Directeur général de Orange Mali. Sa nomination respecterait l’un des termes de l’accord entre Sonatel et France Télécom, partenaire dit stratégique avec 42% du capital, à savoir que le Directeur général de Sonatel doit être un Sénégalais.

Ce choix sur Alioune Ndiaye est d’autant plus plausible d’ailleurs que Sékou Dramé, un produit local serait pressenti pour devenir le Directeur général adjoint (DGA) de Orange Mali, un poste nouvellement crée ; celui de Directeur général devant être attribué à un Français (où à un Malien).

Autre départ-promotion, celui annoncé de Brelotte Bâ. Celui-ci jusqu’ici Directeur des opérations et des relations internationales (DRI), pourrait atterrir à Niamey comme Directeur général Orange Niger. Il avait joué un rôle actif dans la guérilla argumentaire contre le régime d’Abdoulaye Wade à propos du dossier des appels entrants.

Pour remplacer M. Bâ aux relations internationales, une promotion maison s’est imposée. C’est en effet Birago Bèye qui tient la corde. Il serait supplée à sa station de Directeur des Réseaux par Amadou Dème, actuel Directeur de l’Ingénierie, un électronicien passé auparavant par Orange Mali.

Les retouches apportées à l’organigramme de Sonatel se font donc en douceur et dans la durée. Il y a deux ans , Karim Mbengue, l’ex-patron de la Communication, avait été affecté au siège de France Télécom à Paris. Un successeur lui avait été trouvé, en l’occurrence Nafissatou Diouf Dia, bombardée Directrice du Département Communication institutionnelle et Responsabilité sociale d’entreprise. Dans la foulée, l’ex-Directeur de Sonatel Mobiles, Léon Charles Ciss avait été promu comme Directeur marketing de Orange pour l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie (AMEA).

Selon des sources dignes de foi, Cheikh Tidiane Mbaye veut laisser la place après un quart de siècle de management globalement gagnant puisque Sonatel-Orange, sous sa conduite, est parvenue à s’imposer parmi les entreprises mondiales les plus performantes au plan technologique, les plus rentables également même. La rude concurrence imposée par expresso, particulièrement sur l’internet, a sans doute ouvert de nouvelles options aux consommateurs. Mais Sonatel reste solidement accrochée à son statut de leader avec environ 60% de parts de marché, un taux de pénétration qui tourne autour de 75%, plus de 11% des recettes fiscales de l’Etat en plus de plusieurs milliers de petits et grands emplois indirects créés grâce à un marketing de proximité très agressif.

Avenir flou

Pour l’avenir, rien ne filtre sur les intentions de Cheikh Tidiane Mbaye. Va-t-il continuer à siéger au Conseil d’Administration ? Sera-t-il redéployé par France Télécom sur un autre terrain en Afrique, avec d’autres responsabilités ? … En tout cas, on pourra retenir de lui son combat épique discret et contre les appels entrants du système Wade dont on sait maintenant, au travers des auditions menées par les autorités judiciaires sénégalaises, qu’elles ne furent pas plus qu’un opaque réseau mafieux destiné, en partie, à d’autres fin que l’intérêt public national.

Momar Dieng

(Source : enQuête+, 9 juillet 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)