twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Appels entrants : vers une saisine de la CEDEAO par les opérateurs

lundi 20 février 2012

« Les six pays au monde à l’appliquer se trouvent tous dans la sous-région ! », a déclaré l’Ivoirien Mamadou Bamba, lors de la Conférence des télécommunications ouest-africaines (CTOA), une structure qui regroupe des opérateurs historiques d’Afrique de l’Ouest.

La CTOA s’est ainsi opposée fermement à la surtaxe sur les appels internationaux entrants imposée dans certains pays de la sous-région. Mamadou Bamba, président de la Conférence, a annoncé que « la CTOA réaffirme son opposition ferme à l’instauration d’une surtaxe gouvernementale sur les appels internationaux entrants ». Il estime par ailleurs que « la surtaxe peut être un frein à l’intégration de la sous-région et se traduit par une augmentation généralisée des tarifs au consommateur, supportés par les populations locales et la diaspora, venant ainsi accentuer la fracture numérique ».

Plusieurs griefs ont été prononcés contre cette surtaxe par le président de la CTOA qui s’exprimait, le 17 février 2012, dans le cadre d’une conférence de presse, après la réunion de l’organisation. Selon lui, cette surtaxe est « une pratique non conforme au Règlement des télécommunications internationales et à la recommandation D 140 de l’Union internationale des télécommunications (UIT) ».

La surtaxe va également « à contre courant de la tendance baissière des tarifs des services de télécommunications et en particulier des tarifs de terminaison notée depuis 1998 ». En outre, elle ne respecte pas « l’acte additionnel A/SA 3/01/07 de la CEDEAO selon lequel les taxes et redevances imposées aux opérateurs et fournisseurs de services doivent avoir pour objet de couvrir les frais administratifs afférents aux ressources rares et aux frais de régulation du secteur des télécommunications ».

C’est pourquoi la Conférence des télécommunications ouest-africaines se dit « déterminée à poursuivre son action contre le développement de cette pratique et à apporter son soutien aux opérateurs de la sous-région ». Elle n’exclut pas une saisine de la CEDEAO, dont la Côte d’Ivoire vient de prendre la présidence, pour faire entendre raison aux gouvernements des pays qui appliquent la taxe. « Nous allons saisir la CEDEAO pour faire respecter le droit », a affirmé, pour sa part, le directeur général de la Sonatel, opérateur historique du Sénégal, dont la société est assujettie à la taxe.

(Source : Agence Ecofin, 20 février 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)