twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Alerte rouge sur la toile : Macky veut censurer Internet au Sénégal

vendredi 3 août 2018

Le discours du président de la République jeudi à la cérémonie de remise des prix du Concours général n’était pas que pour encourager les jeunes apprenants sénégalais à cultiver l’excellence dans leurs études. Macky Sall a également émis de sérieuses mises en garde à l’endroit des millions de Sénégalais qui s’expriment chaque jour à travers internet. Il a annoncé la mise en place d’un dispositif de gouvernance pour mettre un terme à ce qu’il appelle les "dérives et dangers" de la toile. Toutes choses qui ont attiré l’attention et suscité une crainte de/chez Moutaga Cissé. Ce journaliste-blogueur et spécialiste des TIC a aussi relevé des dérives dans le speech du chef de l’Etat.

La censure d’Internet est déjà à l’étude au Sénégal. Et c’est loin d’être des "élucubrations malsaines". En effet tout porterait à le croire, si l’on se fie à la partie du discours du chef de l’Etat jeudi au Grand Théâtre, qui évoque les insultes sur les réseaux sociaux et autres sites internet.

« La transformation digitale est irréversible. (..) On n’a pas conçu le Net pour passer son temps à insulter les gens, pour dire du mal... Il faut mettre en place un dispositif pertinent de gouvernance de ces ressources numériques éducatives, afin d’annuler les dérives et les dangers sur leurs manquements », a laissé entendre le Président Macky Sall lors de la cérémonie de remise des prix du Concours général édition 2018.

Suffisant pour mettre le journaliste-formateur en Technologie de l’information et de la communication (TIC). En effet, Mountaga Cissè voit dans ce discours du chef de l’Etat une volonté d’aviser le public sénégalais des futures mesures contraignantes qui vont être prises dans ce secteur.

"Ce que je comprends dans cette déclaration est que les autorités sont en train de préparer l’opinion et surtout les députés à ce nouveau code des communications électroniques qui a pour principal objectif de créer un Internet à deux vitesses", décrypte-t-il sur son compte Twitter.

Moutaga Cissé d’ajouter : "Le projet est passé en conseil des ministres en juin et est dans le circuit de l’assemblée nationale. Dans ce code, en son article 27, la loi va autoriser les opérateurs avec l’appui du régulateur le ralentissement ou le blocage complet de certains #OTT (#whatsapp et autres)". Un OTT ( en anglais Over-the-top service) est un service par contournement ou encore une offre hors du fournisseur d’accès à internet.

(Source : Pressafrik, 3 août 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)