twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Aimé Bryal, Directeur général adjoint de la Sonatel : L’extension des télécentres sera limitée dans les milieux urbains

mercredi 9 août 2006

La floraison des télécentres dans les centres urbains pose des problèmes de rentabilité pour la Sonatel, a déclaré hier, mardi, à Dakar, Aimé Bryal, son directeur général adjoint. Aimé Bryal, qui s’exprimait à l’occasion d’un atelier sur "Accès aux services des télécommunications en zones éloignées", a fait état d’un "chiffre d’affaires limité" pour son entreprise. Ce manque de rentabilité, consécutif à l’usage du téléphone mobile, va amener la Sonatel à limiter l’extension des télécentres dans les milieux urbains, a souligné M. Bryal. La Sonatel compte déployer une nouvelle orientation qui va privilégier l’implantation des télécentres dans les zones rurales, a précisé son directeur général adjoint.

La quasi-totalité des villages du Sénégal seront raccordés au réseau des télécommunications d’ici la fin 2007, a également assuré hier, le directeur des télécommunications, François Dasilva. Prévue initialement à la fin 2010, selon le plan d’action de l’Etat, cette échéance a été "revue", a expliqué M. Dasilva qui a également indiqué que l’Etat compte mettre en application une "politique en infrastructure dans les zones rurales".

Le directeur général adjoint de la Sonatel, Aimé Bryal, a rappelé le cahier des charges de son entreprise qui est de raccorder toutes les communautés rurales au réseau des télécommunications. Au stade actuel, sur les 14 000 villages que compte le Sénégal, 2 200 sont concernés par cette connexion via le réseau du téléphone fixe et 7 000 autres via le réseau mobile, a indiqué M. Bryal qui a par ailleurs souligné que les problèmes d’énergie freinent l’extension du réseau.

L’atelier est organisé par l’Association nationale des présidents de communautés rurales (Ancp) en partenariat avec la Sonatel. L’objectif de cette rencontre est de voir l’état d’exécution des engagements du gouvernement en matière de télécommunication dans les zones rurales, a expliqué son président Aly Lô. Dans cette perspective, il a invité les autorités à considérer les télécommunications non pas comme un "bien économique", mais comme un "bien social" qui ne met pas en avant les soucis de rentabilité financière. Il a, par la même occasion, demandé à l’Etat d’accorder des subventions aux communautés rurales.

D’après Aps

(Source : Wal Fadjri, 9 août 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)