twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique du Sud : MTN et Telkom rejettent le partage d’infrastructures prescrit par le gouvernement

vendredi 21 octobre 2016

Dans un entretien accordé à Reuters, les opérateurs des télécommunications MTN et Telkom ont exprimé leur opposition au plan de partage d’infrastructures télécoms envisagé par le gouvernement sud-africain à travers l’approbation le mois dernier de la politique nationale intégrée des technologies de l’information et des communications.

Selon MTN, le gouvernement envisage de créer un réseau d’accès unique ouvert auquel accèderont tous les opérateurs télécoms pour fournir des services de qualité. Pour Mteto Nyati (photo), le directeur général de MTN Afrique du Sud, cette politique suggère que les opérateurs mobiles ne pourront plus obtenir de spectres de fréquence et devront restituer les fréquences qu’ils ont déjà puisqu’il existera un réseau ouvert. Si MTN est d’accord avec l’objectif de donner à la population un plus large accès aux services à large bande, le patron de l’opérateur télécoms souligne son profond désaccord avec les aspects du plan gouvernemental qu’il juge intenable et inacceptable.

Du côté de Telkom, Brian Armstrong, le directeur commercial de l’entreprise, a expliqué qu’il est hors de question de remettre les spectres de fréquence acquis après avoir dépensé des millions de rands pour les obtenir et développer le réseau à travers le pays.

Même l’Autorité indépendante des communications d’Afrique du Sud (Icasa) est opposée au plan de partage d’infrastructures envisagé par le gouvernement. Pour le régulateur télécoms, ce plan est de nature à décourager l’investissement dans l’industrie. D’après Pakamile Pongwana, le directeur de l’Icasa, ce serait replonger l’industrie à la période pré-1994.

Avec la création d’un réseau d’accès ouvert unique, le gouvernement sud-africain veut étendre l’accès à la connectivité à large bande à 80% de la population d’ici 2019. Il veut encourager de cette façon les opérateurs télécoms à se concurrencer plutôt sur les services que sur la qualité du réseau.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 21 octobre 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)