twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Afrique de l’Ouest : Les administrations douanières face au défi de la connectivité

mercredi 1er juin 2016

Les pays de l’Afrique de l’Ouest sont appelés à faire face à l’un de leurs principaux défis qu’est la connexion de leurs administrations douanières. Une étape cruciale qui devra régler des questions relatives à la sécurité dans les transactions des marchandises, mais aussi la compétitivité en termes de commerce.

L’un des principaux défis sur lesquels sont interpellés les pays de la sous-région c’est de travailler à la connexion entre leurs administrations douanières. La notification a été faite par le secrétaire général de l’Organisation mondiale des douanes (Omd). C’était lors de la conférence de presse tenue, ce mercredi 1er juin 2016 à Dakar, en marge de la Conférence/Exposition de l’OMD sur les Technologies de l’Information (Ti).

Cette invite de M. Kunio Mikuriya cadre avec le thème de cette rencontre de trois jours qui convoque la réflexion autour du thème : « Douane numérique : Une connectivité plus rapide –Des écarts comblés ». Les Objectifs visés reviennent entre autres, à étudier les conséquences futures du monde numérique sur la douane et les autres organismes gouvernementaux.

Il sera également question de faire connaître les récentes évolutions technologiques du secteur privé et des gouvernements, ainsi que les opportunités et avantages qu’elles pourront offrir à la douane dans sa mission de facilitation des échanges et de contrôle.

Les participants auront également à surveiller les tendances émergentes et notamment les solutions informatiques pour la communication entre les administrations des douanes d’une part, et entre la douane et les autres organismes d’autre part ; mais également rechercher les synergies potentielles, les éventuelles parties prenantes au niveau national, régional et international.

Le Secrétaire général de l’Organisation mondiale des douanes pense qu’après l’intégration de l’outil informatique dans les échanges, la prochaine étape c’est l’inter connectivité entre les administrations douanières et les autres structures intéressées. Une interconnexion qui est également attendue entre les administrations douanières des pays.

Point le plus à l’Ouest du continent africain, mais aussi l’un des principaux ports maritimes de la côte occidentale de l’Afrique, Dakar compte jouer un rôle majeur dans cette dynamique. Une ambition d’autant plus légitime du moment que la capitale sénégalaise constitue l’un des principaux centres d’industriels et de services d’Afrique. C’est une ville dynamique et l’une des destinations les plus prisées en Afrique occidentale.

Sur cette même lancée, le directeur général des douanes du Sénégal, M. Pape Ousmane Guèye estime que la connexion entre administrations douanières de pays de la sous-région aiderait à la rationalisation des frais aux personnes désireuses dédouaner des marchandises dans n’importe quel pays de la zone.

Ce qui, à son avis, montre l’importance des TIC dans les procédures de dédouanement. Une option prise, depuis 1990, par l’administration douanière sénégalaise qui, cette année, a réalisé des recettes douanières évaluées à 578 milliards de F Cfa.

Sous cet angle, le directeur de cabinet du président de la République du Sénégal, M. El Hadj Omar Youm a magnifié l’autonomisation des procédures qui induit un gain de temps et de compétitivité. Avant de se réjouir de la place de choix que la douane sénégalaise accorde à l’outil informatique vu le nombre d’applications développées pour faciliter la connectivité. Face à la presse, le directeur général M. Pape Ousmane Guèye, a fait part d’un programme de 13 milliards de F Cfa pour la généralisation de l’information du système douanier.

Dans ce contexte global particulier, M. Youm appelle au développement d’un réseau des douanes très fort. Une option qui nécessite de faire face aux défis liés à l’investissement devant aider à générer des revenus à l’aide des TIC. Entre autres défis, M. Youm a indiqué celui de la mondialisation, la responsabilité des contrôles…

Ainsi, plus de 400 délégués venant de 180 pays membres de l’OMD vont pendant trois jours étudiercomment les techniques modernes d’information et de communication peuvent générer des possibilités prometteuses de créer une approche pangouvernementale à la frontière et au-delà.

L’Omd a rappelé que sa conférence 2016 sur la TI examinera aussi les mécanismes qui reposent sur la technologie et qui favorisent la coopération entre les douanes mais aussi les douanes et les autres organismes. Dans la même logique, poursuit la même source, seront étudiées les tendances émergentes et les évolutions technologiques qui pourraient offrir de nouvelles capacités et possibilités ou influencer la manière dont la douane facilite les échanges et s’acquitte de ses tâches de contrôle.

L’Omd estime également que ces assises réunissent sur une même plate-forme les partenaires essentiels des administrations douanières, les administrations et les ministères concernés, les communautés économiques régionales, le secteur privé, les organisations internationales, les partenaires de développement et le monde universitaire.

Une occasion d’un partage d’expériences et de débats stratégiques sur de nombreux sujets pertinents pour la facilitation et la sécurisation du mouvement transfrontalier des informations, des marchandises et des personnes.

Bacary Dabo

(Source : All Africa, 1er juin 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)