twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Affaire du détournement de deniers publics à l’ARTP : L’ex-Dg de l’ARTP, Daniel Goumalo Seck, bénéficie d’une liberté provisoire

mercredi 17 mars 2010

Daniel Goumalo Seck a, hier, bénéficié d’une liberté provisoire. La demande introduite par les avocats de l’ex-Dg de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a reçu l’agrément de l’Agent judiciaire de l’Etat et du parquet.

Marie Jeanne Gomis aurait sans doute aimé prendre dans ses bras son mari dès que le seuil de la porte de prison de Rebeuss franchi. Hélas, une erreur de communication l’a en empêché ; elle a roulé à vives allures dans son rutilant « Mercedes » pour aller du côté de la porte qui s’ouvre sur la corniche, face à la plage mythique de Kussoum où on lui avait dit que Daniel Goumbalo Seck aller emprunter. N’empêche, les parents, amis et autres sympathisants ont eu le privilège de lui manifester leur soutien. Dans cet après-midi, un léger vent balaie le quartier traditionnel de Rebeuss qui abrite la prison, les rayons solaires cédant la place à un ciel plus clément.

En effet, Daniel G. Seck a bénéficié d’une liberté provisoire en attendant que l’instruction de son dossier qui suit son cours connaisse son épilogue. Mais, en attendant, il recouvre la liberté de replonger dans l’ambiance de son foyer, partager les bonheurs d’une famille de 4 filles dont l’une fête son anniversaire le jour de sa sortie. Cependant, si Daniel Seck a bénéficié d’une liberté provisoire, il le doit bien à la décision de l’agent judiciaire de l’Etat. A en croire un de ses conseils, Me Alassane Cissé qui s’est adressé à la presse à la sortie de prison de son client : « après le rejet de la première demande de main levée par le doyen des juges qui estimait qu’une telle demande est prématurée, nous avons déposé une autre qui a reçu l’agrément de l’Agent judiciaire de l’Etat qui a estimé que l’argent qui avait été reçu par Daniel est maintenant dans ses caisses ». Ainsi, renseigne l’avocat, « le Parquet n’a pas estimé devoir s’opposer à la demande de liberté provisoire et notre client a été libéré après aussi le paiement de la consignation équivalent au montant perçu ».

Mais, ajoute-il, « nous allons laisser l’instruction suivre son cours tout en espérant aller vers un non-lieu en ce sens que les faits qui lui sont reprochés ne sont pas avérés ». Et au cas où, dit-il, « nous obtiendrons un non lieu, nous allons réclamer l’argent versé qui est déjà dans les caisses de l’Etat ». Les avocats de Daniel G. Seck ne comptent pas s’en limiter là. A les en croire, ils vont faire valoir leurs arguments juridiques pour pousser le Parquet à aller jusqu’au bout. Ainsi, ils espèrent qu’avec le dossier d’instruction qui est ouvert, « que toutes les autres personnes citées dans le dossier soient entendues au même titre que Daniel ». Ils disent attendre le débat de fond pour démontrer que contrairement à ce qui a été dit jusqu’ici, « Daniel G Seck n’est pas ordonnateur des dépenses, qu’il faut se pencher sur le rôle et la responsabilité juridique du Conseil d’orientation ». Lequel, disent-ils « a la prérogative d’approuver et valider les décisions du directeur général de l’ARTP ».

L’on se rappelle que Daniel G Seck a été entendu et inculpé lors de sa première audition par le doyen des juges pour détournement de deniers publics quand il était le directeur général de l’ARTP. Ses avocats avaient payé une consignation de 160 millions qui étaient jugés insuffisants par le parquet. Une demande de main levée de mandat avait été déposée au même jour, mais rejetée par le même juge au motif « qu’elle est prématurée ». Entendu sur le fond du dossier moins de trois jours après, ses avocats avaient déclaré que leur client va recouvrer la liberté, chose faite depuis hier.

Yathé. N.Ndoye

(Source : Le Soleil, 17 mars 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)