twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Adoption des Conventions de Budapest et de Malabo : Un pas important pour cybersécurité et de cybercriminalité

jeudi 31 mars 2016

L’information est tombée comme un couperet : au titre des textes législatifs et réglementaires, le conseil du 30 mars 2016 a adopté les projets de loi autorisant le Président de la République à ratifier la Convention de l’Union africaine sur la cyber sécurité et la protection des données à caractère personnel du 27 juin 2014 et la Convention de Budapest sur la cybercriminalité du 23 novembre 2001 et son protocole additionnel relatif à l’incrimination d’actes de nature raciste et xénophobe commis par le biais de systèmes informatiques du 28 janvier 2013.

L’adoption gouvernementale des projets d’actes réglementaires autorisant la ratification de ces deux instruments de lutte contre la cybercriminalité au cours d’une même réunion du Conseil des ministres, au-delà de la volonté politique qu’elle traduit, révèle de la part des pouvoirs publics une approche claire de la coopération en matière de cybersécurité et de cybercriminalité.

En effet, le Sénégal a engagé, dès l’année 2008, un vaste chantier de réforme du cadre juridique des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), qui s’est traduit par l’adoption de la loi n° 2008-11 du 25 janvier 2008 portant sur la cybercriminalité. Notre pays a également mis en place, au niveau de la Division des investigations criminelles du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, une Brigade spéciale de lutte contre la cybercriminalité (BSLC), ayant une compétence nationale.

Cependant, en dépit de l’existence de ce cadre législatif et institutionnel, il subsiste encore des obstacles au traitement effectif de la cybercriminalité liés notamment à la nature planétaire du phénomène qui ignore les frontières des Etats, source de difficultés judiciaires dans la conduite des investigations [1]. Le Sénégal, n’aura pas besoin de transposer cette Directive, le dispositif juridique qu’elle prévoit étant en réalité inspiré de la loi sénégalaise n° 2008-11 du 25 janvier 2008.

Dans le cadre de l’Union africaine, les Chefs d’Etats et de Gouvernements, réunis les 26 et 27 juin 2014 à Malabo (Guinée Equatoriale) lors de la 23e session ordinaire du Sommet de l’UA, ont adopté la Convention africaine sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel [2]. La Convention de Malabo du 27 juin 2014 constitue une innovation majeure de la stratégie de lutte contre la cybercriminalité en Afrique ; elle retient une approche très large de la cybersécurité [3]. impliquant la lutte contre la cybercriminalité, la protection des données à caractère personnel et l’encadrement des transactions électroniques [4].

La convention de l’UA présente la particularité d’intégrer l’approche de cybersécurité dans la stratégie de lutte, impliquant notamment la promotion de la culture de la cybersécurité, l’élaboration d’une politique nationale de cybersécurité, la sensibilisation des populations, la formation des acteurs et la mise en place de structures de cybersécurité (CERT, structure d’investigation etc.) [5].

Aussi, la ratification de la Convention de l’Union africaine favorisera-t-elle une consolidation des rapports de coopération entre le Sénégal et les Etats africains membres de l’UA.

Malgré, les vertus sont parées cette convention, les africains devraient, au risque de commettre un sacrilège, résister à la tentation de vouer un « culte panafricaniste » à ce traité au point de l’assimiler à l’unique outil de coopération contre le cybercrime. En réalité, la Convention de Malabo constitue un instrument continental de coopération, que seuls les Etats membres de l’Union africaine peuvent ratifier. Il s’agit d’une « convention fermée ». Or, la cybercriminalité n’est pas un phénomène criminel africain ou européen mais un fléau mondial.

Ainsi, malgré l’innovation que constitue ce traité, les Etats de l’Union africaine sont encore confrontés au défi de l’identification d’un instrument juridique international de lutte contre la cybercriminalité.

Mais, force est de constater qu’il n’existe pas encore, à l’échelle des Nations-Unies, un instrument juridique spécifique à la cybercriminalité.

Le seul instrument international de lutte contre la criminalité du cyberespace est la Convention de Budapest du 23 novembre 2001, entrée en vigueur 1e juillet 2004 [6]. Cet instrument juridique, s’il a été secrété dans le cadre du Conseil de l’Europe, n’en constitue pas moins le premier traité international visant à apporter des réponses pénales aux problèmes soulevés par la cybercriminalité. En effet, ouverte à la signature des Etats non membres du Conseil de l’Europe ayant participé à son élaboration, la Convention de Budapest est également ouverte aux autres Etats non membres, par l’adhésion (art. 37).

A cet égard, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, lors de la réunion qui s’est tenue le 16 novembre 2011, prenant en compte le leadership du Sénégal en Afrique, a décidé de l’inviter à adhérer à la Convention de Budapest [7]. Le Sénégal a donné une suite favorable à cette demande et c’est justement la procédure d’adhésion vient d’aboutir à l’adoption d’un projet de texte autorisation le Président de la République à ratifier (adhérer) cette convention.

La finalisation de la procédure d’adhésion présente le mérite d’arrimer notre pays à la lutte internationale contre la cyberdélinquance qui se joue des frontières des Etats. Ainsi, les autorités judiciaires et policières pourront obtenir l’assistance des Etats membres à la Convention de Budapest ( USA, France, Afrique du ud, Japon etc.) ainsi que des acteurs globaux de l’Internet (Face book, You tube, Google, G mail etc.) dans leurs investigations ainsi que de l’assistance technique et opérationnelle du Conseil de l’Europe [8] : obtenir le retrait d’une vidéo compromettante sur You tube, adresser une réquisition d’identification du titulaire d’un compte Yahoo impliqué dans la commission d’un délit, bloquer un compte Face book diffusant des contenus frauduleux etc.

L’option de la ratification de la Convention africaine de Malabo et de l’adhésion à la Convention européenne de Budapest révèle au grand jour que les autorités ont pris conscience des enjeux stratégiques qui s’attachent à la diversification des mécanismes de coopération en matière de cybercriminalité et de cybersécurité.

Au fond, face à la complexité du phénomène cybercriminel, tous les niveaux de coopération doivent être mis à contribution : le niveau sous régional (Directive de Abuja du 19 août 2011), l’échelle continentale (la Convention de Malabo) ainsi que l’ordre international (la Convention de Budapest).

En réalité, tous les chemins de la lutte contre l’impunité qui sévit dans cyberespace mènent Budapest, après des escales Abuja et Malabo.

Dr Papa Assane TOURE, Magistrat
Secrétaire général Adjoint du Gouvernement en charge des Affaires législatives et réglementaires

(Source : Pressafrik, 31 mars 2016)

[1] H. GAUDEMET-TALLON, « L’internationalité, bilan et perspectives », Rev. dr. Aff., février 2002, n° 46, p. 76 ; également, P. TRUDEL, « L’influence d’Internet sur la production du droit », in, G. CHATILLON (dir), « Le droit International de l’Internet », Bruylant, Bruxelles 2002, p. 91.].

Face à ces enjeux stratégiques, il a paru nécessaire de mieux impliquer notre pays dans la lutte internationale contre la cybercriminalité.

Déjà, au plan sous régional, la Directive C/DIR/1/08/11 du 19 août 2011 portant lutte contre la cybercriminalité dans l’espace de la CEDEAO, adoptée lors de sa soixante-sixième session du Conseil des Ministres tenue à Abuja (Nigéria), du 17 au 19 août 2011, a mis à la charge des États membres l’obligation d’adopter les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires à la lutte contre les actions cybercriminelles ( art. 35) [[Sur ce sujet, « Les pays de la CEDEAO s’engagent à lutter contre la cybercriminalité » : http://www.ouestaf.com/Afrique-de-l...

[2] Disponible à l’adresse suivante : http://www.afapdp.org/wp-content/up...

[3] N. ARPAGIAN, La cybersécurité, Que sais-je ?, PUF, Paris, 2010, p. 9-10

[4] La Convention de Malabo comporte quatre chapitres : un chapitre I relatif aux transactions électroniques ( art. 2 à 7), un chapitre II sur la protection des données à caractère personnel ( art. 8 à 23) et un chapitre III relatif à la promotion de la cyberséurité et la lutte contre la cybercriminalité (art. 24 à 31) et un chapitre IV intitulé « Dispositions finales » ( art. 32 à 38)

[5] « Internet : adoption de la Convention de l’Union Africaine sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel » :http://www.sn ; D. BATTU,« La cybersécurité en Afrique » : http://www.smart-webzine.com/la-cyb...

[6] S. LE GUILLAS, « Convention du conseil de l’Europe sur la cybercriminalité », Gaz. Pal., 8 mai 2002, p. 24 ; G. DE VEL, « La convention sur la cybercriminalité », in G. CHATILLON (dir), « Le droit International de l’Internet », Bruxelles, Bruyant, 2002, p. 237 et s. ; du même auteur, « Un instrument juridique pionnier : la convention sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe », in « La délinquance électronique », Problèmes politiques et sociaux, n° 953, octobre 2008, p. 707.

[7] V. P. A. TOURE, Le traitement de la cybercriminalité devant le juge : l’exemple du Sénégal, l’Harmattan, 2014, p. 478, n° 556.

[8] P. A. TOURE, Op. cit, p. 453.

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)