twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Abus sexuels en ligne : La Cape lance un portail de signalement d’images inappropriées

samedi 14 septembre 2019

Le Sénégal veut réduire la cybercriminalité et les abus sexuels sur des enfants en ligne. C’est dans ce cadre que le ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants a procédé, hier, à l’installation du premier portail de signalement d’images d’abus sexuels sur des enfants diffusées en ligne au Sénégal.

L’Internet et les réseaux sociaux sont devenus les principaux leviers des prédateurs sexuels en ligne. Au même moment, les moyens efficaces pour faire face aux cybercriminels se font rares. C’est ce constat qui a poussé le ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants, à travers la Cellule d’appui à la protection de l’enfant (Cape) a noué une collaboration avec l’organisation britannique Internet Watch Foundation (Iwf) pour la mise en place d’un portail de signalement d’images inappropriées en vue de leur suppression. Cette plateforme est une sorte de mécanisme qui permettra à tous les citoyens, quand ils verront un contenu inapproprié leur concernant sur Internet, de pouvoir faire un signalement. Ce qui permettra de supprimer le contenu inapproprié.

Grâce au partenariat avec la fondation Internet Watch, le portail de signalement installé au Sénégal pourra, partout dans le monde, détruire de manière définitive les contenus visés. Aussi, la plateforme n’est-elle pas seulement destinée aux enfants. Elle sera accessible à tous les citoyens et dans les différentes langues nationales. ‘’Aujourd’hui, le taux de pénétration de l’Internet au Sénégal est très fort et beaucoup d’enfants ont accès à cet outil. Malheureusement, il y a des dérives et les enfants sont les proies des prédateurs. Nous avons voulu, dans le cadre de la stratégie nationale de protection des enfants du Sénégal, mettre à la disposition de tous les enfants du Sénégal, et aux adultes également, un mécanisme qui permettra à tous les citoyens de lancer un signalement pour que leur contenu inapproprié soit détruit’’, a indiqué Ramatoulaye Ndao Diouf, Coordinatrice de la Cape.

Pour motiver la population à s’approprier ce portail, le ministère de la Femme compte organiser, dans les prochaines semaines, une campagne de sensibilisation au niveau national. L’objectif est de permettre à toute potentielle victime d’avoir accès à cette plateforme pour se protéger.

En outre, pour lutter efficacement contre les cybercriminels, le portail collabore avec la police et la gendarmerie ainsi qu’avec Interpol. Un partenariat qui permettra de mener des enquêtes après le signalement, pour interpeller les cybercriminels. L’objectif est de pouvoir traquer et arrêter les cybercriminels partout à travers le monde.

L’inquiétant état des lieux du phénomène

Le détournement de l’Internet et des réseaux sociaux pour des activités liées à l’abus sexuel se développe à la vitesse de la lumière. C’est le triste constat du commissaire Pape Guèye, Directeur de l’Ecole nationale de la cybercriminalité du Sénégal.

En effet, selon le commissaire Guèye, un rapport de l’Association internationale des utilisateurs de l’Internet montre, en 2014, une augmentation de 63 % de détournements et d’abus sexuels à travers le monde via le numérique. Il montre également 5,1 millions de signalements concernant des contenus illégaux, parmi lesquels 57 % ont été confirmés comme étant des abus sexuels. Un nouveau phénomène qui touche aussi le continent africain et le Sénégal en particulier.

‘’Pour le cas du Sénégal, les services de répression, notamment la police et la gendarmerie, ont découvert des cas spécifiques qui sont une façon moderne de faire la cour et qui consistent à envoyer des texto, photos ou vidéos à caractère érotique, voire pornographique. Il y a également le ’sexting’ qui est une pratique consistant à filmer une personne à l’aide d’un téléphone portable pour ensuite lui faire des chantages’’, note le commissaire Guèye. Avant de préciser que ces faits sont l’œuvre de cyber-pédophiles et de cyber-prédateurs.

Abba Ba

(Source : Enquête,14 septembre 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)