twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Abdelhakim Bensaoula, Directeur général des Parcs Technologiques d’Algérie : « Notre rêve, interconnecter les Technoparcs et les acteurs africains »

mardi 5 mars 2019

Rencontré lors de l’édition 2019 du Congrès Mondial de la Téléphonie, à Barcelone (Espagne), Abdelhakim Bensaoula, Directeur général des Parcs Technologiques d’Algérie, a confié à votre magazine de référence, CIO Mag, ses impressions sur l’actualité du digital en Algérie. Titulaire d’un doctorat en physique, ce quinquagénaire, qui a notamment été formé en France et aux Etats-Unis, a également acquis des compétences en Business administration.

Qu’en est-il des projets en cours en Algérie ?

A notre actif, la programmation de quatre parcs technologiques en Algérie : à Sidi Abdallah près d’Alger ; à Annaba à l’est ; à Oran à l’ouest et à Bordj Bou Arreridj, au sud de Constantine. Très prochainement, le réseau de Technoparcs sera interconnecté.

Nous avons également créé des incubateurs, en sus de ceux qui existaient déjà au sein des Technoparcs. Ils sont interdépendants et fonctionnent avec les universités régionales. Outre celui de Sidi Abdallah, on peut référer à l’incubateur de l’Institut National de Télécommunications d’Oran, qui a formé bon nombre de responsables du continent africain.

Notre stratégie consiste à créer des synergies entre les parcs technologiques, de sorte qu’ils soient à l’interface entre l’industrie et la recherche académique. Nous détectons également les jeunes compétences intéressées par l’entrepreneuriat dans les TIC au sein des universités.

Notre priorité est de gagner en compétence et de nous approprier ces nouvelles technologies pour être parties prenantes des décisions sur les standards et les technologies déployés en Afrique. Notre rêve est d’interconnecter les Technoparcs et les acteurs africains de sorte qu’ils puissent s’enrichir mutuellement de leurs expériences et progresser ensemble.

Les quatre parcs technologiques ont-ils chacun une spécialisation ?

Chaque parc est conçu pour fonctionner dans son écosystème. Celui d’Annaba sera dédié à la conservation de l’énergie, mais aussi à l’agriculture saharienne et à la lutte contre la désertification. Ces orientations sont très importantes. A Oran, nous avons choisi de nous orienter vers l’agriculture et le développement agricole. Enfin, à Bordj Bou Arreridj, le parti pris a été d’axer sur l’industrie car le Technoparc est situé dans une zone plutôt industrielle.

Que représente le parc de Sidi Abdallah en termes de développement de startups ?

Sidi Abdallah, c’est à peu près une quarantaine de jeunes entreprises installées dans le Technoparc. Pour ce qui est de l’incubateur, nous avons accueilli pas moins de 400 startups. Et pour la seule année 2017 – j’ai pris la relève en 2015 -, 15 startups se sont transformées en PME et participent à présent à l’économie nationale en créant de l’emploi.

Pourriez-vous nous décrire le fonctionnement d’un incubateur ?

La phase d’incubation, ce sont trois grandes étapes. La première est la pré-incubation. A ce stade, on invite les jeunes, qui ont des idées de création d’entreprise, à nous rencontrer pour les aider au montage d’un business plan. Cette phase dure à peu près trois mois. Notre public est alors accompagné pour transformer ses idées en projets d’entreprise. Et doit soumettre son projet à une commission, laquelle va évaluer l’état d’avancement. Si cette étape est réalisée avec succès, on passe ensuite à l’incubation. A partir de là, le porteur de projet est censé développer son prototype. Il est bien entendu coaché, mais aussi formé au plan des aptitudes ou des connaissances. Cette période dure entre six et neuf mois. A l’issue de cela, il passe de nouveau devant une commission d’experts. Et si le projet est validé, on entre dans la phase commerciale. Puis, on aboutit à la post-incubation, une étape où l’on aide le jeune à créer son entreprise jusqu’à ce qu’il devienne autonome et puisse s’acquitter des démarches administratives.

Entrez-vous dans le capital des entreprises ?

Depuis cette année, nous entrons au capital des entreprises qui ont besoin d’un apport financier. Notre entrée se fait lorsque les jeunes entrepreneurs passent le cap de la startup, c’est-à-dire, après la post-incubation. Et s’ils ont besoin de financements supplémentaires, l’agence prend des participations et met du financement à leur disposition pour qu’ils puissent se développer.

Il est à noter que durant la phase d’incubation, l’agence prend la totalité des frais à sa charge. Autrement dit, le jeune n’effectue aucune sortie d’argent. Nous mettons à sa disposition tous les équipements nécessaires pour qu’il puisse développer son idée. En revanche, nous facturons, symboliquement, ce que lui coûterait la création de son entreprise, de sorte qu’il mesure d’ores et déjà quel investissement faudrait-il consentir pour réaliser un tel projet.

Quel est le budget de fonctionnement de l’agence des parcs technologiques ?

L’agence que je dirige est un établissement étatique, à caractère économique et à vocation industrielle. Elle fonctionne avec ses fonds propres. En conséquence, la structure ne reçoit pas de financements de l’Etat. Les startups qui en bénéficient sont conscientes de cet aspect. Pour tenir notre budget de fonctionnement, nous ne devons pas perdre de vue les questions de rentabilité et d’optimisation de l’utilisation des ressources. Toutefois, grâce à nos partenaires, comme dans certains cas Huawei ou d’autres équipementiers, nous mettons en place des mécanismes, tels ceux déployés pour le réseau 4 G local à Sidi Abdallah. Les startups ont ainsi pu tester leurs applications mobiles avant qu’elles ne les mettent sur le marché.

Combien cela coûte-t-il ?

En termes d’investissements, entre 2016 et 2018, nous avons dépensé près de 20 millions d’euros pour l’infrastructure de base. A partir de cette année, notre budget est de près de 150 millions d’euros pour la mise en œuvre et le renforcement des capacités d’accueil de nos parcs. Nous gérons quelque 4 milliards de dinars, lesquels sont dédiés au lancement de petits projets de conception et de distribution.

Quel est, aujourd’hui, la contribution de Huawei ?

C’est un acteur incontournable dans l’écosystème TIC à l’échelle internationale, mais aussi dans toutes les actions que l’entreprise porte au développement des compétences des jeunes. Que ce soit en Chine ou au niveau mondial, c’est très important. Lorsque nous organisons des événements, nous pouvons compter sur leur aide ou sur leur conseil. Et sur l’expertise d’experts mondiaux dans des domaines spécifiques. S’agissant d’équipements et de mise en place d’infrastructures, leur expertise nous a été très bénéfique. Nous avons ainsi pu renforcer nos capacités d’accueil et de prise en charge des jeunes entrepreneurs. Cela étant, au plan des Technoparcs, nous sommes ouverts à tous les équipementiers et faisons des appels à proposition en direction de tous. Mais, force est de constater, qu’en termes d’observations claires, Huawei est plus réactif.

Qu’est ce qui explique le fait que Huawei soit plus adapté aux pays africains et en particulier à l’Algérie ?

Il me semble que Huawei a fait la preuve qu’il s’engageait dans le développement local. Ce que les autres n’ont peut-être pas suffisamment mis en avant. Chaque fois que nous sollicitons les équipementiers, Huawei propose, d’entrée de jeu, une solution qui va droit au but.

Huawei fournit-il aussi un accompagnement ?

Nous ne les avons jamais sollicités sur ce point, peut-être parce que le besoin ne s’est pas encore fait sentir. Pour nous, le plus important, c’est le développement des compétences humaines et locales. Et de ce point de vue, entre 2016 et aujourd’hui, nous avons organisé une cinquantaine de formations avec, en termes d’expertises, le support et l’apport de Huawei.

Quelle est à présent votre public cible par rapport aux partenaires et au marché extérieurs ?

Le mandat que nous a donné notre gouvernement, c’est d’être ouvert à tous les jeunes africains. Nous ne faisons pas de différence entre un jeune algérien et un jeune venu d’autres pays africains. Je pense que ça, c’est déjà un signe d’ouverture. Pour preuve, des ministres de télécommunications ont fait le déplacement pour visiter nos Technoparcs et constater, de visu, ce que nous y faisions. Nous avons saisi cette occasion pour leur dire que nous étions ouverts à toute l’Afrique.

De jeunes africains font-ils le déplacement ?

Algérian 2.0, l’un des événements que nous organisons, est orienté vers l’Afrique. Nous avons, à cette occasion, le plaisir de recevoir nos amis et frères des autres pays, qui viennent échanger avec nous. L’année passée, six mille visiteurs ont participé au workshop et aux hackathons. Nous avons ainsi pu créer des liens solides.

Et pour l’Europe ? Des partenariats existent-ils ?

Un programme de jumelage existe avec la ville de Nice, en France, et l’Allemagne, à travers le ministère de l’Economie numérique. Dans ce cadre, nous avons pu identifier certains partenaires potentiels sur le continent européen. Nous sommes également en lien avec le Technoparc de Moscou et de Belgrade. Et travaillons également avec nos collègues d’Espagne et d’Italie.

Entretien réalisé par Mohamadou Diallo à Barcelone

(Source : CIO Mag, 5 mars 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)