twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

A quand la mise en place d’un dispositif de partage de l’infrastructure à haut débit ?

mardi 30 août 2016

Durant le mois d’août 2016, le Directeur général de l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE) a fait une tournée des chantiers du projet « Large bande Sénégal » pour évaluer le déploiement du réseau haut débit en fibre optique de quelques 2500 Km qui est en train d’être mis en place par l’Etat. Ce projet constitue en fait la troisième phase du projet de l’ADIE visant à créer les conditions de la mise en place d’une administration électronique. La première phase a consisté en la création d’un intranet gouvernemental en 2004 s’appuyant sur un réseau en fibre optique de 50 Km couvrant les principaux bâtiments administratifs du centre-ville de Dakar. Dans une seconde phase, il se muera en intranet administratif avec son extension aux capitales régionales puis départementales avec le déploiement de 500 Km de fibre optique en 2009, complétés entre 2011 et 2014 par 1000 Km de fibres pour atteindre Ziguinchor en passant par Tambacounda, Kolda et Sédhiou et renforcer en même temps la redondance de l’existant. La troisième phase comptant 3000 Km de fibre optique, lancée en 2016 pour une livraison prévue en mi-2017, couvre le nord, le centre et l’est du pays. Au total, avec le déploiement de 4500 Km de fibre optique, le Sénégal sera couvert par l’ADIE jusqu’à l’échelle des arrondissements, augmentant les capacités existantes, permettant la connexion de nouvelles entités publiques et autorisant le transport du signal de la télévision numérique terrestre (TNT). Grâce à l’ensemble de ces infrastructures, l’ADIE offre désormais une gamme de services comprenant notamment l’accès à Internet, l’hébergement de sites et de données, la messagerie électronique, la téléphonie CDMA, la téléphonie sur IP, la visioconférence, etc. Le déploiement d’une telle infrastructure pose cependant la question de son utilisation optimale en vue de rentabiliser investissement consenti et celle de sa maintenance pour garantir une qualité de service irréprochable et une mise à niveau en phase avec l’évolution technologique. Or parallèlement, les opérateurs de télécommunications, principalement la SONATEL, mais également Tigo et Expresso, déploient eux aussi une infrastructure à haut débit, utilisant tantôt la fibre optique et tantôt les faisceaux hertziens, et bien entendu le coût de ces investissements est répercuté sur le prix des services fournis aux abonnés. Si dans une zone comme Dakar il est compréhensible que les opérateurs se livrent à une concurrence par les infrastructures du fait de la densité de la population et des risques de congestion des réseaux, il n’en est pas de même dans le reste du pays où la concurrence ne peut se faire réellement que sur le prix et la qualité des services. Dès lors la question du partage d’infrastructures à travers la mise en place d’une infrastructure nationale de télécommunications à haut débit, envisagée puis abandonnée dans le cadre du passage à la TNT, se reposera dans un avenir plus ou moins lointain non pas pour des raisons idéologiques comme le pensent ses adversaires mais sur la base de déterminants économiques et de qualité de service. Certains pays comme la Tanzanie ont d’ailleurs déjà franchi le pas en adoptant une loi obligeant les opérateurs de télécommunications au partage d’infrastructures et pour ceux qui l’auraient oublié le Code des télécommunications découlant de la loi n° 2011-01 du 24 février 2011 prévoit bel et bien en son article 32 que « Des personnes morales, entité, société et/ou organisation enregistrée peuvent bénéficier d’une autorisation d’opérateurs d’infrastructures ». Il ne s’agit pas pour ces opérateurs d’un nouveau genre de se substituer à l’Etat ou de concurrencer les opérateurs privés en proposant des services mais simplement de gérer et d’offrir des capacités en vue d’améliorer la compétitivité des entreprises, d’aménager le territoire, de faciliter le développement d’infrastructures transfrontalières et de favoriser l’augmentation de l’offre de capacité et la connectivité locale, régionale et internationale. Dans un pays comme le nôtre où les ressources, publiques et privées, sont rares et les besoins en investissements colossaux, il faut que nous réfléchissions à la mise en place d’un dispositif de partage des infrastructures à haut débit en vue de rationaliser les investissements, d’étendre la couverture des réseaux, d’améliorer la qualité de service et de réduire les coûts d’accès pour l’utilisateur final. Ce dispositif qui ne serait pas forcément à caractère public, du moins majoritairement, serait une bonne alternative à la fausse redondance actuelle des réseaux.

Alex Corenthin
Secrétaire aux relations internationales

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)