twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

A quand la création d’un fonds pour le développement des TIC ?

mercredi 31 janvier 2001

Il faut se réjouir de l’initiative de la Sonatel qui vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation d’une étude de marché pour la création d’un fonds d’investissement dans le domaine des NTIC au niveau de l’UEMOA. Un tel fonds devrait concourir au développement des entreprises dans le secteur des nouvelles technologies et permettre ainsi à l’Afrique de l’Ouest de se positionner sur les marchés découlant de la mise en place progressive de la nouvelle économie. Ceci dit, la Sonatel étant désormais une société privée majoritairement contrôlée par des capitaux étrangers dans laquelle l’Etat ne détient même plus une minorité de blocage, il ne faut pas trop s’illusionner sur le rôle que pourra jouer un tel fonds en faveur de l’émergence et du développement d’un secteur national dans le domaine des nouvelles technologies. Dès lors, on ne peut que s’interroger sur l’inertie de l’Etat en la matière alors que depuis de nombreuses années les experts et les professionnels du secteur ont recommandé la création d’un tel instrument au niveau national. En effet, rien ne sert de multiplier les réflexions sur la politique nationale de développement des TIC si en parallèle l’Etat ne se donne pas les moyens de mettre en œuvre les fruits ces réflexions. Parmi les moyens nécessaires, figure en bonne place la création d’un fonds de soutien aux initiatives dans le domaine des nouvelles technologies de manière à créer les conditions de l’émergence de Start up mais également à appuyer les entreprises déjà existantes et qui sont porteuses de projets novateurs. La création d’un tel fonds s’impose car les banques « nationales », en général plus intéressées à spéculer sur l’importation du riz qu’à financer le développement de l’industrie et des services, ont fait la preuve de leur incapacité à soutenir les entreprises voulant miser sur la nouvelle économie. Il est donc grand temps que le Sénégal se dote des instruments nécessaires à la mise en oeuvre de la stratégie nationale qui devrait lui permettre de moderniser son administration, son système éducatif et bien entendu son économie. Dans tous les pays où l’on constate un essor fulgurant du secteur des nouvelles technologies, il existe une volonté politique forte qui se traduit non seulement par l’énonciation d’une vision et la définition d’une stratégie mais par la mise en oeuvre de dispositifs concrets, notamment en matière de financement. Un tel fonds pourrait notamment être alimenté par des taxes prélevés sur les opérateurs de télécommunications, les redevances des licences de téléphonie mobile, de fréquences VSAT, etc.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)