twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

A propos des ISP

lundi 2 mars 2015

Le paysage numérique sénégalais va bientôt accueillir de nouveaux fournisseurs de services pour faciliter l’accès à internet aux populations

Lors de l’atelier sur la protection des enfants sur Internet, le ministre des Postes et Télécommunications Yaya Abdoul Kane a annoncé l’arrivée très bientôt de nouveaux fournisseurs de service internet dans le paysage numérique sénégalais, quelle est l’opportunité de cette décision ?

En vérité, il s’agit comme le Ministre l’a annoncé, de fournisseurs de services internet qu’on appelle communément ISP (Internet Service Provider) ; ils représentent un maillon important du dispositif d’accès à l’internet en offrant le service directement aux usagers qu’il soit particulier, entreprise ou toute autre organisation.

C’est aussi un service offert par les opérateurs de télécommunications ; dans la situation actuelle, ce sont les seuls à opérer sur ce segment de manière viable. En 1997, nous avions plus de 14 fournisseurs de service internet tandis qu’en 2015, il n’en reste quasiment qu’un seul avec les opérateurs de télécommunication. Globalement, l’accès à Internet au Sénégal n’est possible qu’à partir de ces acteurs du marché des Télécommunications.

Les capacités de ces opérateurs leur permettent- ils de satisfaire le marché national ?

En principe oui, mais on constate que l’une des conséquences de ce manque d’ouverture est un taux de pénétration de l’internet considéré comme moyen par rapport à notre position de leader régional surtout face au rôle qu’on veut faire jouer à ce secteur dans la recherche de l’émergence économique.

Il faut également reconnaitre que le retard observé dans la délivrance des autorisations d’exploitation de la 3G, il y’a quelques années, a également eu un impact négatif sur le développement de l’accès à l’internet porté principalement par la technologie mobile avec plus de 98 % du parc total des abonnés internet.

Par ailleurs, le taux de pénétration de l’internet publié par le régulateur est passé de 10,54% à 49,42% entre 2013 et 2014, une performance qui doit être consolidée par un accès plus équitable en zones rurales, la baisse des tarifs et une meilleure qualité de service.

Pourquoi avoir attendu la disparition de ces acteurs pour agir et pourront- t- ils encore survivre dans cet environnement ?

A l’évidence, les mesures nécessaires auraient pu être prises depuis que le code des télécommunications a été promulgué en 2011 mais on a constaté sur une longue période des interprétations divergentes de cette loi en ce qui concerne les Fournisseurs de Services Internet.

Au reste, beaucoup d’acteurs pensaient, à tort, que le code des télécommunications ne prévoit pas le statut de FSI alors qu’il est bel est bien pris en charge dans la définition d’un fournisseur de services qui représente toute personne physique ou morale fournissant au public un service de télécommunications.

Dès lors, les FSI qui entrent donc dans cette catégorie doivent détenir une licence pour exercer, d’autant plus qu’ils pourraient avoir besoin de ressources de fréquences pour assurer l’accès aux usagers. Ils pénètrent dans le champ de la régulation avec un cahier des charges spécifique à cette activité et auront des relations encadrées avec les opérateurs de télécommunications en termes d’interconnexion.

Toutefois, cela est quand même une garantie importante qui n’existait pas avec la première génération de Fournisseurs de Service internet.

Comment pensez vous que cette nouvelle sera accueillie par les acteurs, en particulier les opérateurs de télécommunications qui sont actuellement sur ce segment ?

L’ouverture de ce segment d’activité est une forte demande du secteur privé en général. En ce qui concerne les opérateurs, il est vrai qu’ils devront désormais partager le marché de l’accès à internet avec ces FSI ; cependant ils ont un avantage certain en tant qu’opérateurs de téléphonie car détenant des infrastructures incontournables.

L’opportunité d’investissement sur les infrastructures se posera pour les fournisseurs de service internet. De ce point de vue, les opérateurs seront toujours gagnants en partageant leurs infrastructures avec ces nouveaux acteurs. Les capacités dont ils disposent sur les câbles sous-marins peuvent largement alimenter les FSI qui se chargeront de les distribuer et trouveront bien les bons modèles économiques pour cela.

Nous devons, dans les meilleurs délais, améliorer le cadre réglementaire du partage des infrastructures qui constitue la prochaine étape juridique à aborder ; cette question est actuelle dans beaucoup de pays africains avec les opportunités offertes par l’exploitation des infrastructures mises en place dans le cadre du passage à la télévision numérique.

Le projet de point d’échange internet (SENIX) sur lequel le Ministère chargé des Télécommunications travaille avec les acteurs depuis quelques temps pourra alors trouver son fondement. Il s’agit en effet de mettre une plateforme commune permettant au trafic local internet de rester au Sénégal, ce qui n’est pas systématiquement le cas aujourd’hui.

L’arrivée des fournisseurs de services internet pourra dynamiser les échanges sur le point d’échange et justifier d’avantage la création de cette infrastructure importante.

Comment seront sélectionnés ces fournisseurs de service internet ?

Comme vous le savez, les dispositions de l’article 23 du code des télécommunications définissent clairement les modalités de sélection des opérateurs et fournisseurs de services. L’autorité gouvernementale chargée du secteur, précisément le Ministère des Postes et des Télécommunications peut prendre au nom de l’Etat, la décision de lancer les procédures d’appel à concurrence. Ensuite, la mise en œuvre de la procédure d’appel à la concurrence est approuvée par le Collège de régulation de l’ARTP.

L’ARTP met ensuite en place une commission composée notamment des représentants d’institutions de l’Etat afin de lancer un appel public à candidatures, réceptionner les soumissions, dépouiller et évaluer les offres et enfin choisir l’attributaire qui recevra la notification du Ministère chargé des Télécommunications, avant la signature de la convention.

Quelles seront les prochaines étapes ?

Nous avons déjà passé les étapes de décision gouvernementale et d’approbation de la mise en œuvre de la procédure de sélection. Présentement, l’ARTP est en train de mettre en place la commission chargée de la programmation des étapes suivantes.

L’appel à candidature sera lancé dans les prochaines semaines pour permettre la sélection définitive des fournisseurs de service, au nombre de 3 au départ, avant la fin de ce premier semestre 2015.

Quelle est l’impact réel sur l’écosystème numérique et sur la population ?

Avec la qualité des infrastructures de télécommunications de base disponibles au Sénégal, on peut avec des décisions ciblées, faciliter l’accès en services numériques de plus en plus croissants des usagers aussi bien dans les zones urbaines que rurales.

Eu égard de tout cela, la nécessité de disposer d’Internet est aujourd’hui arrivée au même niveau que celui de l’eau et de l’électricité. A ce titre, il nous a été donné de constater lors de nos différents passages devant les députés à l’Assemblée nationale, que la question de l’accès à l’internet dans les zones rurales revenait régulièrement même pour les collectivités territoriales les plus démunies.

Cependant, notre pays dispose de câbles sous marins depuis 1976 et nous avons connu la fibre optique en 1993 sous l’impulsion d’une politique publique volontariste. Nous disposons également de prix de gros très compétitifs sur la capacité internationale.

En 2013, lors de l’élaboration du volet TIC et Télécommunications du PSE, les analyses avaient en effet montré qu’au Sénégal, avec 45 US $ par Mbits/s par mois, les coûts d’accès en gros sont beaucoup moins chers qu’au Kenya (120 US$), Nigéria (175 US$), Ghana (225 US$) et en Cote d’Ivoire (400 US$).

Déjà, dans la même période, les coûts d’accès à l’utilisateur final restent bien supérieurs à la moyenne des pays concurrents : rien que pour les frais d’accès à l’internet les coûts sont deux (2) fois plus élevés au Sénégal qu’au Kenya et au Ghana. Le coût de la redevance mensuelle est également supérieur par rapport à ces mêmes pays.

Néanmoins, la situation a évolué favorablement et cette opportunité d’accueillir de nouveaux acteurs sur ce segment permettra certainement de baisser d’avantage les coûts d’accès aux services internet à l’utilisateur final.

Tout ceci contribuera à atteindre l’un des objectifs visés par le PSE qui est d’accélérer la diffusion dans toutes les activités économiques et sociales.

Malick Ndiaye, Directeur de cabinet
Ministère des Postes et des Télécommunications

(Source : L’Observateur, 2 mars 2015)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)