twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

A 48h du vote, la connexion internet est en souffrance au Sénégal !

vendredi 22 février 2019

Les acteurs du numérique au Sénégal avaient bien raison d’alerter lors du vote et de l’adoption du nouveau Code des communications électroniques, précisément dans l’alinéa 3 de son article 27. La fameuse « gestion du trafic » par l’autorité de régulation et par les opérateurs téléphoniques/FAI avaient soulevé de vives polémiques, bien fondées par ailleurs sur ambiguïté de cette démarche.

En date du 21 décembre 2018, l’expert et consultant en nouveaux média Mountaga Cissé nous rappelait ceci : « vous verrez que la censure des réseaux sociaux ira crescendo au fur et à mesure que nous nous approchons des élections« . A tort ou à travers, internet et surtout les réseaux sociaux constituent le casse-tête des autorités du pouvoir actuel quant à la montée en puissance des opposants, les média classiques dits « lésés » au profit de la communication digitale, la prolifération des Fake-news, la manipulation d’images (le camp présidentiel a été pris en flagrant délit de montage Photoshop dans un rassemblement), la propagande politique surtout en cette veille d’élection présidentielle.

A 48h du vote au Sénégal, plusieurs internautes sont montés au créneau pour dénoncer le ralentissement de la vitesse de connexion internet dans plusieurs endroits du territoire mais surtout dans la capitale à Dakar. Comme en témoignent ces images, internet subit une forte baisse et le ressenti est unanime.

A se demander à qui profitera cette baisse d’internet…

Plusieurs organisations de la société civile dont le Conseil des Organisations non gouvernementales d’appui au développement (Congad) et la Rencontre africaine pour la défense des Droits de l’Homme (Raddho) ont sollicité, dans une déclaration conjointe, le « maintien d’un internet ouvert et sécurisé » pour le premier tour de la présidentielle de dimanche. « Nous demandons d’urgence à toutes les parties prenantes, notamment les fournisseurs de services téléphoniques et internet d’assurer la stabilité et l’accessibilité d’internet avant, pendant et après la prochaine élection présidentielle du 24 février 2019 au Sénégal », indique la déclaration conjointe.

Outre le Congad et la Raddho, la Ligue sénégalaise des Droits Humains (LSDH), l’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (Appel), Article 19, Africtivistes, Blogueurs et Forum Civil ont notamment signé la déclaration commune.

Cheikh Bamba Ndao

(Source : Publitech Echo, 22 février 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)