twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

"WeCashUp", une innovation made in Cameroun

samedi 1er juillet 2017

WeCashUp est une plateforme de paiement sans carte bancaire créée par la startup Infinity Space, née au Cameroun et dont Cédric Atangana, jeune Camerounais de 25 ans, diplômé de Polytech Marseille en Génie Industriel et Informatique (promo 2015), en est le fondateur.

Entièrement pensée par son fondateur, WeCashUp entend répondre à plusieurs besoins fondamentaux tels que : permettre et faciliter l’accès aux achats en ligne aux personnes n’ayant ni carte bancaire ou encore moins un compte bancaire ; permettre aux e-commerçants d’étendre leur zone de déploiement et ainsi acquérir de nouveaux marchés (l’Afrique, marché difficilement accessible pour les e-commerçants) ; garantir une sécurité optimale sur les transactions aussi bien pour les consommateurs que pour les commerçants.

Si ce projet semble mieux s’adapter aux réalités occidentales, il a tout d’abord été pensé et réalisé pour le continent africain, afin de répondre aux besoins locaux. En dépit des évolutions technologiques observables dans le monde occidental, notamment en matière de e-commerce, l’Afrique semble encore peu développée dans ce domaine, malgré les nombreuses opportunités dont regorge le continent. Le constat que dresse la startup, explique pourquoi cet intérêt pour le continent noir : « Sur plus d’1 milliard de personnes en 2016, on dénombre encore environ 800 millions sans compte en banque et sans moyen de paiement en ligne. Pourtant 400 millions d’entre elles ont des téléphones mobiles et utilisent déjà des solutions de paiement mobile tel que M-PESA, Orange Money, MTN Mobile Money, Airtel Money, etc. Aussi, d’ici 2020 le taux de pénétration d’Internet atteindra les 52% et plus, ce qui signifie que les personnes en Afrique ont de plus en plus accès à internet, accèdent aux sites de commerce en ligne mais ne peuvent pas payer simplement parce que ceux-ci ne leur proposent pas le paiement par mobile en ligne ». L’Afrique apparaît ainsi comme une « marché d’opportunités » mais encore « endormi » et qui a donc grand besoin d’être dynamisé.

« WeCashUp » : comment ça marche ?

Techniquement parlant, les ingénieurs d’Infinity Space ont trouvé la solution permettant de faire communiquer des systèmes de mobile money hétérogènes présents dans chacun des 54 pays d’Afrique. Le but, permettre à toute personne munie d’un téléphone portable (smartphone ou pas) d’effectuer leurs achats sur n’importe quelle application web ou mobile qui intègrerait l’API (Interface de Programmation Informatique) de WeCashUp, un ensemble de fonctions normalisées pour permettre à deux systèmes informatiques hétérogènes de communiquer entre eux.

Ainsi, et après trois années de Recherche et Développement, ces API ont permis à l’équipe d’ingénieurs d’Infinity Space (au Cameroun, au Kenya, en France et en Chine) de concevoir une Intelligence Artificielle financière. Cette dernière dispose d’algorithmes de Deep Learning dernière génération lui permettant de produire des modèles mathématiques caractérisant le comportement des utilisateurs de mobile money aussi bien en offline qu’online. De ce fait, il est possible de prédire et de détecter les transactions à risque et ainsi réduire la fraude issue du système de mobile money tout en apportant une sécurité supplémentaire pour les e-commerçants et les clients.

« WeCashUp » : une innovation dans le domaine

Interrogé par nos confrères de Le Point Afrique, Cédric Atangana répond à la question de savoir en quoi son projet saura se démarquer des autres projets du genre, déjà présents sur le continent : « La valeur ajoutée de mon projet est d’abord et surtout sociale, car nous souhaitons offrir un moyen de paiement de secours aux exclus du système bancaire. Elle est aussi écologique, car nous travaillons à la dématérialisation complète des moyens de paiement. Et enfin notre valeur ajoutée est financière et nomade, car elle permet la réduction des coûts de transfert d’argent des diasporas à l’international vers leurs pays d’origine en Afrique et dans le monde », a-t-il avancé. Et quand on lui demande comment compte-t-il rentabiliser son projet, il répond : « Notre modèle économique est simple. Nous ciblons surtout tous les acteurs du commerce électronique à qui nous proposerons des tarifs par lot de transactions beaucoup moins onéreux que ceux de la concurrence. » Bien déterminé à devenir un géant de l’entreprise hi-Tech africaine, à seulement 25 ans, Cédric Atangana, entend ne ménager aucun effort pour espérer attaquer un marché international. WeCashUp, a de beaux jours devant elle, c’est du moins ce qu’on leur souhaite, à Cédric Atangana et son équipe. Lancée depuis déjà trois mois, la Fintech WeCashUp gagne des marchés et la clientèle, près de 20 000 utilisateurs et plus d’Un Million de transactions déjà effectuées en Afrique. Les ambitions de la jeune startup semblent bien dessinés, qui pourrait atteindre les objectifs espérés : atteindre le Milliard d’euros d’ici 2020.

Tout semble donc être bien parti pour la jeune startup, qui devrait en inspirer plus d’un. L’entreprenariat des jeunes, pourrait être la clé de voute vers l’essor de l’Afrique qui se veut plus compétitive au fil du temps. On a là en tout cas, un bel exemple.

(Source : [NegroNews->http://negronews.fr/), 1er juillet 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)