twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Trois questions à Moussoukoro Diop (blogueuse) : ‘’Les réseaux sociaux ne sont pas nos amis à qui on doit tout confier’’

mercredi 18 janvier 2017

Pourquoi les réseaux sociaux ont-ils été créés ?

Il n’y a pas de raison particulière. Les groupes sociaux ont toujours existé, bien avant Internet. Nous étions réunis par groupes : religion, passion, études. Avec l’avènement d’internet, des réseaux sociaux ont été créés pour interconnecter les personnes à travers le monde. Il y a des différents réseaux sociaux : professionnels, photographies, voyages etc. Chacun d’eux a été créé pour une raison particulière et a eu peu ou pas de succès.

Est-ce que les Sénégalais utilisent bien les réseaux ?

Oui ! Oui ! (elle insiste). Beaucoup de Sénégalais l’utilisent tellement bien qu’ils ont pu y trouver une vocation, une passion, un métier, une orientation citoyenne, professionnelle... Bien sûr, dans toute utilisation, il y a des dérives ; mais les Sénégalais en majorité utilisent avec maturité les réseaux sociaux.

Ces outils nous ont permis de défendre des causes, de soulever des montagnes... Ces pratiques ont fait du Sénégal un exemple en Afrique et dans le monde.

Quels sont les risques liés à l’utilisation des réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux, c’est comme dans la rue, dans un espace public. Si on comprend que les réseaux sociaux ne sont pas nos amis à qui on doit tout confier, on sera déjà à l’abri de beaucoup de dangers. Entre autres risques, il y a le piratage des comptes, l’exposition de sa vie privée qui peut être utilisée à des fins préjudiciables : piratage de compte bancaire, chantage. Si on expose ses photos intimes à des personnes mal intentionnées...

Donc, les risques sont multiples et on a l’habitude de dire que quand on marche dans la rue, il faut éviter les familiarités avec les inconnus. C’est pareil sur les réseaux sociaux. Prudence ! Prudence ! Il faut juste adopter la #NetAttitude. Se dire que tout ce qu’on met sur les réseaux sociaux est stocké quelque part, dans des serveurs et peut ressortir à tout moment. Sécuriser d’abord son compte, ne pas divulguer son mot de passe, éviter de cliquer sur des liens douteux. Ne confier à personne ses coordonnées bancaires…

(Source : Enquête, 17 janvier 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)