twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télé déclaration fiscale en Afrique : Une solution est disponible

dimanche 13 juillet 2008

5 jeunes sénégalais révolutionnent le domaine des NTIC en Afrique de l’Ouest, Demba Makalou, Directeur de MKL Services, Dessamba Dieng, Abdoulaye Ndiaye, Seynida Oumar Fall et Abdoulaye Ndiaye tous ingénieurs informaticiens et membres fondateurs de E-Konedev, société d’ingénierie informatique, des noms qui sont désormais à retenir dans le domaine des NTIC en Afrique de l’Ouest.

En effet, ils viennent de créer la première plateforme de télé déclaration fiscale au Sénégal et en Afrique de l’Ouest. Cette plateforme dénommée SYSTELF vient à point nommé et est au cœur des préoccupations des Administrations fiscales d’Afrique.

Récemment, il s’est tenu, à Dakar un séminaire du CREDAF dont le thème principal était :

« La relation de l’administration fiscale à l’usager : accueil, assistance et télé-procédures »

C’est donc dire qu’une solution vient d’être mise en place par ces jeunes qui ont su faire une belle lecture de l’avenir en mettant en place un tel système depuis novembre 2006.

Déjà en 2002, MKL Services lançait le premier logiciel de gestion des déclarations fiscales au Sénégal dont les formulaires générés ont été agréés par la Direction Générale des Impôts et des Domaines du Sénégal. Ce logiciel appelé Pack Déclarations Fiscales, permet aux entreprises d’automatiser leurs déclarations grâce à une gestion automatisée de ces dernières. Elles n’avaient, dès lors, plus besoin de se déplacer au niveau des services fiscaux de leur localité pour retirer des formulaires à remplir manuellement par la suite. Beaucoup d’entreprises, dont des multinationales et des sociétés du BTP, qui l’ont trouvé génial, l’ont acquis pour faciliter et améliorer leur méthode de travail et surtout gagner du temps dans le traitement de leurs opérations fiscales internes.

Selon Mr Makalou, « l’objectif premier visé, était de collaborer avec l’Administration fiscale sénégalaise afin de lui permettre de faire une économie considérable, de plusieurs millions de francs sur les commandes de certains imprimés fiscaux remis gratuitement aux usagers en leur donnant la possibilité de les produire eux-mêmes. Malheureusement je n’ai pas été suivi dans ce sens. Mais il faut reconnaître qu’elle a été très compréhensive et a agréé mes formulaires en les déclarant conformes à ceux qu’elle délivre. C’est ainsi que je me suis tourné vers les entreprises pour leur proposer ma solution. Ce fût très difficile au début car les gens avaient du mal à comprendre qu’un tel logiciel puisse exister mais à chaque fois qu’une démonstration était faite, il s’en est suivi une vente. Ce qui est intéressant avec ce logiciel, c’est qu’il gère huit (8) déclarations fiscales. Et pour les entreprises qui sont au régime du précompte, les attestations de précompte de TVA personnalisées sont générées automatiquement ».

Afritaxes : Et la télé-déclaration fiscale, comment est elle née ?

Mr Makalou : Suite à l’évolution constante de l’Adsl et dans le souci de réduire fortement le coût des déplacements liés à l’assistance logicielle (paramétrage, mise à jour), nous avons pensé à mettre en ligne une version web du logiciel et centraliser notre intervention. Ceci permettrait à chaque client de disposer d’un espace privé avec des codes d’accès uniques pour effectuer non seulement ses opérations d’achat et de vente mais également de générer ses déclarations fiscales à l’échéance sans aucune difficulté car tous les calculs sont automatisés.

Dès lors en fin 2005 je me suis tourné vers la société E-konedev spécialisée en ingénierie informatique et réseaux pour leur soumettre le projet. Et en 2006, la plateforme était déjà disponible.

Afritaxes : Pourquoi avoir attendu 2008 pour en parler ?

Mr Makalou : Un proverbe Ouolof dit « Celui qui veut surprendre ne doit pas tousser » (rires..), nous avons voulu en parler mais avions déjà reçu une information relative au changement imminent des imprimés fiscaux. Par conséquent, nous avons voulu éviter l’effet « feu de paille ».

Afritaxes : Vous savez que la sécurité pose un problème crucial en ce qui concerne l’internet, avez-vous pris en compte cette donne ?

Mr Makalou : Ecoutez, deux choses sont particulièrement importantes en ce qui concerne la télé-déclaration, c’est effectivement la sécurité mais aussi la sauvegarde des données. Concernant la sécurité, notre plateforme la prévoit, cependant il suffit pour le client acquéreur d’acheter un certificat de sécurité pour l’identification, l’authentification et l’autorisation de tout accès à la plateforme de télé-déclaration. Il existe plusieurs fournisseurs de certificat dans le monde comme Keynectis auprès de qui la licence peut être acquise. Par contre, la gestion de cette sécurité est du domaine d’une agence ou d’un organisme eu sein du pays concerné par la télé-déclaration. C’est le cas de l’ANCE en Tunisie. Le reste n’est plus qu’un choix de niveau d’accès au sein de la plateforme. La sauvegarde de données est toute aussi importante car garantit la disponibilité permanente, la traçabilité et la sécurité des données mais également la continuité du service. Et dans ce domaine E-Konedev est un spécialiste confirmé. Le dernier élément que j’allais oublier c’est « la montée en charge » et plus précisément les embouteillages lorsque plusieurs personnes doivent se connecter en même temps. Cet aspect est aussi prévu au niveau de la plateforme.

Afritaxes : Quels sont vos cibles ?

Mr Makalou : Toute Administration fiscale des pays d’Afrique qui n’est pas encore à la télé-déclaration. En effet, je crois qu’il ne faut pas recréer la roue, nous somme disposés à accompagner toute Administration fiscale qui le désire. Et même s’il est encore prématuré pour certains, nous pouvons leur proposer un système simple de téléchargement de formulaires de déclaration. Ceci leur permettra de réaliser des économies extraordinaires sur leurs dépenses administratives notamment sur les imprimés avec tout que cela comporte impacts positifs (réduction du gaspillage des formulaires, élimination des foules lors du retrait des formulaires, gain de temps, déplacements des usagers etc.)

Afritaxes : Etes vous en contact avec certaines DGI

Mr Makalou : Nous avons présenté le projet à la DGID de notre pays. Pour les autres je préfère ne pas en parler.

Afritaxes : Ah ! le fameux proverbe Ouolof !

Mr Makalou : (éclats de rires.. et signe du pouce) parfait !

Afritaxes : Afritaxes vous adresse ses félicitations et encouragements.

Mr Makalou : Merci à vous aussi mes encouragements car vous faites un travail remarquable.

Propos recueillis par Afritaxes

(Source : Afritaxes, 13 juillet 2007)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)