twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Table ronde de l’IDEP : le Big Data offre beaucoup d’opportunités mais prudence

vendredi 7 juillet 2017

Le monde actuel est devenu avec la mondialisation un village planétaire. Tous les domaines d’activité ont maintenant besoin du numérique qui est devenu un élément essentiel dans les échanges. Ainsi, avec la production de données de plus en plus croissante, des concepts comme le Big Data sont apparus. L’Institut africain pour le développement économique et de planification (IDEP), lors de la dernière rencontre mensuelle qu’elle organise à son siège à Dakar, a axé la réflexion sur le thème : « Quel Big Data pour l’Afrique ».

Une rencontre riche en échanges avec des experts de tous les domaines. Il y avait Makane Ndiaye, Omar Mar de l’ADIE, Mouhamed Diop de Kheweul.com et Mouhamed Diagne, de Microsoft Bureau de Dakar qui ont fait des exposés riches en enseignements et qui poussent à réfléchir. Ainsi, il a été question de l’apport que peut avoir le Big Data sur la performance de l’agriculture, dans le domaine de la santé, la guerre, la famine et même de l’éducation. Les nombreuses fuites au BAC de cette année renseignent clairement que le Sénégal gagnerait à se mettre au diapason pour éviter ce genre de dysfonctionnements. D’ailleurs, beaucoup de ministères comme celui de l’Enseignement supérieur, celui des Finances, celui de la promotion des investissements, entre autres, étaient représentés à cette table ronde.

Il était question de voir comment utiliser les données passées pour prévenir le futur et expliquer ce qui risque de se passer et ainsi pouvoir l’anticiper. Bref, d’être plus proactif. Toutefois, on invite à la prudence quant à la protection des données personnelles. Et il a été constaté que les Etats africains sont à la traîne. Il n’y a pas d’infrastructure de stockage des données. Nos pays sont obligés de recourir à des filiales étrangères pour stocker des données qui peuvent être vraiment sensibles. Il faut également réfléchir à la maîtrise des données. Il n’y a presque pas de régulation en la matière. Mais, le Sénégal est dans cette voie notamment avec la Commission de protection des données personnelles qui est en train de travailler là-dessus.

(Source : Xibaaru, 7 juillet 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)