twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

David Jean Faye : "Sonatel doit poursuivre de nouveaux relais de croissance"

mercredi 11 mars 2015

Le groupe sénégalais Sonatel affiche des revenus annuels en hausse de 11 % à 816 milliards de F CFA (1,24 milliard d’euros) en 2014. David Jean Faye, analyste chez CGF Bourse, décortique cette progression pour "Jeune Afrique".

Sonatel, filiale sénégalaise de l’opérateur français Orange, a enregistré une forte hausse de son chiffre d’affaires en 2014. Une croissance particulièrement marquée pour ses opérations au Mali, en Guinée et en Guinée-Bissau. David Jean Faye, analyste financier chez l’intermédiaire boursier CGF Bourse, revient sur ces résultats et les perspectives de développement de l’opérateur.

Jeune Afrique : Ces résultats annoncent-ils de bonnes perspectives pour la Sonatel ?

David Jean Faye : Oui, le groupe est sur une bonne tendance depuis deux ans. Les résultats de ses filiales à l’international se sont particulièrement améliorés. Au Mali, l’opérateur est passé de 8,6 millions d’abonnés en 2012 à 12,8 millions en 2014, une hausse de 49,4 %. En Guinée, la croissance est de 143 % sur la même période à 4,5 millions de clients. Dans ce dernier pays, le taux de pénétration est de 75 %, ce qui laisse une marge de croissance intéressante.

Pour Sonatel, le Sénégal est-il donc déjà dépassé ?

En réalité, ce pays reste le 1er marché du groupe et représente plus de 50 % du chiffre d’affaires avec 425 milliards de F CFA en 2014, devant le Mali (261 milliards), la Guinée (116 milliards) et la Guinée-Bissau (15 milliards). Mais effectivement, on s’approche de la maturité sur le segment mobile au Sénégal.

D’où le besoin de trouver de nouveaux créneaux de croissance au Sénégal…

Il y a effectivement des segments d’activité porteurs comme l’internet par exemple. L’internet mobile va croître pour atteindre peut-être le même niveau que l’internet fixe. Mais pour cela, il faudrait mettre en place un programme de réduction des coûts d’accès. La phase de test de la 4G, entamée l’an dernier, devrait être finalisée prochainement.

Avec l’instauration de la portabilité [la possibilité pour un client de conserver son numéro en changeant d’opérateur], l’entreprise va perdre des parts de marché ?

Tous les opérateurs vont essayer de proposer des avantages aux clients. L’enjeu est désormais la fidélisation du client, ce qui va être un combat. La Sonatel a déjà commencé avec son programme Sargal et les points-cadeaux.

La Sonatel va s’implanter dans de nouveaux pays ?

En Mauritanie, les démarches sont en cours concernant l’opérateur Mattel. Il n’y a pas d’autres projets annoncés, pour le moment.

Propos recueillis par Coralie Pierret, à Dakar

(Source : Jeune Afrique, 11 mars 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)