twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Stratégie Numérique 2025 : Optic s’inquiète du retard de la mise en œuvre du comite de pilotage et de suivi

dimanche 29 juillet 2018

L’organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication(OPTIC) a tenu une conférence de presse pour faire le point sur le secteur du numérique au Sénégal et l’urgence qu’il y’a à mettre en place le comité interministériel chargé du pilotage et du suivi de la stratégie Sénégal Numérique 2025(SN2025).

Considéré comme le seul référentiel en matière de politique nationale numérique, la stratégie Sénégal numérique 2025 connait beaucoup de difficultés dans sa phase de mise en œuvre. En effet élaboré depuis 2016 avec comme objectif ambitieux de monter à hauteur de 10% la contribution du numérique dans lePIB, cette stratégie a du mal à se matérialiser du fait de l’absence réelle d’instruments de pilotage pouvant permettre sa mise en œuvre.

C’est pour cela que M Antoine Ngom président de l’OPTIC en tant qu’acteur incontournable du secteur du numérique au Sénégal tire la sonnette d’alarme pour attirer l’attention des autorités sur cette situation de latence qui commence à les inquiéter.

En effet, selon lui « Il me semble aujourd’hui urgent de mettre en place en place ce comité de pilotage qui est le comité interministériel de pilotage et de suivi pour éviter de progresser avec des actions dispersées et de pouvoir apprécier l’état d’avancement de la stratégie. Sans cela je ne peux pas assurer l’atteinte des objectifs fixés à cette stratégie Sénégal numérique 2025 ».

S’agissant du cadre réglementaire et législatif, Optic reste très attentif au nouveau code des communications électroniques qui sera bientôt sur la table des parlementaires pour voir si toutes les préoccupations des acteurs du secteur privé ont été prises en compte dans la loi. « Nous espérons que les décrets d’applications seront présentés à l’Assemblée Nationale en même temps que le nouveau texte de loi pour que celui-ci puisse être applicable et mis en œuvre immédiatement » a laissé entendre Antoine.

Profitant de cette tribune offerte par cette rencontre avec la presse, le président d’ Optic est revenu plus amplement sur le secteur du numérique de manière générale au Sénégal. Il a évoqué entre autres thèmes la situation des Start up avec le soutien annoncé du gouvernement à travers la DER, les entreprises du numérique, en passant par les Fournisseurs d’Accès à l’Internet (FAI).

Pour le soutien à l’innovation numérique et partenariat public privé pour les Start up, un fonds d’un montant de 1milliards de FCFA a été annoncé par le Président de la République lors du forum sur le numérique le 15 mars dernier à travers la Délégation à l’Entreprenariat Rapide (DER). Ce qui est jugé insuffisant par les acteurs au regard de tout ce que génère le secteur pour permettre d’avoir beaucoup plus d’impact. « Le secteur du numérique génère des ressources très importantes, nous pensons raisonnablement qu’il est possible pour l’Etat de mobiliser beaucoup plus de ressources pour soutenir le développement de l’économie numérique » a déclaré M Ngom.

Cependant le secteur numérique au Sénégal ne se limite pas seulement aux start up. Par conséquent l’Etat doit également accompagner les entreprises qui sont dans le secteur pour rendre l’activité du numérique plus dynamique et plus performante. Pour Antoine s’il y’a aujourd’hui un secteur dans le quel le Sénégal n’a rien à envier aux pays développés c’est effectivement le secteur du numérique. Il est donc important pour les acteurs, que l’Etat rend l’écosystème favorable à l’éclosion des entreprises privées nationales. Il estime que certaines activités de l’ADIE devaient être confiées au secteur privé national qui a les ressources nécessaires pour assurer ces services ; c’est la stratégie du ‘’ faire faire’‘ pour faciliter l’accès aux marchés. Cependant il estime que le problème réside plutôt à un manque de volonté politique de la part du gouvernement.

Sur la question des Fournisseurs d’Accés à l’Internet « on a eu une grande victoire » a laissé entendre le président de Optic. En effet les FAI avait formulé auprès du gouvernement une demande de passer de la licence à une simple demande d’autorisation auprès du gouvernement pour pouvoir opérer sur le territoire nationale. Selon Antoine le gouvernement a accepté cette requête et entend rembourser le cout de la licence pour les FAI déjà implantés au Sénégal problème du cout élevé des fréquences a toujours été une préoccupation pour les acteurs.

Yanda Sow

(Source : Réussir Business, 29 juillet 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)