twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sommet africain de l’internet : Vers une nouvelle approche pour la connectivité

lundi 7 mai 2018

En prélude du Sommet Africain de l’Internet (AIS), édition 2018, qui s’ouvre ce lundi à Dakar, la société pour l’attribution des noms de domaine et de numéros sur Internet (Icann), a tenu une séance d’information à l’intention de la presse.

A travers celle-ci, les acteurs visent à renforcer le système des noms de domaine et à encourager la participation régionale à l’écosystème de l’Internet, mais aussi à augmenter la participation de l’Afrique à l’élaboration de politiques de l’ICANN et à consolider sa présence dans le continent.

Conscient des risques sécuritaires afférents à l’intégration digitale de l’Afrique, Pierre Dandjinou, le vice-président de l’Icann, a tenu à dire : « pour ce qui est du domaine de la sécurité sur Internet, nous avons mis un certain nombre de mécanismes.

Et au niveau national, il faudrait mettre en place des mécanismes de sécurisation qui intègrent tout ce que Icann fait, à savoir cet ensemble qu’on appelle Law Forcing Organisation et qui regroupe des gens qui sont dans les juridictions et la législation qui couvre la sécurité, mais aussi des techniciens qui s’occupent de la sécurité de l’information et de l’Internet ».

Dans la foulée, Emmanuel Adjovi, le responsable du programme « Société de la formation » à l’Organisation Internationale de la Francophonie, a insisté sur la nécessité d’établir des politiques légales.

Car, indique-t-il « il y a beaucoup d’enjeux qui concernent le pays, des enjeux politiques qui existent parce qu’il s’agit au niveau de l’Icaan de prendre des politiques qui impactent directement les politiques publiques des pays sur la fiscalité, la propriété intellectuelle, la protection des données ».

Et Emmanuel Adjovi de poursuivre en insistant sur les retombées financières qui vont de pair avec la révolution digitale.

Pour pallier ce gap numérique et mettre l’Afrique de manière générale et le Sénégal en particulier en plein cœur de la révolution digitale, Mouhamet Diop, le directeur général de Kheweul.com, le premier registrer en Afrique qui travaille sur la gestion des noms de domaine et d’hébergement, a appelé le chef de l’Etat à porter la bataille de l’ère numérique, à l’instar de ses pairs.

« Si le débat sur la transformation digitale est porté par un chef d’Etat, on est persuadé que sa mise en œuvre sera opérationnelle comme c’est le cas du Rwanda, du Kenya ou de l’Afrique du Sud ou encore de la Tunisie à l’époque ».

Papa Alioune Dieng

(Source : Sud Quotidien, 7 mai 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)