twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : un hashtag lancé pour corriger le retard dans l’enregistrement à l’état civil

lundi 17 juillet 2017

#EtatCivilMonTresor c’est le Hashtag de la campagne de communication digitale sur les enjeux de l’état civil. Il s’agira pour le centre national d’état civil (CNEC) du ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire d’utiliser les réseaux sociaux et autres canaux de communication notamment Twitter, Facebook, YouTube de sensibiliser sur l’importance de l’état civil.

« Sans papier d’état civil, on n’existe pas », fait savoir Magatte Dièye, expert en communication. C’est dans ce cadre qu’il faut placer la mise en œuvre du Projet d’appui à la modernisation de l’état civil (Pamec) qui est en cours d’exécution. L’objectif de cette campagne est de s’adapter aux nouvelles techniques de communication et par conséquent de toucher le maximum de monde, parce que rapportent les initiateurs « le Sénégal compte 85 pour cent d’internautes ».

« L’état civil est un casse-tête pour les populations ; c’est un problème sérieux, alors que les gens le minorent. Depuis 2015, le chef de l’Etat Macky Sall a érigé l’état civil en priorité nationale. Il faut avoir des relais (journalistes, « badiènù gokh » c’est-à-dire des femmes conseillères dans les quartiers, pour résoudre le problème de l’état civil dû à une méconnaissance des papiers et un manque de communication. Si nous arrivons à régler ces difficultés, nous aurons un taux élevé de déclaration » précise M. Dièye.

Au Sénégal, les audiences foraines permettent d’aider les populations à avoir ces actes. « Il faut que les services qui travaillent pour l’état civil ne soient pas des véreux » selon les animateurs de la conférence sur l’importance de l’état civil. « Les centres d’état civil ne sont pas connectés », selon l’expert en communication qui a révélé l’existence de 589 centres d’état civil.

Du 16 au 21 juillet, une sensibilisation sera organisée pour mieux vulgariser les activités du centre national d’état civil via les réseaux sociaux. Le Réseau Jeunesse, Population et Développement du Sénégal, une association nationale forte de plus de mille membres est mise à contribution dans cette campagne de communication digitale.

Joe Marone

(Source : CIO Mag, 17 juillet 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)