twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Secteur des TIC : Les professionnels souhaitent un partenariat fort avec l’Etat

vendredi 10 juillet 2009

Avec une contribution de 7% au Pib sénégalais, le secteur des Technologies de l’information et de la communication (Tic) mérite d’être pris en charge. Les professionnels du secteur invitent l’Etat à mieux les impliquer dans les grands projets gouvernementaux. C’est même pour certains une question de sécurité nationale.

Secteur à fort potentiel de croissance et de génération de richesses, les Technologies de l’information et de la communication contribuent environ 7% du produit intérieur brut. Et dans le cadre de l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (omd), ce taux sera fixé à 15% entre 2011 et 2015. Papa Nalla Fall, vice-président du conseil national du patronat (Cnp), pense qu’accorder une plus grande attention au secteur des télécommunications est une question de sécurité nationale. Il a fait cette affirmation hier, lors du séminaire sur le « partenariat public-privé dans le secteur des technologies de l’information et de la communication ». Une journée d’échanges et de concertation organisée en partenariat avec la fondation konrad Adenauer et l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication (Optic). Selon Pape Nalla Fall, le secteur contribue de façon significative au Pib sénégalais et que les investissements dans les Tic produisent de petites et moyennes entreprises génératrices d’emplois et de revenus. Cela amène ce dernier à dire que : « les enjeux des technologies de l’information et de la communication sont économiques, financiers, culturels et sociaux ».

Toutefois, malgré cette importance du secteur dans l’économie nationale, les professionnels continuent à déplorer son non implication dans les projets gouvernementaux. Pour Antoine Ngom, président de l’Association des professionnels des technologies de l’information et de la communication (Optic), malgré sa capacité d’innovation, ses ressources de qualité et un marché potentiellement important, les professionnels des Tic attendent plus de l’Etat. « Nous cherchons un partenariat fort avec l’Etat pour une forte implication du secteur privé local dans les projets Tic, pour faire évoluer l’environnement, la réglementation et le processus de libéralisation effective », a rappelé M. Ngom.

Le ministre des Tic et des télécommunications, Abdourahim Agne soutient quant à lui qu’il faut accompagner le secteur privé national sur lequel le gouvernement attend énormément de choses.

Il estime par ailleurs que du point de vue de la définition des orientations et des politiques, le gouvernement s’accorde parfaitement avec ce secteur et qu’il faudrait que dans la réalisation des marchés et autres activités que les privés sentent davantage la présence de l’Etat et son soutien.

Maguette Ndong

(Source : Le Soleil, 10 juillet 2009)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)