twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rôle et place de la communication dans l’écosystème numérique : Les professionnels des médias à l’école de la TNT

jeudi 11 février 2016

Du mercredi 10 au jeudi 11 février, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication (Synpics), en collaboration avec la fondation Friedrich Ebert Stiftung, organisent un atelier à l’intention des professionnels des médias autour du thème « Enjeux de la Tnt, rôle et place du secteur de la communication dans l’écosystème numérique ».

Une occasion, selon Ibrahima Khaliloulah Ndiaye, secrétaire général du Synpics, pour non seulement renforcer les capacités de ses membres, mais surtout faire des recommandations à l’Etat.

Le basculement de la Télévision analogique vers celle Numérique terrestre (Tnt) est effectif au Sénégal depuis le 15 juin dernier, mais jusque-là, les populations et aussi certains professionnels de l’information et de la communication ne sont pas en mesure d’expliquer les tenants et les aboutissants de cette transition.

Pour cette raison, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication (Synpics), en collaboration avec la fondation Friedrich Ebert Stiftung, organisent un atelier à l’intention des professionnels des médias autour du thème « Enjeux de la Tnt, rôle et place du secteur de la communication dans l’écosystème numérique ».

Sur les objectifs visés par ledit atelier, Ibrahima Khaliloulah Ndiaye, secrétaire général du Synpics, explique que « par rapport aux enjeux du passage à la Tnt, on sait que cette Tnt suscite beaucoup d’interrogations ».

Pis, fait-il remarquer : « quand la question est posée aux professionnels du secteur des médias, nombreux sont ceux qui ne comprennent pas la Tnt, qui a été déjà fait depuis plus de 6 mois ».

Par conséquent, il a informé que la rencontre doit permettre aux techniciens, journalistes, infographes, et autres monteurs, etc, d’être outillés sur les questions de contenu, de programme et aussi des nouvelles chaînes de métier qu’engendrera la Tnt.

Mieux, M. Ndiaye d’indiquer qu’en faisant comprendre les enjeux de ce basculement, il s’agira ainsi pour les professionnels dudit secteur de formuler des recommandations à l’Etat. De l’avis du Sg du Synpics, l’objectif est « pour que l’Etat puisse impliquer ces professionnels en amont dans tout ce qui se fait ».

Bientôt, un opérateur Multiplex au Sénégal

Lors de sa présentation, Ousseynou Dieng, expert en Management de l’audiovisuel et des Tic est revenu de fond en comble sur les avantages de la transition numérique et sur l’après Tnt.

Tout d’abord, l’expert a fait savoir que le basculement doit permettre d’avoir la qualité HD en image et son, de disposer de la Tnt, tout comme la multiplication du nombre de chaînes Tv (80 chaines avec 4 multiplex.

Cela doit permettre d’avoir un gain en économie de spectres et en économie d’énergie, sans oublier une meilleure qualité et plus de couverture sur l’étendu du territoire.

Ensuite, M. Dieng a informé qu’après la Tnt, un opérateur multiplex, qui va mutualiser l’ensemble des services pour une diffusion au plan national et à la diaspora, sera retenu par l’Etat.

Cette entité unique se chargera de la couverture totale, de l’archivage des documents, tout en favorisant l’émergence de nouveaux métiers liés aux Tic.

D’ailleurs, sur ce point, il est prévu à Diamniadio, selon le formateur, un Smart City, un Data center, un BOP Offshore. Bref, toute une économie numérique autour de la nouvelle ville. Cependant, il a posé les défis du financement et de la formation.

Jean Michel Diatta

(Source : Sud Quotidien, 11 février 2016)

Post-Scriptum

Ibrahima Khaliloulah Ndiaye, Secrétaire général du Synpics

Nous avons organisé cet atelier pour parler de la Tnt, et aussi renforcer les capacités de nos membres.

Il est donc important que les professionnels qui doivent être les premiers acteurs de cette Tnt soient outillés. sur le contenu, le programme, et même par rapport au bouleversement que cela va induire. L’essentiel est de connaitre les enjeux et d’avoir leurs mots à dire.

Il y a des techniciens, des journalistes, reporters photographes, infographes, des monteurs etc, C’est nécessaire pour leur propre gouverne, et surtout, répondre aux attentes. Enfin, nous allons élaborer une série de recommandations.

Jean Michel Diatta

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)