twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Révolution numérique : Le président d’OPTIC veut que l’Afrique prenne le train en marche

vendredi 29 septembre 2017

Le président de l’Organisation des Professionnels des Technologies de l’Information et de la Communication au Sénégal (OPTIC), Antoine Ngom, a appelé avant-hier les leaders africains à prendre en main la transformation digitale, pour ne pas subir la révolution numérique. Il s’exprimait au cours d’un panel sur le sujet, en marge du 3ème forum Investir en Afrique.

‘’Aujourd’hui, si l’Afrique ne prend pas en main la transformation digitale, celui-ci va transformer le continent et ce sont les grands acteurs du digital qui vont le faire. On la subira encore, comme on a eu à le faire avec les autres révolutions.’’ Cette affirmation est du président de l’Organisation des Professionnels des Technologies de l’Information et de la Communication au Sénégal (OPTIC), Antoine Ngom qui prenait part, avant-hier, à un panel sur le thème, à l’occasion du 3ème forum Investir en Afrique ouvert lundi à Dakar. Pour ce spécialiste des TIC, la révolution digitale ‘’est une réalité’’ qu’il faut prendre par ‘’le bon bout en Afrique’’. ‘’C’est l’une des révolutions qui aura le plus d’impact sur l’humain et sur nos économies. Pour une fois, l’Afrique a l’opportunité de pouvoir s’approprier ces technologies et d’être un acteur plein dans leur mise en œuvre. Il y a beaucoup d’initiatives qui sont prises par les pays africains. Ils se sont dotés de leurs propres stratégies de développement du numérique. Mais ce n’est pas suffisant’’, a dit Antoine Ngom.

Ainsi, il a indiqué qu’il y a deux phases dans la transformation digitale. La première, c’est la modernisation. ‘’C’est-à-dire comment aujourd’hui utiliser les TIC pour améliorer la performance de nos organisations pour booster l’économie, influer positivement sur la croissance. Il s’agit d’améliorer la performance des procédures existantes’’, a-t-il fait savoir. La seconde phase qui est ‘’aussi importante’’, d’après le président de l’OPTIC, consiste ‘’non seulement à moderniser ce qui se fait, mais à penser au monde de demain. C’est-à-dire de transformer les usages, les expériences clients, les process, etc.’’.

Cependant, dans beaucoup de pays africains, un des freins au développement de l’économie numérique réside, selon le président de l’OPTIC, dans la gouvernance de TIC. ‘’Si les partenaires au développement et ceux traditionnels peuvent aller plus vite dans la mise en place d’un environnement approprié pour le développement du secteur, dans le cadre de la mondialisation, ce serait formidable. Car on ne dit pas qu’on va la faire seule, mais il y aura des partenaires avec qui travailler. On a notamment la Banque mondiale et la Chine qui sont là’’, a-t-il soutenu. L’autre point essentiel dans ce processus, a ajouté Antoine Ngom, c’est également la connectivité, c’est-à-dire les infrastructures. ‘’Il faut une réglementation et une mise en place d’opérateurs d’infrastructures. Il faut certes mûrir la transformation digitale, mais c’est sur la base d’infrastructures solides’’, a-t-il plaidé.

Il a tout de même reconnu qu’au Sénégal, des ‘’pas très importants’’ ont été faits avec la stratégie Sénégal numérique 2025 pour ce qui concerne l’environnement juridique et réglementaire. ‘’C’est ce qui va permettre de donner une énergie nouvelle au développement du digital’’, a-t-il affirmé. Il faut rappeler que ce forum initié par la Chine, en partenariat avec la Banque mondiale, a regroupé plus de 400 participants dont de nombreux chefs d’entreprises chinoises et africaines. Et le thème choisi pour cette édition, c’est : « Accélérer le développement de l’Afrique par l’innovation ».

Mariama Diémé

(Source : Enquête, 29 septembre 2017)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)