twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rétro 2017 : Le Wari n’arrive pas à Tigo

vendredi 29 décembre 2017

L’affaire est en passe de lui filer entre les doigts. Le cas échéant, ce sera un gros raté pour le privé sénégalais qui aura montré son incapacité à gérer le gros business.

Le téléphone portable risque d’être insupportable pour Kabirou Mbodje. Le patron de la plateforme de services financiers Wari est, en effet, passé à côté du deal de l’année. Après avoir annoncé, en février, la vente de la licence de sa filiale sénégalaise pour 80 milliards de francs Cfa à l’homme d’affaires sénégalais, la société américaine de droit luxembourgeois, Millicom international cellular (Mic), a rompu le marché pour défaut de paiement. Par la même occasion, elle se tournait vers le consortium composé du Groupe Teyliom Telecom, NJJ, et de Sofima (véhicule d’investissement en télécommunications géré par le Groupe Axian) pour lui filer son business au Sénégal. Ce, en attendant l’onction de l’Etat. Ce que n’entend pas accepter le patron de Wari qui a saisi la justice pour arbitrage, pendant que le chef de l’Etat appelle les différentes parties à une impossible entente. Une manière assez savante de ne pas trancher et de différer le problème puisque Millicom, qui en est à un point de non-retour avec Wari, n’en veut pas.

Conformément au contrat de vente qui les lie, Wari disait avoir respecté tous ses engagements dans le cadre de l’acquisition du deuxième opérateur de téléphonie sénégalais, en payant le déposit initial de 10 millions de dollars et en conduisant une due diligence contractuelle de 9 mois (étude de tous les aspects commerciaux, légaux, financiers et techniques de Tigo) qui devait déboucher sur un paiement du reliquat au plus tard le 02 novembre 2017. C’est pourquoi, ayant prévu de faire le paiement au plus tard le 30 septembre conformément aux engagements de sa banque partenaire, Wari dénonce la rupture unilatérale du contrat par Millicom, interpelle les autorités sénégalaises et prend l’opinion à témoin pour empêcher « pareille forfaiture ».

En tout état cause, s’il avait abouti, ce rachat d’une filiale d’une multinationale serait le deal de l’année. Il avait suscité un immense éclatement de joie de Sénégalais qui y voyaient une révolte contre le colonialisme économique. Mais, avec ce flop, c’est ainsi la réputation, méchamment entachée de tout le secteur privé national, qui en prend un sacré coup. Pis, ce fiasco du siècle sera lourd de conséquences pour le jeune entrepreneur sur qui plus personne n’aura confiance dans les gros business. En effet, stoppé net sur le rachat de Siab Togo, filiale de la holding Libyan Foreign Bank, Kabirou Mbodje essuie ce deuxième revers qui risque de le décrédibiliser à jamais. Espérons qu’il se relèvera de ce coup cruel.

Seyni Diop & Adama Coulibaly

(Source : Wal Fadjr, 29 décembre 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)