twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Que devient le nouveau Directeur Général élu de l’ESMT de Dakar ?

jeudi 2 novembre 2017

Cela fait huit mois que le candidat Nigérien , docteur Adamou MOUSSA SALEY a été élu Directeur Général de l’ESMT de Dakar mais jusque-là il n’a pas pris fonction.

Cette structure sous–régionale est complétement bloqué et aucune issue n’est visible à l’Horizon. Pauvre de nous !

A qui la faute de cette léthargie ?

Pour rappel Le conseil des ministres de l’Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications a eu lieu à Nouakchott en Mauritanie le 26 avril 2017. Il a été précédé par le conseil d’administration et du conseil des experts le 24 et le 25 avril.

Ces rencontres étaient marquées par l’élection du directeur général et du directeur de l’enseignement supérieur et , de la formation et de la recherche. A l’issue d’un scrutin serré , le candidat Nigérien l’emporte 4 voix contre 3 voix pour la Mauritanie. Cette élection a confirmé la candidature de Dr Adamou MOUSSA SALEY.

Il faut notifier qu’au poste de directeur de l’enseignement , de la formation et de la recherche c’est un Béninois qui l’emporte au détriment d’un autre candidat Mauritanie .

Cet échec cuisant a causé un énervement au plus haut niveau de l’Etat Mauritanien car elle aurait financé toutes les dépenses. Après la pause , le Ministre Mauritanien refuse de signer les PV’s et les recommandations de la session du conseil des ministres.

La Mauritanie , pièce maitresse de ce blocage ne reconnaît ni le nouveau président conseil d’administration qui est un Béninois , ni la présidence du conseil des ministres qui devrait revenir au Niger.

Il faut notifier que certains facteurs favorise le statuquo constaté , Le Niger n’entreprend aucune démarche pour trouver une solution à la situation , aucune stratégie n’a été adoptée depuis le 26 avril 2017 par les autorités du Niger , que ce soit de la présidence , à la primature , ce silence complice de l’échec ne fait pas honneur à notre pays.

A qui profite ce statuquo ? ce qui est sûr , au regard de la lenteur des choses cette question mérite une réflexion sérieuse , L’histoire nous éclairera un peu plus. Let’s and see !

Malam Sabiou Ibrahim

(Source : Niger Diaspora, 2 novembre 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)