twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Propagande déguisée en précampagne électorale : Le Cnra « verrouille » les médias

samedi 7 janvier 2012

La précampagne électorale est souvent le lieu d’une propagande déguisée qui fausse le jeu démocratique. Soucieux d’y remédier à moins d’un mois du démarrage de la campagne électorale proprement dite, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel a informé les médias sénégalais de l’interdiction de toute couverture de faits, gestes voire manifestations politiques durant cette période et cela, en conformité avec l’article L63 et les nouvelles dispositions du nouveau Code électoral.

Le Cnra est bien décidé à appliquer la loi électorale dans toute sa rigueur pour préserver la période de précampagne électorale de toute propagande déguisée des partis et coalitions de partis politiques en lice pour la présidentielle de 2012. A moins de trente jours de l’ouverture officielle de la campagne électorale, prévue pour le dimanche 05 février, l’institution dirigée par Nafy Diouf Ngom invite, dans un communiqué dont nous avons eu copie, les professionnels de la communication au respect strict de la loi en évitant toute propagande déguisée durant cette période charnière. Et le Cnra de rappeler incidemment qu’au terme de l’article L63 du nouveau Code électoral, il est interdit toute propagande déguisée ayant pour support les médias nationaux, publics et privés durant les 30 jours qui précèdent l’ouverture de la campagne électorale proprement dite.

Le texte du Cnra note de même que « sont considérés au sens de la présente loi comme actes de propagande électorale déguisée, toute manifestation ou déclaration publique de soutien à un candidat ou à un parti politique ou coalition de partis politiques faite directement ou indirectement par toute personne, qu’elle qu’en soit la qualité, nature ou caractère ». Se voulant même plus précis, le Cnra souligne également que « sont assimilées à des propagandes ou campagnes déguisées, les visites et tournées à caractère économique, social ou autrement qualifiées, effectuées par toutes autorités de l’Etat sur le territoire national et qui donnent lieu à de telles manifestations ou déclarations ». Pour le Cnra d’ailleurs, cette propagande déguisée peut être contenue dans un discours, une chanson, des sketchs et est « généralement faite à l’occasion de tournées économiques, sociales, religieuses, etc. ».

Dans la foulée, l’instance de Nafy Diouf Ngom invite les responsables des médias à faire en sorte que « les discours soient amputés de tout message de soutien provenant de personnes physiques agissant seules ou représentant des personnes morales ou groupements, quelle qu’en soit la nature ». C’est dire, selon le Cnra, que les émissions religieuses radiodiffusées et télévisées ne doivent donner lieu ni à des déclarations ou manifestations de soutien ni à des consignes de vote. D’ailleurs, ces dispositions concernaient autant les manifestations sportives (lutte, sports collectifs ou individuels) que l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé comme la publicité commerciale par la voie de la presse, de la radiodiffusion et de la télévision.

A défaut de ce respect strict de la loi électorale, le Cnra envisage des sanctions fermes contre tous les contrevenants, des sanctions pouvant allant jusqu’à 10 millions de F Cfa, voire de fermetures d’organes de presse. Le document du Cnra indique ainsi qu’en cas de contravention à cette interdiction, l’organe chargé de la régulation des médias proposera des formes appropriées de réparation au bénéfice de tout candidat, de tout parti politique ou de coalition de partis politiques lésés. La période de précampagne s’étend du vendredi 06 janvier 2012 à zéro heure au samedi 04 février 2012 à minuit. La campagne électorale, elle, démarre officiellement le dimanche 5 février 2012 à zéro heure pour prendre fin le 25 du même mois à minuit.

Moctar Dieng

(Source : Sud Quotidien, 7 janvier 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)