twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Promotion des sciences : Michel Seck conçoit un logiciel qui décomplexe l’enseignement des mathématiques

lundi 4 décembre 2017

Le premier logiciel de calcul développé en Afrique est disponible. « Simula » a été créé par Michel Seck, un doctorant au Département de Mathématiques et d’Informatique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. L’innovation permet aux enseignants du secondaire comme à ceux du supérieur de préparer leurs enseignements et de corriger les exercices. L’élève ou l’étudiant peut s’en servir aussi pour faire des exercices et vérifier les corrections. En somme, c’est une calculatrice améliorée qui est en passe d’être validée par la Commission nationale des mathématiques.

Le doctorant Michel Seck, de la Faculté des Sciences et techniques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, a offert à la postérité un outil qui simplifie l’enseignement des mathématiques au Sénégal et dans le monde. Les témoignages viennent de ses maîtres dont le Pr Djiby Sow. L’universitaire décerne une bonne note à ce logiciel développé par M. Seck. Jusqu’ici, des pays africains étaient contraints de recourir au logiciel « Géogebra » fabriqué en France et qui ne prend pas en compte les réalités et les préoccupations des pays africains. L’outil, mis au point par le Sénégalais, est une révolution par rapport à « Géogebra ».

Avec le logiciel « Simula », l’utilisateur peut faire l’analyse, l’algèbre linéaire, les bases de Groebners, la théorie des nombres, les graphes 2D et 3D, la probabilité, la statistique, les réseaux arithmétiques et les codes correcteurs. Ce logiciel comporte près de 120.000 lignes de codes. « C’est une grande innovation en Afrique. A ma connaissance, c’est le premier logiciel conçu en Afrique. Il permet de simuler et de faire des mathématiques en ligne », démontre le Pr Sow.

En quoi ce logiciel est innovant par rapport aux applications ? Il facilite à la fois la transmission et l’acquisition des connaissances en mathématiques. L’élève, comme l’enseignant, peut tirer beaucoup d’avantages. « Ce logiciel permet de faire directement des exercices de statistiques, de calcul des limites et des calculs de grandes puissances », présente son auteur qui travaille sur « La cryptographie, l’algèbre et ses applications ».

Avec « Simula », les élèves et les étudiants ont la latitude de faire des calculs et vérifier les corrections. L’ambition de Michel Seck, c’est de résoudre l’équation de l’accès aux Tic pour un grand nombre d’apprenants et d’enseignants. « Il m’a fallu aller à l’université pour utiliser les logiciels afin de faire les mathématiques. Je veux que ce logiciel soit librement accessible, qu’on l’utilise aussi bien dans les lycées que dans les universités. Ainsi, on pourra l’utiliser du secondaire jusqu’au niveau universitaire », souhaite-t-il.

Le processus de validation a été enclenché. Le Comité national de l’enseignement des mathématiques a presque donné son accord de principe. Il est probable que l’outil soit introduit dans l’enseignement à partir de cette année. « Jusqu’ici, il n’y a pas de Travaux pratiques (Tp) en mathématiques dans les universités. Or les Tp sont organisés en France. Aujourd’hui, ce logiciel rend possible l’organisation des Tp. Nous envisageons d’introduire les Tp en Licence 1, Licence 2 et Licence 3 à la Faculté des Sciences et techniques », avance le concepteur.

Ses attentes ? Inciter beaucoup de jeunes à aimer les sciences, notamment les mathématiques. C’est pour cela que, contrairement aux autres logiciels, un usager n’a pas besoin d’une formation minimale pour utiliser celui-ci. « On n’a pas besoin d’un pré-requis pour pouvoir utiliser ce logiciel à travers lequel nous voulons éveiller la culture scientifique chez les jeunes », souligne Michel Seck.

En tant qu’enseignant dans le cycle secondaire, il a répertorié les contraintes liées à l’enseignement de cette discipline dans des pays comme les nôtres. Ces contraintes n’ont pas favorisé la simplification de la transmission et de l’acquisition des connaissances dans cette discipline. « Ce logiciel est une calculatrice améliorée. L’étudiant et l’enseignant peuvent l’utiliser pour faire plusieurs opérations », décrit-il.

La mise au point intervient dans un contexte où l’enseignement à distance prend de plus en plus place dans le dispositif d’enseignement dans les universités. Les prévisions signalent que beaucoup de personnes vont acquérir les connaissances sans être obligés d’aller dans un amphithéâtre. « L’Université virtuelle du Sénégal est considérée comme l’une des grandes innovations en matière d’enseignement au monde. Cet outil va renforcer l’enseignement des mathématiques à distance », soutient le Pr Djiby Sow.

Avec la tendance de la mise en ligne de plusieurs filières dans toutes les universités, ces genres d’innovations peuvent aider à aborder ce virage.

Idrissa Sané

(Source : Le Soleil, 4 décembre 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)