twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Projet de cartographie numérique : Le Japon casque pour deux milliards de francs

mercredi 22 juin 2011

Une cartographie adaptée aux réalités est essentielle à un bon aménagement du territoire et son développement.Un projet d’édition de nouvelles cartes numériques couvrant le nord du Sénégal a été lancé hier.

En dépit de la révolution numérique, les services géographiques et cartographiques du Sénégal utilisent jusqu’ici des cartes analogiques traditionnelles (sur papier) qui datent de 1991 ! Or, les nouvelles techniques d’imagerie satellitaire exigent de se mettre à la page pour mieux aménager le territoire et planifier son développement. Bientôt, ce sera chose faite. Une cinquantaine de nouvelles cartes topographiques numériques (échelle 1/50 000) seront bientôt éditées. En réalisant une cartographie à cette échelle, le Sénégal satisfait aux recommandations des Nations-Unies pour l’Afrique, pour le développement de l’information geospatiale. Couvrant une superficie de 30 000 km² (soit 1/6 du territoire), cette nouvelle cartographie numérique concerne le bassin nord du fleuve Sénégal (Saint-Louis, Matam et Tambacounda).

D’un coût de 2 milliards de francs, il est financé par le Japon à travers son agence de coopération internationale (Jica).L’opération s’étendra sur deux années.Pour Hisatoshi Okubo, représentant-résident de la Jica au Sénégal, la cartographie est essentielle à une bonne politique d’aménagement du territoire et de développement.‘Avec ce projet, ajoute-t-il, il sera possible d’avoir une meilleure gestion de l’eau à usage agricole, de prévenir les dégâts liés aux inondations, mieux coordonner le partage de l’eau du fleuve Sénégal avec les pays voisins. En outre, la cartographie de cette région permettra aux décideurs politiques de bien planifier les investissements dans les infrastructures routières, ferroviaires, de communication, les lignes de transmission de l’électricité... ’ Pour le représentant de l’ambassadeur du Japon au Sénégal, il s’agit, au-delà d’un transfert de technologie fut-elle de pointe, ‘de partager une vision : planifier le développement régional avec les cartes’.Raison pour laquelle la trentaine d’experts de la Direction des travaux géographiques et de la cartographie (Dtgc), seront en première ligne du projet.

Amadou Oury Diallo

(Source : Wal Fadjri, 22 juin 2011)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)