twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Présidentielle : La société civile alerte sur d’éventuelles défaillances de l’Internet le jour du scrutin

vendredi 22 février 2019

L’élection présidentielle, c’est dans quelques heures. Mais les organisations de la société civile ont les yeux rivés sur le Net parce qu’il est devenu incontournable maintenant dans la crédibilisation du scrutin.

Se rappelant la loi votée récemment sur l’utilisation de l’internet au Sénégal, la présidente de Article 19, Fatou Jagne Senghor veut un internet ouvert et intègre qui va participer à la sécurisation des voix des citoyens. « On ne redoute pas une coupure. Mais comme il y a une loi qui permet cette possibilité, nous allons souligner nos inquiétudes. Cette loi a été votée, pourquoi ? Elle a été promulguée à la dernière minute malgré la réticence des acteurs. C’est à surveiller. Nous allons tirer la sonnette d’alarme et que des mesures ont été prises par la société civile pour savoir si l’internet est ralenti ou pas le jour j. Il y a des outils qui le permettent et nous les avons partagés avec les parties prenantes. Nous observerons avec attention cette question. Mais dans l’ensemble je veux être optimiste. Parce que personnellement je ne pense pas qu’un pays comme le Sénégal, le jour de l’élection, que l’Internet soit coupé », avertit Mme Senghor.

Qui estime, en revanche, que les différents candidats qui ont presque bouclé trois semaines de campagne après avoir sillonné tout le pays, n’ont pas allé en profondeur sur les questions des droits de l’Homme. Elle souligne que même si certains candidats ont ébauché la question des droits humains de manière assez générale dans leur programme, mais ils n’ont pas évoqué de manière spécifique la liberté d’expression et des questions pointues d’accès à l’information. Sur cette question, les représentants des candidats au débat, d’hier, sur le thème, « prioriser la liberté d’expression et l’accès à l’information et assurer l’indépendance des organes de régulation », ont estimé que la question de la dépénalisation des délits de presse devra être discutée.

D’après Mamadou Lamine Dianté de la Coalition Madické2019, les interrogations notées dans le nouveau Code à la presse, seront diagnostiquées, si son candidat accède à la magistrature suprême. Pour Ibrahima Hamidou Dème du Parti de l’unité et de la renaissance (Pur), même s’il reconnait que le caractère de dépénalisation est trop chargé, il souligne qu’il ne faut pas rendre les journalistes irresponsables des délits qu’ils peuvent commettre. De son côté, Mamadou Ndione de la coalition Benno Bokk Yaakaar, affirme que la liberté affirme que les droits de l’Homme sont bel et bien respectés dans la mesure où les institutions fonctionnent convenablement. « Nous avons un socle. Pendant sept ans, on n’a pas vu un journaliste bâillonné, interdit d’exercer librement son travail ».

Les représentants des candidats sont revenus aussi sur le fonctionnement des médias publics. Tous à l’exception du représentant du parti au pouvoir, ont estimé qui si leur candidat gagne l’élection du dimanche prochain, il fera en sorte que le poste de directeur général des médias publics, soit dépolitisé et qu’on va procéder à l’appel d’offres. Ils ont opté pour le renforcement des organes de régulations afin qu’ils soient indépendants. Aussi, les débateurs ont fustigé l’absence de débat télévisé entre les différents candidats. La représentante de la coalition Idy2019, Me Fatou Ndiaye Touré et celui de la coalition SonkoPrésident, Amadou Sow ont déploré l’immixtion du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra), qui d’après eux ne se base sur aucune disposition juridique pour couper court à la tenue de cet éventuel débat. A les en croire, il n’y pas de texte qui interdit et les médias sont libres de l’organiser. Pour Mamadou Ndione de Bby, ce débat ne doit pas avoir lieu. Parce que les gens ont attendu que les candidats soient en pleine campagne pour agiter ce sujet. Aussi, il souligne qu’un aucun format ni les règles du jeu n’ont été définis à l’avance. Autre chose qui a été abordée en commun, les cinq candidats ont rappelé l’importance de respecter les engagements internationaux.

Mamadou Gacko

(Source : Wal Fadjr, 22 février 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)