twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour réagir contre l’augmentation du coût des télécommunications : Les consuméristes invitent les usagers au boycott

jeudi 5 février 2009

L’association des consommateurs du Sénégal (Ascosen) s’insurge contre la décision de l’État du Sénégal d’augmenter de plus de 2 % les coûts d’utilisation des télécommunications. En considérant que ce mode de taxation est « contraire au bon sens », Momar Ndao invite tous les usagers de boycotter les télécoms vendredi prochain 6 février 2009 et d’éteindre les portables de 13 h à 15 h.

En réaction contre la décision de l’État d’augmenter les factures de téléphone au Sénégal, l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen) et ses partenaires ont décidé de dérouler un plan d’action à deux temps à partir de vendredi prochain 6 février 2009. Du moins c’est la déclaration liminaire faite hier mercredi 4 février 2009 par Momar Ndao, Président national de l’Ascosen. « L’Etat du Sénégal, a décidé de manière unilatérale, péremptoire et sans aucune justification, d’augmenter de plus de 2% les coûts d’utilisation des télécommunications », a souligné Momar Ndao dans une déclaration liminaire à la presse. « Pour lutter contre l’augmentation des télécommunications les associations de consommateurs signataires, l’ASCOSEN (Association des consommateurs du Sénégal), l’UNCS (l’Union nationale des consommateurs du Sénégal) et leurs partenaires ont décidé de boycotter les agences de télécommunications et les boutiques, d’arrêter toute opération de paiement de facture de télécommunications, d’abonnement, d’achat et de partage de crédit de 8H à 15 heures, dans la journée du vendredi 6 février prochain », a déclaré Momar Ndao.

Dans le même élan, le Président national des consuméristes du Sénégal a ordonné à tous les usagers « d’éteindre tous les portables, le même jour du vendredi 6 février 2009 de 13 heures à 15 heures ». Selon lui, cette mesure sert à « refuser cette forfaiture et éviter à l’Etat d’engranger des dizaines de millions de FCFA rien que sur un seul jour ». Momar Ndao a noté l’importance de cette action, dans la mesure où, toujours selon lui, « les sénégalais payent près d’un milliard de FCFA par jour de téléphone ». Momar Ndao n’a pas manqué de rappeler à l’occasion que « cette augmentation de 2% instaurée par la loi 2008-46 du 3 septembre 2008 et portant création de la Redevance d’utilisation des télécommunications (RUTEL) est applicable depuis le 1er février 2009 ». Mieux, le Président national de l’Ascosen explique que « la redevance s’applique sur le montant hors taxes des factures et sur ce montant global obtenu, sera appliqué la TVA ; ce qui fait que l’augmentation sera supérieure aux 2 % annoncés ».

Momar Ndao est convaincu que cette stratégie de taxation est « contraire au bons sens », car toujours de son point de vue, « en instaurant cette augmentation sur plus de 5 000 000 de consommateurs détenteurs de téléphone et plusieurs autres milliers d’usagers des télécommunications résidant au Sénégal ; et au vu des chiffres d’affaires des opérateurs déjà opérationnels, sans compter le chiffre d’affaires du nouvel opérateur, l’Etat du Sénégal va récupérer au minimum 33 millions 336 713 FCFA par jour, soit 12 milliards 167 millions 900 400 FCFA sur le dos des consommateurs », a-t-il révélé. Par la même occasion, le Président de l’association des consuméristes reproche à l’Etat d’avoir « choisi de faire des opérateurs de téléphonie ses complices dans cette opération, en leur chargeant de faire payer aux consommateurs les augmentations ».

Cette mesure de hausse est applicable à tous les abonnements et tarifs du téléphone fixe et du téléphone mobile, les abonnements et tarifs keurgui Khewel et ses cartes,les SMS et les MMS,les cartes de crédit, les transferts de crédit, SEDDO et EASY et EXPRESSO, la messagerie vocale, les renseignements 1212, les services clients 1441, 1677, 1111, les serveurs vocaux des radios, des ambassades et des administrations, les abonnements temporaires, les télécommunications nationales et internationales, le fax, l’internet fixe et l’internet mobile, la TV sur ADSL, les lignes spécialisées, les connexions satellites VSAT, le Roaming international, l’hébergement des sites internet par les opérateurs, et autres.Momar Ndao a aussi annoncé que « d’autres actions seront prises par la suite, en fonction de l’évaluation de cette première action de vendredi prochain ». Ainsi, a-t-il invité « tous les sénégalais à être solidaires avec nous dans cette lutte, et à suivre le mot d’ordre ».

Cherif Faye

(Source : Sud Quotidien, 5 février 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)