twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour raisons économiques : 13 journalistes de Convergence Fm licenciés

mercredi 6 juin 2012

La Radio Panafricaine qui émet sur la fréquence 103.9 MHz et qui a pignon sur rue à l’Immeuble Lambert à l’avenue Bourguiba de Dakar est secouée, depuis quelque temps, par une affaire de licenciement de 13 journalistes. Laquelle rupture de contrat est jugée abusive par les victimes qui entendent saisir l’inspection du Travail, pour être rétablies dans leurs droits. « C’est depuis le 31 mars 2012 que les administrateurs ont rompu les contrats pour motif économique et jusqu’à présent, nous n’avons reçu ni droit, ni salaire », se plaignent certains d’entre eux, que nous avons joints par téléphone. Des victimes qui s’interrogent encore sur cette forme inédite de licenciement, pour n’avoir pas reçu un seul document attestant de manière officielle, la mesure.

Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce licenciement coïncide avec le recrutement de stagiaires qui viennent assurer le « service minimum », font remarquer les plaignants. Pour certains, cette situation de « sans licenciement officiel, sans salaires » ne saurait être concevable dans un Etat de droit et menacent ouvertement de traîner les administrateurs de la radio en justice. Mais en attendant, certains se sont décidés à saisir l’Inspection du Travail, pour arbitrer ce conflit. « Certains d’entre nous ont fait 4 ans dans cette entreprise, d’autres ont fait 3 ans. Com­ment se lever un jour, pour se séparer de nous, sur une simple déclaration de faillite ? », s’insurgent-ils encore…

Du côté de la direction, l’on préfère plutôt, positiver la situation. La directrice de la radio tempère les ardeurs et affirme que les administrateurs sont en train de réunir l’argent nécessaire, pour payer salaires et droits des travailleurs licenciés. Seulement, se défend Nina Penda Faye : « Depuis 2007, la radio roule à perte. Nous payons 6 millions de francs par mois en termes de salaires, sans aucune rentrée d’argent. Aucune entreprise ne peut survivre à cela. » Non sans donner des gages à ses collaborateurs : « Nous n’avons pas voulu fermer la radio, pour attirer des investisseurs. Mais si la situation se rétablit et qu’on trouve une bonne santé financière, ces travailleurs seront rappelés de nouveau. » A propos des stagiaires recrutés à la place des journalistes licenciés, Nina Penda Faye précise qu’il s’agit de « bonnes volontés », qui vont se charger d’assurer les brèves afin de maintenir la radio en on.

(Source : Le Quotidien, 6 juin 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)