twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Peut-on se fier à un sondage sur Internet ?

samedi 10 février 2007

A deux reprises, le site Internet Rewmi.com a organisé pour ses surfeurs deux sondages sur la popularité d’Idrissa Seck et ou d’Abdoulaye Wade depuis le début des nouveaux contacts (négociations ?) entre les deux leaders « libéraux ». Dans le premier sondage la question était formulée ainsi : « faites vous toujours confiance à Idrissa Seck ? ». Dans le deuxième, il était question de savoir si le répondant voterait oui ou non pour l’opposition contre un ticket Wade/Seck.

Au vu de l’importance qu’une partie de la presse au Sénégal a donné aux résultats de ces sondages, on est amené à se poser la question suivante : des sondages sur Internet tels qu’ils sont organisés aujourd’hui sont ils fiables ? Si ces sondages ont la prétention d’exprimer l’opinion des Sénégalais dans leur ensemble, la réponse est incontestablement non. La fiabilité d’un sondage requiert un certain nombre de préalables dont : 1. L’échantillonnage qui doit être rigoureusement choisi pour être sûr qu’il représente toutes les couches impliquées dans l’étude. Dans le cas d’espèce, il s’agit de tout l’électorat des cinq millions de Sénégalais inscrits sur la listes électorales ; 2. Les questions posées doivent identifier clairement leur nature ; à savoir si elles sont génériques ou de portée directe ; 3. La localisation géographique, les secteurs socio-professionnels, l’âge, le sexe, l’appartenance politique, l’obédience confessionnelle etc. doivent être clairement indiqués ; 4. La marge d’erreur doit être évaluée en + ou - ; 5. la période et la durée des enquêtes doivent être mentionnées dans le résultat final. Les sondages sur le Net aujourd’hui ne répondent à aucun de ces cinq critères. Et les résultats auxquels ils sont parvenus n’ont aucun caractère scientifique. Pour au moins cinq raisons.

1- L’échantillonnage est hermétiquement composé de ceux qui ont non seulement accès à un ordinateur et un service Internet, mais sont aussi politiquement intéressés. Si on prend le dernier sondage de Rewmi.com on voit le caractère empirique de la démarche. Sur près de 17 000 lecteurs de la question posée, moins de 3600 ont pris la peine de répondre à ce sondage, à la date du 29 janvier 2007 à 9heures. Le sondeur qui est l’administrateur du site n’a aucun moyen de faire le choix des répondeurs. Rien ne garantit qu’il n’y a pas de votes multiples à grande échelle. Pire, qu’elle est l’opinion de la grande majorité des Sénégalais n’ayant pas accès à Internet du tout ? L’administrateur ne peut contrôler que par voie IP (Internet protocole) c’est à dire le blocage par ordinateur. Dans beaucoup de familles, il est fréquent de voir un seul individu avoir accès à quatre à cinq appareils : La machine du bureau, celle de la chambre des parents, une autre pour les enfants, l’ordinateur portable qui assure la mobilité des données et enfin le PDA. Donc même si les gérants du site Rewmi.com avaient la volonté de blocage de votes multiples (ce dont on peut douter. Y ont-ils pensé d’ailleurs ?), ils en seront incapables. 2-Les questions sont trop générales pour renseigner sur des intentions de vote. Si vous opposez un ticket précis Wade/Seck à un groupe de candidats dont chacun dispose d’un électorat précis, vous obtenez inévitablement un résultat biaisé. Opposez ce ticket précis Wade/Seck à Tanor/Bathily, Niasse/Dansoko, Talla Sylla/Dièye, Mame Adama Gueye/Amadou Diallo etc. Dans ce cas il est plus que probable qu’aucun de ces tickets n’obtiendrait 70% contre Wade/Seck

3-Nous ne disposons pas de données précises pour nous prononcer sur la localisation géographique des répondants, nous pouvons penser que la majorité des participants aux sondages sur Internet sont des Sénégalais de l’extérieur et d’un niveau d’instruction relativement élevé. Peut-on, dés lors, les considérer comme des citoyens représentatifs de l’électorat national dans son ensemble ? Parmi ces participants au sondage, quelle est la proportion de femmes de ménages, de mourides, de Tidianes, de jeunes chômeurs... ?

4-Je ne vais pas m’aventurer dans le domaine de la technique de prévision des marges d’erreur en + ou -(je n’ai aucune expertise en la matière) mais je peux me permettre de dire qu’en plus de 20 ans d’observation de joutes électorales et de travail journalistique, je n’ai pas encore vu des sondages qui ne définissent pas ces marges.

5-Pourquoi faut-il indiquer la période et la durée des sondages ? Il est aisé d’imaginer que si un sondage est fait sur la popularité de Ousmane Tanor Dieng au lendemain de la défaite du Parti socialiste en mars 2000, le résultat serait radicalement différent d’un autre sondage effectué après la marche de protestation du 28 janvier 2007 ou le patron du Ps a pour la première fois de sa vie d’opposant, respiré l’odeur des gaz lacrymogènes. Mais la réponse la plus saisissante à la question de l’impact de la période et de la durée d’une étude d’opinion nous est fournie par l’évolution, en trois jours , des réponses à la question de la confiance accordée par les répondants à Idrissa Seck. Immédiatement après la déclaration du Président Wade annonçant le retour de Idrissa Seck au Pds, 63% des Internautes votants ont dit avoir perdu confiance à l’ancien Premier ministre. Alors que deux jours après cette déclaration de Wade, quand la presse a commencé à dire que le président n’a pas révélé tout le contenu des accords avec son ancien numéro deux, le vote négatif tombe de 63% à 54%. Demandez à Abdou Diouf si un changement en sa faveur de 9% des votes du 19 mars 2000 modifierait quelque chose à sa vie actuelle...

Attention ! Les informations sur le Net ont ceci de particulier : elles ne sont sanctionnées, ni discutées ou vérifiées par aucune réunion de rédaction.

Dame Babou

(Source : Sud Quotidien, 10 février 2007)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik