twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Modernisation de l’état civil : Plus de 18 milliards de FCfa pour un fichier national d’identité biométrique

vendredi 10 mars 2017

La quatrième réunion du Comité national de pilotage du projet d’Appui à la modernisation de l’état civil s’est déroulée hier. Au cours de cette rencontre, il s’est agi de faire le point sur les différents acquis, tout en améliorant les manquements. En outre, l’Union européenne (Ue) s’engage à financer le fichier national d’identité biométrique à hauteur de 18,3 milliards de FCfa. Une bonne planification du développement économique requiert un état civil fiable et sécurisé. Cela constitue une des principales raisons qui motivent le gouvernement du Sénégal à mettre sur pied « la modernisation de son système d’enregistrement des faits d’état civil ». Pour relever ces défis, une collaboration de l’ensemble des acteurs est indispensable, l’implication encore plus forte des collectivités locales est requise et des moyens importants sont nécessaires.

La réunion d’hier portant sur le Programme d’appui à la modernisation de l’état civil (Padec) a justement permis aux membres du comité national de pilotage d’apprécier le travail qui a été réalisé aux plans technique et financier. Il s’agissait plus précisément de voir l’état d’avancement des activités financières.

Selon Alassane Mbengue, directeur de cabinet du ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire , « le Pamec enregistre un taux d’exécution de 43,41%. Ce taux reste encore faible mais relève une nette amélioration dans la mise en œuvre du projet. Des résultats significatifs ont déjà été enregistrés », a-t-il dit. Concernant la composante 1 qui a trait à l’Amélioration du dispositif de gouvernance de l’état civil, d’importants protocoles ont été signés avec la Direction de l’autonomisation des fichiers (Daf) du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique et avec l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Un protocole est en cours avec l’Agence de l’informatique de l’État (Adie). Ces actes jettent les bases d’une collaboration fructueuse en vue de renforcer l’efficacité et la fiabilité du système d’état civil. M. Mbengue, représentant du ministre, évoque également la régularisation effective, sur l’ensemble du territoire, d’élèves de CM2 sans acte d’état civil qui ont pu, grâce aux dispositions prises, se présenter à l’examen du Cfee et au concours d’entrée en 6e. En outre, souligne-t-il, l’étude informatique de la cartographie de l’état civil est engagée et en cours de réalisation. Dans le cadre de la composante 2 qui se focalise essentiellement sur l’amélioration de la qualité du service public de l’état civil, ce sont 956 officiers et agents d’état civil qui ont été formés dans les quatorze régions du pays. Des campagnes de sensibilisation ont été également menées durant les grands événements religieux aussi bien à Touba, Tivaouane, Kaolack et Ndiassane. Les actions menées ont essentiellement porté sur l’importance de la déclaration des faits d’état civil et favorisent une meilleure appropriation des populations, a-t-il laissé entendre.

Un nouveau projet en cours

Enfin, en ce qui concerne la composante 3 sous le libellé « Sécurisation du patrimoine de l’état civil », des résultats importants ont été obtenus. Parmi ceux-ci, le représentant du ministre souligne « l’équipement de 60 centres d’état civil en matériels informatiques comprenant 180 ordinateurs, 181 onduleurs, 60 serveurs, 60 imprimantes multi-fonction réseau », a-t-il dit. Il a également été procédé au câblage réseau de ces différents centres. Le logiciel Hera a été installé dans 60 centres d’état civil. Trois cents officiers et agents d’état civil ont été formés à l’utilisation du logiciel. La numérisation a, à ce jour, concerné plus de 8 millions d’actes d’état civil grâce à la mobilisation de 120 vacataires équipés d’un lot de 60 ordinateurs portables et 60 scanners, informe le directeur de cabinet du ministre. Les résultats obtenus traduisent l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre l’impératif de modernisation du système d’état civil qui figurent parmi les priorités nationales.

Marc Boucey, chef de coopération de la Délégation de l’Union européenne au Sénégal, relève dans son discours que « le comité de pilotage revêt une importance particulière car il intervient à 5 mois de la fin d’exécution des activités du projet qui ont été prolongées jusqu’au 23 août pour permettre leur achèvement ». Par ailleurs, l’Ue lancera dans les prochains mois un programme d’appui au renforcement du système d’information de l’état civil et à la création d’un fichier national d’identité biométrique à hauteur de 18,3 milliards de FCfa financés par le Fonds fiduciaire d’urgence qui se basera sur les acquis du Pamec, a-t-il annoncé. Une évaluation à mi-parcours du Pamec en janvier 2015 a permis d’identifier un certain nombre de blocages et de faire des recommandations qui ont contribué à réorienter le projet. A six mois de la fin d’exécution du devis programme, 2,84% du budget ont été engagés et 43% dépensés. C’est dire qu’il reste pratiquement un milliard à dépenser en 5 mois, a dit M. Boucey.

Bien que certaines de ces activités aient été entamées, un rythme soutenu est nécessaire pour atteindre les résultats escomptés d’ici le mois d’août, a-t-il dit. Concernant les méthodes de travail, le dialogue avec la Délégation de l’Union européenne sur l’état des réalisations des activités pourrait être amélioré, a-t-il estimé. Il appelle à la transmission d’informations régulières et plus précises quant à l’exécution des travaux.

Oumar Ba

(Source : Le Soleil, 10mars 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)